Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Un hiver sans antibiotiques (4/5)

L’usage massif des antibiotiques en santé humaine et animale a contribué au développement de « superbactéries » multirésistantes. Face à ce phénomène devenu un enjeu de santé mondial, les remèdes anciens offrent une alternative naturelle pour renforcer notre immunité, mise à rude épreuve durant la période hivernale.

Alchémille, Alchemilla vulgaris

Un hiver sans antibiotiques : assainir la sphère ORL

Vent glacial, manque de lumière, fatigue de début d’année… L’hiver fragilise notre immunité. C’est le grand retour des pathologies saisonnières, comme la rhinopharyngite. Généralement provoquée par la mise en contact des particules étrangères avec la muqueuse nasale, cette maladie se caractérise d’abord par une fièvre souvent associée à des courbatures, des maux de tête, des éternuements, un nez bouché ou un rhume clair. Puis, rapidement, une toux sèche puis grasse s’installe. Le tableau s’accompagne d’une fatigue générale tenace.

On peut alors recourir à plusieurs plantes comme l’aigremoine, l’alchémille ou encore la bourrache. Leurs propriétés anti-inflammatoires, astringentes et expectorantes aident à lutter contre les virus et à assainir la sphère ORL. En aromathérapie, on jouira au choix des propriétés antivirales et antiseptiques des huiles essentielles de laurier noble, de niaouli, de ravintsara ou de tea tree. La gemmothérapie offre également de bons résultats, en particulier avec les bourgeons de rosier sauvage et de viorne (cette dernière évacue les ­mucosités).

Concernant le rhume, que l’on évite rarement l’hiver, son origine peut être bactérienne ou virale. Il se manifeste par des picotements du nez, des éternuements et l’écoulement d’un liquide clair très abondant. On s’orientera vers des plantes stimulantes de l’immunité comme le shiitaké ou les baies de sureau, qui s’avèrent particulièrement intéressantes pour les refroidissements et les toux sèches.

Remèdes contre la sinusite

La pollution aérienne, les allergies, les coups de froid déclenchent parfois une sinusite. Cette pathologie correspond à une inflammation d’une ou plusieurs des quatre paires de sinus communiquant avec les fosses nasales par de petites ouvertures. Lors d’une infection virale ou bactérienne, le bourgeon d’aulne est idéal pour désinfecter les muqueuses.

D’après Philippe Andrianne, « l’aulne agit sur la phase suppurative et inflammatoire de façon très efficace, ce qui permet d’éviter, voire de supprimer les antibiotiques. Le charme (Carpinus betulus) ou le noyer (Juglans regia) sont, eux, à utiliser autant pour leur action contre les virus que leur vertu anti-inflammatoire ».

Autre affection hivernale bien connue, la grippe d’origine virale est très contagieuse. Les symptômes diffèrent selon chaque type de grippe. Ils comprennent en général de la fièvre, une grande fatigue, des courbatures musculaires et un rhume. Pour éviter l’usage des antibiotiques et se prémunir dès les premiers symptômes, cap sur les plantes immunostimulantes.

L’écorce de saule blanc est traditionnellement utilisée dans les états fébriles et grippaux, associés aux refroidissements et maladies infectieuses. Elle contient en effet de l’acide salicylique...

, molécule qui compose l’aspirine. De son côté, le sureau noir est intéressant par sa richesse en mucilage et en flavonoïdes, qui lui confère des propriétés anti-infectieuses et sudorifiques. Enfin, le lapacho, de par sa teneur en quinones, est un antiviral naturel efficace.

Quand c’est la gorge (pharynx, amygdales, voile du palais) qui est enflammée, provoquant une gêne à la déglutition, on parle d’angine. La plus fréquente est virale, mais ce n’est pas toujours le cas. Comme traitement naturel, pensez aux extraits de plantes de réglisse, composés de glycyrrhizine et de flavonoïdes agissant comme expectorants. Ils apaisent les inflammations des voies ­respiratoires. Les huiles essentielles sont aussi reines sur ces terrains.

Enfin, parlons de l’infection de l’oreille moyenne, aussi appelée otite, bête noire des parents. D’après ORL France, 90 % des otites moyennes aiguës congestives sont d’origine virale et non bactérienne. Là encore, les antibiotiques n’ont donc aucune efficacité, mais on pourra soulager les douleurs grâce aux huiles essentielles de lavande aspic ou d’arbre à thé, en massage autour de l’oreille.

Antibio rétro : le cataplasme de patate anti-angine

Le Dr Henri Puget conseille de cuire deux pommes de terre à l’eau. Lorsque ces ­dernières sont devenues tendres, les écraser et les placer dans un torchon. Appliquer-le autour de la gorge toute la nuit. Si les symptômes persistent, on utilisera la patate directement en ­cataplasme. Dans ce cas, éplucher une pomme de terre, en rapper 60 g dans une ­quantité égale d’eau froide et porter le tout à ­ébullition. Laisser refroidir puis étendre la pâte sur la gorge avec une cuillère et ­maintenir par un lange en coton. Laisser agir toute la nuit.

Combattre l’otite avec le bouillon-blanc

Ingrédients 

  • 50 g de fleurs de bouillon-blanc (Verbascum thapsus)
  • Huile d’olive
  • 1 gousse d’ail fraîche

Préparation

  1. Mettre 50 g de fleurs de bouillon-blanc dans un bocal et recouvrir d’huile d’olive.
  2. Laissez reposer vingt-quatre heures. Placer le bocal dans un sac en papier sur le rebord d’une fenêtre ensoleillée. Laisser macérer trois semaines en remuant souvent.
  3. Presser au travers d’un tissu puis mettre en bouteille.

Mode d’emploi 

  1. En cas d’otite, mettre cinq gouttes de la préparation dans une cuillère à café.
  2. Presser une gousse d’ail fraîche et ajouter deux gouttes de ce jus dans l’huile.
  3. Chauffer quelques secondes à l’aide d’une allumette placée sous la cuillère.
  4. Faire couler quelques gouttes du mélange dans l’oreille, puis placer une bouillotte chaude dessus pour "détendre" le tympan douloureux.

Mise en garde : ne pas appliquer s’il y a écoulement et risque de tympan perforé.

Par Christophe Bernard

Remède aromatique contre la sinusite

Ingrédients

  • 15 gouttes d’HE de niaouli
  • 30 gouttes d’HE d’eucalyptus radié
  • 15 gouttes d’HE de menthe poivrée
  • 30 gouttes d’HE d’épinette noire
  • 50 ml d’huile végétale de macadamia

Mode d’emploi

Mettre la préparation dans un roll-on pour faciliter l’application, puis masser matin et midi les sinus frontaux et maxillaires ainsi que les poignets pendant cinq jours.

par Françoise Couic-Marinier

Antibio rétro : se déboucher le nez à l’aïl

Nos grands-mères ­connaissaient bien les vertus antiseptiques de l’ail et les propriétés astringentes du vinaigre, deux ingrédients largement utilisés en médecine naturelle. Pour contrer l’effet nez bouché, l’inhalation d’ail et de vinaigre est une méthode efficace.

À faire : ajouter une gousse d’ail finement hachée et 1 c. à café de vinaigre dans un demi-litre d’eau bouillante. Respirer pendant cinq à dix minutes plusieurs fois par jour, avec une serviette ou un torchon sur la tête.

Tisane au sureau noir

Alors que la fleur de sureau traite les affections respiratoires, le fruit renforce le système immunitaire en plus d’être riche en vitamines. Vous pouvez consommer le jus de baies de sureau une à trois fois par jour pour booster vos défenses.

Mode d’emploi

Mettre 15 g à 25 g de fleurs de sureau dans un litre d’eau frémissante. Couvrir et laisser infuser dix à quinze minutes. Prendre une tasse trois fois par jour. Une inhalation est possible avec 50 g de fleurs pour un litre d’eau.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité