Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Les médecines de la révélation (4/4)

Sur les chemins de la connaissance, on rencontre des gures atypiques qui prennent les vérités de leur temps à rebours pour explorer de nouveaux champs du savoir. Dans le domaine des plantes et de la santé, plusieurs francs-tireurs, par leurs révélations divines, leurs intuitions géniales ou leur sensibilité exacerbée nous ont légué non seulement une philosophie, mais aussi des protocoles de soins.

Dr Edward Bach

Dr Edward Bach, l’alchimiste des fleurs

Des fleurs sauvages mises dans une coupelle remplie d’eau de source posée à côté du plant fraîchement cueilli, puis exposée aux rayons du soleil. Le mystère des fleurs de Bach réside dans ce geste simple. Un mystère, car on ne s’explique toujours pas comment cette «eau première», ou «essence mère» (ensuite stabilisée avec du brandy et diluée), agit sur nos états émotionnels. Ces élixirs et la démarche qui les entoure ont été mis au point par le médecin bactériologiste et immunologiste du même nom, qui travaille sur un thème original pour l’époque: le lien entre les bactéries intestinales, le caractère de la personne et les maladies que celle-ci développe. Inspiré par la lecture de Hahnemann, père de l’homéopathie, il met au point sept vaccins homéopathiques (nosodes), utilisés avec succès pendant la Première Guerre mondiale. C’est la même personne qui, parcourant plus tard le jardin botanique de Londres, se persuade que les plantes peuvent être au fondement d’une « nouvelle et meilleure médecine ».

Dès les années 1930, il quitte son poste à l’hôpital pour partir à la campagne suivre son intuition et identifier celles qui deviendront les « 38 fleurs de Bach» pour réharmoniser l’ensemble de notre être. La conseillère en thérapie florale Dominique le Bourgeois a eu la chance de faire son apprentissage auprès de Nora Weeks, l’assistante du Dr Bach...

. Elle raconte : « Il était autant versé dans la science, avec un côté très rigoureux, méthodique, que dans l’ésotérisme, (il était franc-maçon) et dans une approche sensible». Il avait aussi une connaissance très fine de l’être humain : « Issu d’un milieu modeste, il a côtoyé la bonne société londonienne, et c’est alors qu’il s’ennuyait dans une réunion qu’il a commencé à noter ses observations sur le comportement de ses comparses», raconte-t-elle.Avec une ténacité sans faille, il élaborera une philosophie de soins qui lui vaudra d’être rayé de l’ordre des médecins. «Ne me croyez pas, expérimentez», avait-il coutume de dire. Après des décennies d’expérimentations, les fleurs de Bach et bien d’autres élixirs s’imposent dans le monde entier. Quand bien même la science continue de se montrer circonspecte, de plus en plus de personnes constatent que ces élixirs « aident le corps physique à gagner en force et assiste l’esprit à devenir calme, apportant ainsi paix et harmonie à la personnalité toute entière».

Reconnaissance mondiale

Le succès des fleurs de Bach est aujourd’hui phénoménal. Neuf millions de flacons, dont le remède Rescue (élaboré pour les chocs traumatiques), sont vendus chaque année dans soixante-dix pays. Mieux, le Chili vient de reconnaître l’utilisation de la thérapie  orale dans ses hôpitaux. Il faut dire que Bach ne faisait pas mystère de son approche. Il a ainsi ouvert la porte à ses successeurs qui, au fil des ans, se font de plus en plus nombreux. On rencontre aujourd’hui ses disciples aussi bien en Australie qu’au Canada, sur la côte Paci que ou en Californie... De nouveaux territoires qui permettent d’élargir la gamme des élixirs floraux et le cercle des thérapeutes. Avec le seul risque que comporte ce système ouvert de laisser entrer des personnes dont le professionnalisme n’est pas toujours à la hauteur.

La première trilogie

Septembre 1928. Le Dr Bach fait un séjour au Pays de Galles dont il est originaire, non loin de Betws-y-Coed. Lors d’une promenade matinale, il rencontre près d’un ruisseau une impatience (Impatiens glandulifera) couverte de rosée... Le lendemain, son intuition l’arrête devant le mimule tacheté (Mimulus guttatus) et l’année suivante, devant une clématite (Clématis vitalba). Ces trois fleurs constituent le point de départ de ce qu’il considère comme son nouveau système de médecine, qu’il teste sur ses patients à Londres. La première correspond à l’état de solitude, la deuxième à l’état de peur et la troisième à celui du manque d’intérêt. Pendant sept ans, il se consacre à sa quête. En 1935, ayant identifié 38 fleurs, il estime sa mission accomplie et s’éteint. 

Aller plus loin
www.bachcentre.com/fr, l’antenne française du centre Bach en Angleterre propose des informations sur les élixirs floraux, des formations destinées aussi bien au grand public qu’aux professionnels, ainsi qu’un annuaire des thérapeutes.
www.mesfleursdebach.com pour entrer en contact avec un conseiller agréé. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité