Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Des élixirs pour désamorcer les conflits

L’élixir de calendula

Qui peut prétendre ne jamais s’agacer ou subir l’agressivité des autres ? En voiture face à un chauffard ou à table en famille, apprenons à gérer nos petits moments de crispation pour éviter qu’ils ne tournent au vinaigre. La vie quotidienne n’en sera que plus douce.

Querelle de voisinage, petits heurts entre passagers de bus ou discorde entre collègues... Les rapports de force peuvent vite dégénérer sous le coup de la frustration ou de la colère. Le ton monte souvent sur la base d’un détail : un comportement anodin ou récurrent, contraire aux valeurs ou aux envies de l’un des protagonistes. Mais tout est question de point de vue... C’est la façon dont chacun perçoit la situation qui fait naître ces sentiments d’adversité.

Repérer, comprendre, canaliser

En réalité, que nous ressentions de l’hostilité en position d’attaque ou de l’émotivité quand l’autre nous agresse, nous avons plus ou moins conscience qu’une relative fébrilité plane dans les deux camps. La solution constructive passe donc par une compréhension réciproque. C’est à ce niveau-là que les élixirs floraux sont intéressants. En nous aidant à gérer nos émotions, ils favorisent une démarche vers soi comme vers l’autre et canalisent le feu de la colère.

Un mot de travers, des gestes maladroits... Certains messages verbaux et non verbaux devraient inciter à ne pas aborder les sujets qui fâchent. Repérons les susceptibles. Une personne à cran va faire les cent pas ou triturer tout objet qui lui tombe sous la main. Pour l’apaiser, rien de tel que la camomille. On le sait, cette fleur diminue l’irritabilité, l’agitation, les sautes d’humeurs et d’autres signes d’hyperémotivité. Les boules de nerfs ont la sensation que la situation leur échappe et peuvent vite basculer dans l’agressivité. Prendre quelques gouttes de cet élixir en conscience les aidera à se poser et à avoir plus d’objectivité. Une meilleure perception de soi-même et de la situation évite bien des débordements stériles !

Le râleur aussi projette souvent sur les autres ses frustrations personnelles. Au lieu de réagir en cherchant à imposer ses principes, l’élixir de lis martagon l’invitera à la coopération. Cet éternel insatisfait qui semble s’épanouir en houspillant les autres pourra alors prendre du recul. Évitons également le jeu du double langage qui peut facilement irriter. Les sous-entendus, les reproches implicites et les mimiques explicites... D’aucuns sont les rois du non-dit...

. Typique du profil « violette d’eau » ! Grâce à cet élixir, ces orgueilleux, un rien méprisants, parviennent à exprimer sainement ce qui les titille. Ils arrêtent de se ronger de l’intérieur et acceptent le contact direct avec les autres... Sans attiser leur nervosité.

Faire retomber la pression

Attention : désamorcer un conflit ne signifie pas encaisser sarcasmes et reproches sans réagir! Or les tempéraments fragiles redoutent que les situations ne s’enveniment et courbent l’échine quand leur interlocuteur cherche la petite bête. L’élixir de buis peut leur redonner confiance en eux. À l’image de ce buisson qui, à l’état sauvage, en impose, il aide celui qui se laisse facilement dominer à ne pas « se faire tailler ». Il le libère afin qu’il exprime son individualité. Ces éponges émotionnelles sont aussi capables de dire leurs quatre vérités quand la coupe est pleine. Pour stopper le réflexe de démarrer au quart de tour, il faut choisir l’élixir de figuier. Il procure plus de clarté mentale et développe un contrôle de soi apaisé propice à dialoguer sans dramatiser. Combien de situations dégénèrent sur un quiproquo ? Au fond, lors d’une discorde, chacun défend son droit à être reconnu. D’ailleurs, le boudeur se replie dans une attitude défensive à la moindre réflexion blessante pour mieux provoquer son attaquant. Son remède : l’élixir de gueule-de-loup. Cette fleur de la communication aide à desserrer ses mandibules. Un lâcher-prise qui permet de parler avec calme et sincérité. Marquer sa vexation en accentuant sa susceptibilité ne rétablit jamais l’amour- propre ! En réalité, les hostilités témoignent d’un désir de communiquer. Sauf qu’on utilise la mauvaise voie pour le faire. Quand l’échange est possible, privilégier l’écoute sensible. Attitude qu’instille l’élixir de calendula. Cette fleur douce et veloutée développe la propension au dialogue chaleureux, notamment chez les personnes promptes à mal interpréter le message d’autrui et qui, de ce fait, polémiquent ou envoient facilement des piques.

Cultiver le calme

Faisons taire notre critique intérieur. Il est si facile de ne voir chez l’autre que ses mauvais côtés. L’élixir de hêtre nous invite à lui trouver des qualités. Fleur de la tolérance, elle bannit les comportements réprobateurs et valorise le tact. Plutôt que de s’offusquer, de rétorquer à la moindre réflexion ou contrariété, on se montre beaucoup plus flexible. Mais comment rester toujours zen et positif ? Certains élixirs permettent de faire un travail en profondeur pour développer une attitude plus optimiste. C’est le cas de zinnia, la fleur de l’enfant intérieur, de celui qui rit, insouciant et léger. Il aide à entretenir cette joie de vivre. On peut alors sourire de nos petits agacements et rester d’humeur égale pour désarmer tout agresseur. En un mot, réagir juste. Sans épée ni bouclier.

La gueule-de-loup, s’exprimer sans aboyer

Le muflier, surnommé gueule-de-loup, se dresse souvent dans les pierriers, milieu rude où il apporte une touche de couleur apaisante. Lorsqu’elle n’est pas encore éclose, sa fleur ressemble à des narines. Comme si elle flairait un mauvais coup ! Puis elle s’ouvre telle une bouche prête à  pousser un cri. Cette agressivité presque animale semble néanmoins transmuter   en harmonie. Il faut en effet regarder cette éclosion comme une ouverture d’esprit, un déblocage en faveur d’une expression tendre. À l’image de ses fleurs qui, regroupées  sur une tige, semblent dialoguer sans se faire de l’ombre.

Pacificateur professionnel

Né dans les années quatre-vingt-dix, le métier de médiateur ne  cesse de se développer. Celui qui l’exerce sert d’intermédiaire pour  apaiser les conflits dans le secteur social comme pour régler nos  contentieux avec notre opérateur téléphonique ou dans le cadre d’une procédure juridique. Ce facilitateur de communication doit faire preuve d’écoute et de diplomatie. Récemment, le  développement du numérique a  engendré une autre profession pacificatrice : modérateur. Sur les forums, il veille à ce que les  points de vue s’expriment dans le  respect et ne se transforment pas  en règlements de compte ou en  dénigrement. Ces deux fonctions  ont en commun de nous inciter  à remplacer la véhémence par le  respect de l’autre. Est-ce le signe  que la société aspire à établir des relations humaines plus cordiales ?

Plus de tolérance

La chrysocolle  Légère et  tendre, cette pierre bleuâtre souvent confondue avec la turquoise supporte mal les attaques physiques et chimiques. Tout naturellement, son élixir convient à ceux  qui acceptent difficilement  la contradiction. Que l’on  soit en proie à la colère, aux  impulsions, aux craintes et  aux remords, il intervient  pour calmer les esprits quand  l’atmosphère s’échauffe. Il  apaise les tensions, clarifie les  idées et donne la patience et  la présence d’esprit nécessaires  pour être en paix avec soi et  avec les autres. Effet bonus : sur  le plan physique, il dégage les voies respiratoires.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité