Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Le cassissier, un antioxydant global

cassis-antioxydant

Le cassissier (Ribes nigrum), plus communément appelé cassis, est un des arbustes rois du jardinier gourmand. En effet, ses petits fruits noirs, rendus célèbres par une liqueur bourguignonne, entrent dans la composition de nombreuses préparations gastronomiques. Mais cet arbuste vigoureux, touffu et rustique représente également un bel atout médicinal. Avec ses fruits, bien sûr, mais aussi avec ses bourgeons et ses feuilles que nous mettons en vedette ce mois-ci.

Au jardin

Le cassissier aime les endroits ensoleillés, mais dans les régions chaudes, installez-le en situation ombragée, car il redoute le soleil et la sécheresse. Il s’adapte à la plupart des sols mais apprécie une terre fraîche, aérée, profonde et riche en matières organiques.

Plantation

Délicat à réaliser, le semis de cassissier demande patience et persévérance, ce qui fait largement préférer la plantation à racines nues ou directement en mottes. En achetant les plants, vérifiez leur autofertilité, sinon il faudra associer des variétés qui fleurissent en même temps pour avoir des fruits. La plantation s’effectue de préférence en automne en réservant un espace d’un mètre carré pour chaque pied. Mélangez la terre extraite du trou de plantation avec du compost bien décomposé et de la poudre d’os (ou de la corne) avant d’y introduire le plant. Rebouchez de manière à ce que le haut de la motte soit enterré de quelques centimètres pour favoriser la reprise. Tassez et arrosez.

Entretien

Les deux premières années, désherbez bien les pieds. Ne binez pas profondément, car l’enracinement du cassis est superficiel. Paillez dès le mois de mai afin de conserver l’humidité en été et arrosez au moment de la maturité des fruits pour éviter qu’ils ne tombent en quantité. En fin d’hiver, vous pouvez supprimer les rameaux âgés (de plus de 2 ans) et ceux qui poussent trop vers l’intérieur, car le buisson doit être suffisamment aéré pour laisser passer la lumière. Avant de tailler, n’oubliez pas que les fruits sont portés par le bois de l’année précédente, mais ne conservez pas trop de branches.

Multiplication

Elle se fait par bouturage, en coupant en novembre, juste au-dessus d’un noeud, des rameaux âgés d’un an et longs de 20 cm. Enterrez-les aux 4/5, dans une terre bien remuée et amendée. Attendez un an avant de repiquer à l’endroit définitif.

Ce que dit la science
Immunorégulateur et vitaminé

Il faut attendre le XVIIe siècle pour trouver des indications écrites sur les propriétés médicinales du cassis, inconnu des Grecs et des Romains. Malgré cet intérêt tardif, c’est...

aujourd’hui une plante majeure des phytothérapeutes. Ses bourgeons tout d’abord. Le macérat glycériné relance, régularise et renforce le syndrome général d’adaptation par une action cortico-surrénalienne en même temps qu’il stimule la production physiologique de cortisol. Le bourgeon est aussi qualifié d’immunorégulateur, capable de promouvoir la réponse immunitaire tout en réduisant les allergies. Les feuilles de cassis partagent certains effets des bourgeons, mais elles sont davantage prescrites pour leur effet diurétique (sans fuite minérale), éliminateur de l’acide urique, anti-inflammatoire et antioxydant, améliorant ainsi les douleurs arthrosiques et rhumatismales. Les baies sont très riches en vitamines (C et celles du groupe B) et anthocyanes à fort potentiel antioxydant. On y a recours en cas de fatigue visuelle. 

À l’atelier
Un extrait fluide de cassis

Contrairement à la teinture-mère, qui est fabriquée à partir des organes frais de la plante, l’extrait fluide se prépare toujours avec les parties médicinales séchées. Nous vous proposons ci-dessous une méthode simplifiée pour la réaliser. Elle est facile à mettre en oeuvre et donne une préparation efficace puisqu’elle permet l’extraction des substances actives du cassis : flavonoïdes, anthocyanosides (identiques à ceux des fruits), vitamine C et potassium. À utiliser pour plusieurs indications allant des maux de gorge au rhumatisme.

Ingrédients et ustensiles
250 g de feuilles séchées et triées de cassis • Alcool de fruit bio • Ciseaux en acier inoxydable • Bocal en verre ou en terre avec couvercle • Filtres en papier • Cafetière électrique • Flacon teinté compte-goutte de 200 ml

1. Coupez grossièrement les feuilles de cassis avec une paire de ciseaux, puis réduisez-les en poudre demi-fine.

2. Dans le bocal, pré-humectez les 200 g de poudre obtenus avec 80 ml d’alcool de fruit. Fermez le récipient et laissez en contact pendant 2 heures.

3. Mettez la poudre humide dans le filtre de la cafetière (avec le papier filtre) en veillant à ce que le niveau supérieur de la poudre soit bien horizontal.

4. Ôtez le récipient de la cafetière pour refermer le clapet sous le filtre. Versez lentement sur la poudre 120 ml d’alcool de fruit pour que celle-ci soit imbibée de façon homogène. Laissez en contact 24 heures.

5. Replacer le récipient de manière à rouvrir le clapet et à recueillir le liquide. Si vous obtenez une quantité de liquide inférieure aux 200 ml du départ (soit 80 + 120), refaites passer de l’alcool à travers la poudre jusqu’à l’obtention des 200 ml.

6. Parallèlement, stérilisez le flacon compte-goutte à l’eau bouillante puis remplissez le avec l’extrait fluide de cassis sans oublier d’étiqueter votre préparation.

Posologie 30 à 40 gouttes à diluer dans 1/2 verre d’eau, 2 à 3 fois par jour, en cures de 20 jours par mois, durant 3 mois comme modificateur de terrain contre l’arthrose, les rhumatismes ou la goutte. Mais également comme drainant et diurétique, en cas de rétention d’eau, ou en adjuvant dans certaines hypertensions. Par voie externe, 50 gouttes dans 1/2 verre d’eau soulageront maux de gorge et enrouements.

À savoir L’extrait fluide représente la forme galénique de référence, car il y a une exacte correspondance entre l’extrait fluide et la plante séchée dont il est issu. Ainsi, 1 gramme d’extrait fluide équivaut à 1 gramme de plante sèche.

Autres préparations
L’infusion de feuilles de cassis

Une étude a montré que pour le cassis, à dose égale, l’infusion est plus performante que la décoction.
• 2 g de feuille coupée menue (1 cuillère à café = 1 g) pour 1/4 de litre d’eau bouillante. Couvrir et laisser infuser 10 minutes. Filtrez et buvez 2 à 4 tasses par jour, de préférence entre les repas.
• À base de fleurs fraîches : 30 g de fleurs pour 1 litre d’eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes.

Récolte

Les feuilles sont prélevées de mai à juin lorsqu’elles sont gorgées de sève. Choisissez les plus belles feuilles, exemptes de toute altération, et séchez-les entières sur claies, à l’ombre, en courant d’air ou en séchoir à une température pouvant atteindre 45 °C. On peut aussi les récolter au fur et à mesure de ses besoins. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité