Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Les jardins de Cadiot : biodiversité multicolore en Périgord noir

Jardins de Cadiot

À Carlux, en Dordogne, difficile d'imaginer les jardins romantiques dissimulés par une forêt de chênes verts au tournant d'une petite route… Sur deux hectares, quelque 1 500 variétés de fleurs et d'arbustes se déploient pourtant en une succession d'ambiances inattendues, dégringolant en terrasses jusqu'au creux du vallon.

Au sein du Périgord noir, dominant la Dordogne, les jardins de Cadiot, labellisés Jardins remarquables en 2018, sont l’œuvre d’Anne-Marie et Bernard Decottignies. « Dans les années 1980, quand nous nous sommes installés dans cette vieille ferme, il ne restait que la beauté des vestiges de cultures en terrasses, malheureusement abandonnées », se rappelle Anne-Marie Decottignies. Avec son mari, sculpteur et architecte, ils souhaitent faire revivre le site à leur façon. « Nous avons conçu dix espaces thématiques selon notre inspiration, en accordant une grande place aux espèces sauvages », souligne la créatrice.

L’entrée se fait via l’intimité du potager familial. On y pratique la permaculture sur butte, ce qui permet d’économiser de la place et de lutter contre la sécheresse. À côté des courgettes ou des aubergines se distinguent des légumes oubliés comme la Morelle de Balbis, ancêtre de la tomate, dont le fruit a un goût de litchi. D’autres plantations nous rappellent que de nombreuses plantes sont alimentaires, comme la stévia, la guimauve, la réglisse ou le curcuma. Dès l’accueil, on remet aux visiteurs un catalogue illustré recensant les variétés de vivaces et de végétaux endémiques à découvrir sur le site le temps de la balade.

Comme sur les terres d’un monastère

Pour se rendre au verger, on emprunte un chemin serpentant à travers une sorte de cloître végétal, bordé de lavandes et de santolines. Avec ses cyprès d’Italie taillés en cylindre et ses arbres fruitiers en espalier, on se croirait sur les terres d’un monastère. L’occasion, aussi, de ­(re)­découvrir des espèces anciennes de pommes comme la Calville blanc d’hiver, la Bertranne au goût de poire, la Transparente de Croncels. Non loin, une exubérante collection d’hydrangéas, de phlox et d’anémones du Japon compose une palette blanche et mauve, tandis que des rosiers liane recouvrent les pergolas. Au centre, le carré de médicinales embaume l’air de diverses fragrances : fenouil, sarriette, menthe, camomille, pimprenelle, mélisse ou encore menthe-coq. Malgré son nom, cette dernière plante aromatique n’appartient pas au genre Mentha (menthes), mais au genre Tanacetum. « La grande tanaisie jaune est un excellent vermifuge. L’hysope est diurétique ; le fenouil, lui, ouvre l’appétit. Et on a longtemps pensé que la sanguisorbe, du fait de sa couleur pourpre, pouvait arrêter le sang », commente Anne-Marie.

La menthe-coq, Tanacetum balsamita

La menthe-coq ou balsamite possède une odeur camphrée caractéristique. Elle est agréable au toucher, mais amère en infusion. On l’utilise autant pour ses propriétés antispasmodiques et cicatrisantes que comme vermifuge et anti-acariens.

Le plein de sensations

Autre lieu, autre ambiance. Un théâtre de verdure fait de treillages en éventail accueille 80 variétés de pivoines japonaises, hybrides simples ou doubles, qui se marient dans un joyeux désordre aux têtes ébouriffées des dahlias, des ancolies et des iris. Il faut ensuite s’aventurer dans le labyrinthe de charmes taillés en douceur pour déboucher sur une roseraie à l’anglaise. En mai et juin, la volupté des parfums qui s’exhalent des roses anciennes aux couleurs pastel est étourdissante. L’été, les graminées apportent une note aérienne et sauvage au vallon. Un peu plus loin, on ira se rafraîchir dans le sous-bois, admirant au passage les sculptures contemporaines qui émergent du clair-obscur. À moins que ce ne soit le regard fixe d’un sphinx de pierre qui nous invite à la méditation… Puis l’on traverse une petite route pour déambuler dans le jardin anglais, exposé plein sud. Ici, au printemps, s’épanouissent des massifs de lys, de benoîtes et d’iris. En été, achillées jaunes, fenouil bronze et amarante prennent le relais.

On gravit ensuite une colline ponctuée de chênes verts et de points d’eau, avant d’atteindre un jardin d’inspiration toscane, clôturé de pierres sèches. Avec ses terrasses entourées d’ifs, de buis taillés en losanges et d’orangers, cet espace thématique évoque la belle région italienne. En avril, le bleu et le blanc des lys et des népétas renforcent la sensation d’harmonie. La descente en pente douce débouche enfin sur trois patios : le mauresque, l’italien et le portugais, où murmurent plusieurs fontaines. On peut y déguster boissons et pâtisseries maison à base de plantes. Une agréable manière de terminer la balade et d’ajouter au plaisir des yeux celui des papilles !

Renforcer le lien entre plantes et insectes

Au quotidien, Anne-Marie Decottignies, son fils Benjamin et sa belle-fille Manon sont attentifs à la préservation de la biodiversité des jardins de Cadiot, insectes compris. Depuis toujours, on voit ici ces derniers comme des alliés du jardinier, et cultiver les plantes sans produits chimiques est une évidence. Choisir des fleurs pour attirer les pollinisateurs l’est également ! Veiller au lien entre la flore et la faune est d’ailleurs l’un des objectifs des propriétaires. Des visites pédagogiques ont été mises en place pour informer le public sur cette relation intelligente et donner des conseils. On y apprend comment une bande d’orties ou un sureau aide à protéger l’habitat des insectes, notamment des papillons ; ou encore pourquoi il faut se garder des idées reçues sur les araignées, pucerons et scarabées, trop souvent mal-aimés. Anne-Marie Decottignies organise des visites guidées sur rendez-vous.

Infos pratiques

  • Les jardins de Cadiot, 24370 Carlux. Tél. : 05 53 29 81 05. Ouvert tous les jours de 10 h à 19 h du 1er mai au 30 septembre. www.lesjardinsdecadiot.com
  • Pour découvrir des plantes médicinales et ­comestibles, venez à la ­rencontre de ­Catherine Heine. Cette conseillère en ­naturopathie, phyto et aromathérapie anime tous les mardis une ­matinée (de 10 h 30 à 12 h 30) au cours de laquelle elle aime à ­transmettre ses ­connaissances. Tarif : 10 € par personne, sur réservation au 06 71 25 27 31.
  • Hébergement À Carlux, l’Escapade Bed & Breakfast, 66 €. Tél. : 05 53 28 39 80. www.lescapade-perigord.fr
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité