Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

L'argent colloïdal, une eau en or

L'eau colloïdal ­contient des particules d'argent ( des ions positifs ) en suspension dans de l'eau purifiée

L'argent colloïdal, composé d'eau distillée et d'ions d'argent, a la réputation d'être un antibiotique naturel très efficace. Seulement, il est interdit en prise orale depuis 2009 en Europe. Il perdure sur le marché comme produit cosmétique dont ma mère, et bien d'autres sont adeptes…

Il est des gens qui ne vieillissent jamais, comme ma mère ! Elle utilise à la fois des remèdes vieux comme Hérode et se tient en même temps toujours à la page : « L'argent colloïdal, mais bien sûr que je connais, cela fait dix ans que j'en utilise pour mon visage. Tous les ­dermatos en parlent ! » Effectivement, les ­dermatologues que j'ai contactés connaissent l'argent colloïdal, cette solution colloïde ­contenant des particules d'argent – des ions de charge positive – en suspension dans de l'eau purifiée, car distillée. C'est une eau d'argent ­utilisée fréquemment pour apaiser les peaux sensibles ou irritées qui ne laissent pas présager de ses puissantes propriétés germicides, autrement dites antibactériennes. D'un point de vue dermatologique, l'argent colloïdal est indiqué en cas d'eczéma, d'acné et même de psoriasis, mais également en désinfectant des plaies, des piqûres d'insectes et des brûlures…

Tous les argents ne font pas le bonheur

Il existe deux procédés de fabrication de l'argent colloïdal. La fabrication chimique donnant lieu à l'indication Silver sur l'étiquette, permet d'obtenir une eau de couleur légèrement orangée. Elle se différencie du Silver colloïdal, ­caractérisé par une solution incolore, issu d'un procédé de ­fabrication physique plus long et coûteux, basé sur l'électrolyse. Cette ­dernière part de l'argent pur, qui, soumis à un courant électrique, est ­transformé en ions. Attention à l'argent colloïdal combiné aux huiles essentielles, aux eaux ­florales ou bien aux épices, car des conservateurs tels que l'acide citrique ou le sorbate de potassium, ainsi que des sels d'argent y sont souvent ajoutés.

Les vertus médicinales de l'argent métal ont toujours été pressenties. On dit que les ­Macédoniens avaient coutume de placer des plaques en argent sur les lésions pour en aider la cicatrisation, ce qu'Hippocrate confirmait en mettant de la fleur d'argent (une poudre fine) sur des plaies ouvertes. En 69 avant Jésus-Christ, le nitrate d'argent entre dans la ­pharmacopée romaine, mais ce n'est qu'au XIXe siècle que les premières études sur le sujet paraissent, grâce au botaniste Karl von Nägeli qui rapporte que des bactéries mises en contact avec une ­solution d'argent – l'argent colloïdal – meurent en quelques minutes. Aussi, pendant la Première Guerre mondiale, on l'utilise pour panser les blessures. Cependant, dans les années 1940, cette solution miracle...

est mise de côté au profit des antibiotiques et autres médicaments de synthèse. Certains médecins intéressés par les produits naturels vont pourtant continuer à le prescrire en interne, ce que l'Europe finit par interdire en 2009. L'argent colloïdal est aujourd'hui relégué au rang de produit cosmétique. Comment en est-on arrivé là ?

Le danger d'une exposition prolongée

Hervé Staub, médecin généraliste et oligo­thérapeute, nous explique : « La prudence ­excessive avec laquelle on considère la prise d'argent ­colloïdal par voie orale, s'explique par l'apparition de la maladie l'argyrisme. Cette intoxication rénale ­donnant une teinte gris brun à la peau a été observée aux États‑Unis suite à la consommation aléatoire et excessive d'argent colloïdal, mais pas en Europe où l'argent colloïdal s'utilise habituellement à une concentration comprise entre 10 ppm et 25 ppm. » Et le médecin d'ajouter : « À ces concentrations, toutes les études montrent qu'il n'existe aucun risque de toxicité. L'argent colloïdal sera toutefois contre‑­indiqué en cas d'insuffisance rénale et au-delà de 15 à 20 ppm. Il faut respecter les recommandations d'un professionnel. »

Dans la réalité, la pratique de ­l'automédication avec l'argent colloïdal est répandue : considéré comme un antibiotique universel, il est ­plébiscité par les adeptes des remèdes alternatifs pour ­soigner bronchites, angines, cystites… Ce n'est pas pour rien que le produit est généralement vendu avec un gobelet doseur. Jean-Patrick ­Bonnardel, diplômé de la faculté de pharmacie de ­Montpellier et auteur d'un livre sur l'argent ­colloïdal, affirme avoir « échappé au fauteuil ­roulant grâce à l'argent colloïdal » qu'il prend par voie orale depuis dix ans, sur les conseils d'un médecin suisse qu'il a consulté pour des symptômes handicapants dus à la maladie de Lyme. Ayant fait ses propres recherches, il témoigne : « Scientifiquement, on a pu observer cent fois moins de bactéries en vingt-quatre heures grâce à l'argent colloïdal, et, en plus d'être efficace, il propose une solution aux problèmes de résistance aux ­antibiotiques de synthèse. Il agit sur la perméabilité de la membrane cytoplasmique des bactéries là où un antibiotique classique s'attaque au métabolisme tout entier et parfois au matériel génétique du patient. »

Depuis 1999, la Federal Drug ­Administration justifie l'interdiction aux états-Unis de son usage en interne par un manque de preuves de son efficacité, comme de son innocuité. Quant à ­l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ne se prononce pas. Arielle Dron, petite-fille du fondateur des laboratoires ­Catalyons, détenteurs du brevet de fabrication de l'argent colloïdal par électrolyse, précise : « Au 1er janvier 2010, l'Union européenne a passé l'argent colloïdal d'un statut de complément alimentaire taxé à 5 %, à un statut de produit cosmétique taxé à 20 %. Sous ­prétexte que le consommateur ne souffre pas de carences en argent, il n'est pas nécessaire de compléter son alimentation par cet oligoélément. »

De mon côté, en attendant que la législation rejoigne l'opinion de ceux qui sont favorables à une prise de l'argent colloïdal en interne, je l'ai expérimenté pour désinfecter une plaie sous mon talon qui avait du mal à se refermer : j'atteste qu'il ne pique pas, qu'il assouplit la peau de façon spectaculaire, si bien que la douleur est vite passée et que la cicatrisation est presque terminée.

Recette de mère Nature

Faire peau et muqueuses neuves

Voici quelques indications pour un usage externe de l'argent colloïdal, proposées par deux spécialistes : 

  • Christiane Tavernier, épidermologue attachée au centre Joëlle Ciocco à Paris, recommande l'argent colloïdal à 20 ppm comme tonique. Le matin, passer un coton imbibé sur votre visage avant de mettre votre crème de jour. En cas d'imperfections ou d'excès de sébum, renouvelez le soir après le démaquillage. Enfin, si vous avez des pellicules sèches, il convient de masser votre cuir chevelu avec un verre d'argent colloïdal après votre shampooing, sur cheveux mouillés, au moins une fois par semaine.
  • Hervé Staub, généraliste, conseille l'argent colloïdal pour soigner dermatoses et eczémas infectés : à vaporiser ou à poser en compresses trois fois par jour. En cas d'infection de la sphère ORL, le nettoyage des fosses nasales peut être fait avec de l'argent, ainsi que des gargarismes quand la gorge est prise (1 à 2 gouttes dans chaque œil matin et soir). Il est aussi efficace pour les conjonctivites ou les blépharites. Dilué dans de l'eau, il sert de lavement vaginal et rectal, de bain de pieds en cas de mycose comme antifongique. Renouveler si nécessaire.

Attention à la concentration !

L'argent colloïdal est indiqué en ppm, sigle désignant partie d'argent pour un million de parties d'eau. Selon une étude menée à l'université de Californie, à Los Angeles par le Dr Larry C. Ford, à partir de 15 ppm, l'argent colloïdal est un antibactérien très puissant capable d'éliminer in vitro plus de 650 espèces de microbes et de virus en quelques minutes seulement. Très couramment, vous trouverez de l'argent colloïdal à 20 ppm : c'est la concentration maximale tolérée qui garantit une bonne assimilation. L'argent colloïdal à 5 ppm est la concentration minimale nécessaire pour neutraliser la plupart des agents pathogènes. On l'utilise souvent pour les petits animaux ou pour les bébés (comme collyre par exemple, en prévention de la conjonctivite chez les nourrissons).

Aller plus loin

Argent colloïdal, alternative naturelle aux antibiotiques, par Jean-Patrick Bonnardel, deuxième édition, éd. Dangles, août 2020.

 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité