Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

L’activité sportive, votre nouveau médicament !(3/5)

Notre mode de vie dit « sédentaire » n’implique qu’un très faible niveau d’activité physique. Mais le corps humain a naturellement besoin d’être entretenu et développé. Quand on n’a pas ou plus l’habitude de faire du sport, quelle activité choisir ? À quelle fréquence ? Comment les plantes peuvent-elles nous aider à nous y remettre en douceur ? Un dossier à lire au pas de course !

Sport

Reprendre en douceur

Les experts sont unanimes : une reprise du sport doit être très progressive. « Je demande toujours quel est l’objectif », explique Aurélien Béringher, coach sportif au Mas de Fontefiguières.« Or il est souvent trop ambitieux : perte de poids importante en un temps réduit, marathon à venir dans un délai très court… Il faut se donner 2 à 3 mois pour voir de quoi on est capable et revoir alors ses objectifs. » Même si l’on est ancien sportif, il faut laisser au corps le temps de se réadapter, au risque de se blesser. Si l’on débute, tout l’enjeu est d’apprendre à se connaître, puis d’améliorer la coordination de ses mouvements et de ressentir les modifications du corps : « Quand on commence ou reprend une activité,on reventile l’appareil respiratoire, on ré-oxygène les muscles et les tendons », commente le coach, qui propose à ses élèves une approche de gym consciente. « Chacun doit ressentir sa souplesse et composer avec ses blessures.»

Aurélien Béringher insiste aussi sur l’échauffement qui doit être le moment où on fait monter le corps en température et où on réalise un check-up : « C’est à ce moment qu’on se rend compte si on a mal aux cervicales ou à une articulation. » Il encourage ensuite à réaliser des exercices de respiration : d’abord...

profonde pour ventiler l’organisme, puis active – comme lors d’une course à pied – pour sentir le support que constitue le périnée. Le coach propose une « dynamique spirale » : « Je suis pour la répétition, c’est-à-dire qu’il faut s’habituer à un exercice et se sentir de plus en plus à l’aise, comme un pianiste qui fait ses gammes. » Travail de l’équilibre, gainage statique, retenue d’une charge... Autant d’approches qui permettent de découvrir et d’améliorer ses possibilités.

La bonne nouvelle est que l’activité physique n’a pas besoin d’être très soutenue pour avoir des effets cardiovasculaires ! La régularité est probablement plus importante que l’intensité. Une équipe du CHU de SaintÉtienne a d’ailleurs publié il y a quelques mois dans la revue European Society of Cardiology une étude établissant que, pour les personnes âgées, quinze minutes de marche rapide quotidienne suffiraient à réduire le risque de décès, toutes causes confondues, de 22 %.

Les vertus d’un massage à l’arnica

Le massage est un bon moyen de se préparer, mais aussi de récupérer d’un effort physique. Il permet de détendre les muscles, d’éliminer les toxines et de réduire les tensions liées à l’effort. Voici les conseils de Geneviève Barraqué, experte à l’Espace Weleda qui propose désormais un massage à l’huile d’arnica spécialement dédié aux sportifs. « Les parties du corps massées dépendent de l’activité. On insistera sur les jambes des coureurs, sur le dos des nageurs… En préparation d’une activité physique, les frictions seront relativement rapides pour optimiser l’échauffement à venir. Après le sport, pour une récupération plus rapide, le massage sera ample et lent. Je commence d’abord par couvrir la personne avec une serviette chaude pour détendre les muscles. Au niveau des jambes, le mouvement est ascendant pour favoriser une bonne circulation sanguine. » Chez soi, on peut aussi se masser ou se faire masser, l’idéal étant de le faire après la douche sur une peau encore humide pour que les actifs de l’huile à l’arnica pénètrent mieux.

Ces bourgeons qui rendent sportifs

Par l’expert en gemmothérapie Philippe Andrianne.
Pour prévenir les douleurs, le macérat de cassis est un anti-inflammatoire et tonique des surrénales : 5 gouttes trois fois par jour, idéalement pendant trois semaines avant la reprise du sport, puis 5 gouttes trente minutes avant le sport. 
Pour assouplir les tendons, prendre le macérat de bourgeons de séquoia. 
Pour assurer une bonne oxygénation cérébrale et musculaire, macérat de bourgeons de Ginkgo biloba : 5 gouttes de chaque, une fois par jour pendant trois semaines avant la reprise du sport, puis trente minutes avant une séance.

À savoir : Prendre d’abord le bourgeon de cassis, attendre cinq minutes, puis prendre ceux de séquoia et de ginkgo en même temps.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité