Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Être soi-même avec la petite centaurée

Petite centaurée

La petite centaurée (Centaurium erythræa) trompe son monde. D’abord par son nom latin, dont la consonance du genre se rapproche de celui du bleuet (Centaurea), alors que botaniquement parlant, elle appartient à la famille des gentianes. Ensuite, son allure discrète est compensée par un port dressé et une floraison lumineuse rose pastel qui attire les abeilles. Le Dr Bach, en son temps, ne s’y est pas trompé en la choisissant comme élixir floral destiné à nous aider à être nous-mêmes…

Ses différents noms – herbe au centaure ­(en ­référence à Chiron, le centaure qui connaissait l’art de soigner), herbe à la fièvre ou ­gentianelle – ont propulsé la petite centaurée dans la catégorie des plantes ­médicinales.

Elle ­possède ­l’amertume des ­Gentianacées et, à ce titre, montre des ­propriétés digestives : elle stimule ­l’appétit, soulage les digestions ­difficiles par augmentation de la sécrétion d’acide et d’enzymes composant le suc gastrique, soutient la ­fonction biliaire et protège le foie en étant capable de faire ­baisser les ­transaminases. Enfin, elle ­neutralise les ­fermentations intestinales.

Ses principes amers (hétérosides) ­et ses autres ­composés ­(polyphénols, ­triterpènes et phytostérols) lui confèrent ­également des ­propriétés exploitées ­traditionnellement dans les campagnes : elle calme la fièvre et ­fortifie l’organisme en stimulant l’immunité. ­Certaines de ses molécules ont un effet ­anti-infectieux envers de nombreuses ­bactéries, en particulier Escherichia coli.

Le Dr Edward Bach (1886-1936) en propose un tout autre usage, en employant cette fleur sous forme d’élixir floral destiné à rééquilibrer notre état ­émotionnel.

L’herbe au centaure au jardin

Annuelle ou bisannuelle, la petite centaurée se caractérise par des fleurs roses réunies en ­inflorescences particulières, les corymbes. ­Au ­jardin, elle se plaît sur un terrain sableux et limoneux, sous le soleil ou à ­la mi-ombre.

Semis. Seul moyen de ­multiplication de la plante, le semis s’effectue à l’automne ou au printemps, en surface après un ­ratissage léger de la zone ­préalablement préparée, ou en godet dans un terreau mélangé à un peu de sable. Dans les deux cas, les graines très petites seront mêlées à du sable pour faciliter leur répartition dans le substrat. Tassez doucement pour ­immobiliser les graines. Humidifiez ­à l’aide d’un vaporisateur et maintenez des arrosages en fonction du temps. En godet, attendez que les rosettes de feuilles soient bien ancrées avant de transplanter.

Plantation. Prévoyez une plantation en groupe de plusieurs sujets pour obtenir un joli parterre fleuri en réservant un espacement d’environ 20 cm entre les plants. Trempez-les quelques minutes avant de les mettre en terre ; recouvrez, tassez puis arrosez. ­Surveillez l’arrosage la première année.

...

>Entretien et récolte. Si l’endroit où vous l’avez installée lui plaît, la petite centaurée ne réclamera pas d’entretien. Sa ­hauteur varie de 5 à 50 cm selon la taille des plantes avec laquelle vous l’associez. Comme ­souvent, chez les médicinales, elle résiste aux conditions changeantes et n’est pas sujette aux maladies. ­Cependant, elle est ­moyennement rustique (– 12 °C). Ne soyez pas étonné(e) si elle disparaît : elle ­réapparaîtra à un autre endroit du jardin, au gré de son envie ! Les tiges feuillées et fleuries sont récoltées à l’apogée de la floraison (de juin à octobre). Le séchage doit s’effectuer aussitôt, soit en suspendant des bouquets tête en bas, dans un local aéré, soit en les déposant sur des clayettes, en couches minces, à l’ombre et en les retournant souvent, ou encore au four (40 °C maximum). Pour protéger leur couleur conservez-les au sec, dans des sacs en papier, à l’abri de la lumière.

Faites-le vous-même : un élixir floral solarisé

L’élixir floral Centaury est fabriqué exclusivement à partir de Centaurium erythræa. À travers sa délicatesse et sa droiture, la petite centaurée nous transmet la force de redécouvrir notre individualité lorsque, par gentillesse, nous cédons aux autres en niant nos propres aspirations. La vocation de cet élixir n’est pas d’amener à s’opposer, mais d’engendrer une force réelle qui nous fait passer de la servilité à la serviabilité.

Mode opératoire : l’élixir se prépare par une belle journée ensoleillée, en commençant avant 9 h du matin. Le docteur Bach insistait sur l’état d’esprit harmonieux dans lequel nous devons être pour aller à la rencontre des fleurs : calme, réceptif et serein.

  1. Choisissez un endroit loin de la pollution et ramassez les fleurs sur différents pieds.
  2. Préparez un bol de verre peu épais d’une contenance d’environ 300 ml et emplissez-le d’eau de source.
  3. Cueillez de préférence les fleurs complètement épanouies. Pour cette opération délicate, utilisez une paire de ciseaux en acier inoxydable afin d’éviter le contact avec la main. Prélevez les fleurs et faites-les glisser immédiatement sur la surface de l’eau du bol ; au besoin, rajoutez un peu d’eau.
  4. Laissez le bol à terre, au soleil, au milieu des plantes sur lesquelles vous avez pris les fleurs, durant trois ou quatre heures (ou moins si des signes de flétrissement apparaissent). Attention, si des nuages obscurcissent le ciel pendant votre préparation, il faudra abandonner et recommencer un autre jour (c’est en tout cas ce que recommandait le docteur Bach).
  5. Enlevez les fleurs (à l’aide d’une tige de bois, sans mettre les  doigts). Versez la solution dans une bouteille (préalablement stérilisée) en la remplissant à moitié ; puis complétez-la avec ­du cognac bio. La solution obtenue est l’élixir mère.
  6. Vous allez ensuite préparer l’élixir de première dilution. Pour ce faire, dans un flacon opaque de 30 ml rempli de cognac bio, déposez deux gouttes de l’élixir mère. Vissez le flacon, agitez, c’est prêt ! N’oubliez pas d’étiqueter vos préparations.

À savoir :  on peut aussi diluer deux gouttes de ce flacon dans 30 ml d’eau (la posologie sera alors de quatre gouttes de ce mélange, quatre fois par jour).

Posologie : prenez deux gouttes de l’élixir directement dans la bouche ou diluées dans un peu d’eau, quatre fois par jour, aussi longtemps que nécessaire jusqu’à l’amélioration.

Autres préparations:

Vin de centaurée fortifiant

Très connu dans la campagne normande, le vin de centaurée servait de dépuratif (au printemps) et de fortifiant le reste du temps, pour ­augmenter l’appétit et la force, la résistance à la fatigue du ­travail et l’endurance. La macération dans le vin rouge était censée « nourrir le sang ». En ­pratique, la préparation s’effectuait très simplement, en ­faisant macérer quelques jours (quatre à huit) une bonne poignée de plantes fraîches dans un litre de vin rouge. Buvez un petit verre avant de manger en fonction du besoin ou en cure de quinze jours.

Tisane digestive

La tisane est réalisée avec les sommités fleuries séchées, à raison d’une cuillère à café par tasse, en infusion de dix minutes. Si l’amertume est trop forte, ajoutez un peu de jus de citron ou quelques feuilles de menthe poivrée ou de mélisse. Buvez une tasse avant les repas dans toutes les indications ­digestives. Comme vermifuge, prenez la tisane quinze minutes avant les repas ou en dehors durant les trois jours entourant la pleine lune (à renouveler au moment de la nouvelle lune). Contre la fièvre, comptez deux à quatre tasses par jour. Attention, ne pas boire la tisane plus de dix jours de suite car elle peut occasionner une irritation intestinale.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité