Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Les Sentiers de l’Abondance Entre paysage et culture

paysage

À quelques encablures d’Avignon, ce jardin de trois hectares parcouru de canaux et de chemins sinueux mêle harmonieusement plantations d’herbes aromatiques, arbres fruitiers et plantes sauvages. Après une promenade le long des sentiers parfumés, des ateliers gastronomiques et une initiation à la vannerie traditionnelle prolongent le plaisir.

Les Sentiers de l’Abondance se trouvent à Eygalières (Bouches-du-Rhône) sur le site du Mas des Boeufs, une ancienne ferme du XVIe siècle. Sur ce territoire, cultures et jardins ont été dessinés en respectant les formes et les rythmes de la végétation locale. Ils s’intègrent harmonieusement aux chemins courbes et aux canaux qui traversent cet ancien domaine agricole. Remis en culture entre 2012 et 2015, ce dernier offre aujourd’hui aux regards des visiteurs un riche éventail de plantes aromatiques, maraîchères et médicinales, un verger de figuiers et d’abricotiers, une oseraie, un sous-bois et une prairie mellifère. En suivant la pente douce du terrain, 1,6 km de canaux alimentent les jardins. Ils s’intègrent à un ingénieux système d’irrigation vieux de plus de deux siècles qui raccorde les terres cultivées du nord du massif des Alpilles aux eaux de la Durance.

Un petit monde vert

Aller à la rencontre de l’univers des plantes, tel est l’objectif que se sont fixé les jardins des Sentiers de l’Abondance, et ce, en combinant plusieurs approches intimement liées : productive, pédagogique et esthétique. C’est aussi un lieu où chaque plantation s’effectue dans le respect de la biodiversité et de l’agriculture biologique. On entretient la vitalité du sol, et la superficie cultivée ne représente d’ailleurs qu’un tiers du jardin. « On accorde la même importance aux plantes sauvages qu’aux plantes cultivées », explique Marie Falquet, copropriétaire des lieux. « Ainsi, les brocolis sauvages, appelés aussi passerages, seront mangés lors des journées avec les bénévoles. C’est le cas également des glycines qui s’apprécient en beignets. Les pâquerettes et les violettes se dégustent également. C’est d’ailleurs dans cette zone naturelle du jardin que nous avons installé nos ruches. » Bien loin des parcelles plates et carrées, c’est tous les sens en éveil que l’on entame la visite du jardin. Et certaines...

odeurs nous chatouillent les narines comme celle de la verveine citronnée (Lippia citriodora) ou d’un romarin épicé. La verveine citronnée est d’ailleurs effritée à la main pour répondre aux besoins de grands restaurants dans toute la France. Le long des cours d’eau, on peut aussi rencontrer des aubépines, des achillées millefeuilles, des bryones, des chélidoines, des cornouillers sanguins, des épilobes à petites fleurs, quelques houblons, et des gaillets blancs… Notre curiosité est comblée !

Des macérations huileuses et même des sirops sont également produits sur le site. En effet, cette année, Marie vient de planter 1 500 pieds supplémentaires de géranium rosat (Pelargonium graveolens) afin de produire l’huile essentielle commandée spécialement par une grande marque de cosmétique bio. Même destin pour les millepertuis, transformés en macérat.

Plus loin, on peut déguster quelques plantes aromatiques. Basilic, origan, marjolaine, sarriette, mélisse, estragon, sauge et menthe marocaine nous ouvrent l’appétit. Fraîches ou transformées, ces productions se retrouvent sur les marchés des environs. Et c’est en lisière du sous-bois que l’on se repose quelques instants, à l’ombre d’une structure en osier tressé formant une voûte épaisse. D’ailleurs, les oeuvres du vannier Thomas Louineau parsèment l’ensemble du site.

Un lieu dédié à la transmission

Entre culture et tradition, ce jardin aux multiples facettes doit aussi sa richesse à de nombreuses animations conçues dans un esprit participatif et de responsabilisation. Les ateliers cuisine initient à une gastronomie saine, éthique, économique… et gourmande. Les ateliers vannerie permettent de découvrir les multiples styles de la vannerie traditionnelle ou contemporaine.
Vous pourrez aussi apprendre à utiliser les élixirs floraux, à exploiter l’infinie richesse des plantes sauvages comestibles grâce à un partenariat avec l’école Imderplam, à respecter les sols, à comprendre la biodiversité, la gestion durable de la forêt, etc. La démarche pédagogique transforme le visiteur en acteur éclairé et responsable, et le jardin devient ainsi le support d’une nouvelle relation entre l’homme et son environnement.

L’osier plie, mais ne rompt pas !

L’osier est le nom donné à plusieurs arbres ou arbustes du genre Salix. Il désigne les jeunes pousses annuelles du saule qui sont bien droites et sans ramifications. Les Sentiers de l’Abondance possèdent ainsi 2 500 pieds d’osier, dont quatre variétés de saules spécifiquement destinées à la vannerie (Salix alba, Salix purpurea, Salix fragilis, Salix triandra). La plantation en courbes, le long des cinq cours d’eau qui irriguent le domaine, a été conçue pour faire écho aux qualités de cette plante flexible qui s’incline au rythme de la brise. Passant du vert jaunâtre au brun tendre ou au noir marbré de blanc, ces arbres sont accompagnés de 900 pieds de menthe. Une association harmonieuse.

Menthe verte, Mentha spicata
Cette grande charmeuseattire les insectes butineurs par ses arômes. Elle fait partie de ces essences à avoir toujours sous la main pour ses propriétés digestives et tonifiantes qui calment nausées, ballonnements et démangeaisons. Fraîche, séchée, ou en huile essentielle, elle est digestive, antibactérienne et antifongique. Un réconfort pour les petits maux du quotidien.

Cornouiller sanguin, Cornus sanguinea
Cet arbuste fleurit blanc, ses fruits sont noirs et bleuâtres et son écorce est rouge sang. On utilise ses bourgeons, car ils portent en eux l’ensemble du végétal en devenir : acides aminés, minéraux, oligo-éléments… son macérat glycériné, recommandé en prévention des thromboses et des infarctus, serait bénéfique pour la circulation sanguine. 

En pratique

Comment y aller
Les Sentiers de l’Abondance sont situés à 1,5 km d’Eygalières sur la D74A (Mas des Boeufs). Au départ d’Avignon, compter 40 minutes de route via l’A7. De Marseille, une heure de route environ, via l’A7 également.
Ouverture
Des visites guidées ont lieu tous les mercredis à 14 h (incluant une petite dégustation des produits).
Tarif
8 € par personne et sans réservation. Pour les ateliers (cuisine, vannerie, etc.), consulter le site www.lessentiersdelabondance. com. Tél. : 04 90 90 80 11 ou 06 22 36 61 83
Hébergement
Plusieurs gîtes, surplombant les jardins aromatiques, se trouvent au sein du mas. Renseignements et réservations auprès de Myriam au 06 23 65 66 94. Ou par mail : hebergement@ lessentiersdelabondance.com 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité