Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Ôter les maux de la gorge

Rouge-gorge

Qu’elles soient d’origine virale ou bactérienne, les angines peuvent être combattues par l’emploi d'huiles essentielles. Voici comment.

Des douleurs, des sensations de brûlure, des picotements ressentis au niveau du cou sont communément désignés comme « maux de gorge ». En période hivernale, il n’est pas rare d’avoir mal à la gorge à cause d’une inflammation des voies respiratoires hautes, elle-même due à la présence d’un microbe. Quand les voies nasales sont aussi touchées, on parle de rhume ou de rhino-pharyngite.

La gorge, située après la bouche, comporte deux organes, le pharynx puis le larynx. C’est le lieu de passage des aliments comme de l’air inspiré et expiré par le nez et la bouche. Elle contient les amygdales, des organes lymphatiques jouant un rôle important dans la défense immunitaire de l’organisme. Le mal de gorge est l’un des symptômes d’une inflammation des muqueuses pharyngée et/ou laryngée. En effet, quand un microbe – qui peut être une bactérie –, un virus, un champignon ou un parasite pénètre dans l’organisme, celui-ci réagit afin de le neutraliser et de l’expulser. La première réaction est donc inflammatoire. Elle est caractérisée par l’apparition de quatre symptômes : une rougeur, une douleur, une chaleur et un gonflement de la peau ou des muqueuses. Des moyens efficaces pour combattre l’intrus ! Une gorge rouge, douloureuse et gonflée signifie en effet que le corps réagit, qu’il se défend. Ce phénomène inflammatoire est désigné par des mots contenant le suffixe « ite » : pharyngite, rhino-pharyngite, laryngite ou amygdalite, selon l’organe qu’elle touche. Il peut entraîner des difficultés à parler, à avaler et même à respirer. Une toux sèche peut aussi apparaître ; si elle n’est pas soignée, elle peut évoluer en toux chronique ou grasse, avec expulsion de mucosités.

Les différentes causes d’un mal de gorge

Un reflux gastro-œsophagien (RGO) peut provoquer un mal de gorge (lire encadré ci-contre), mais il ne sera pas soigné de la même façon. En réalité, dans 85 % des cas, les maux de gorge sont causés par des virus, souvent bénins. Mais ils peuvent également être la conséquence d’une infection bactérienne, comme lors d’une angine à streptocoque. Cette maladie peut être plus grave ; elle est généralement soignée par un traitement antibiotique. Ce recours pourra être évité grâce à la prise d’huiles essentielles antibactériennes à une posologie adaptée.

Les huiles essentielles ont toute leur place dans le traitement des maladies infectieuses, qu’elles soient d’origine virale ou bactérienne. On pourrait même dire qu’elles excellent dans ce domaine. Ce n’est donc plus nécessaire d’acheter un test de diagnostic rapide (TDR) dans une pharmacie – destiné à vérifier s’il s’agit d’une angine virale ou bactérienne –, car les HE présentent à la fois des activités antivirales et antibactériennes. Elles font preuve, enfin, d’un impact sur le système immunitaire, qu’elles stimulent afin que le corps se débarrasse rapidement des microbes.

Les huiles essentielles en massage et par voie orale

Comme le thym, le romarin ou la lavande, l’origan compact (Origanum compactum) – qu’il ne faut pas confondre avec sa cousine, la marjolaine des jardins (Origanum majorana) – appartient à la grande famille des lamiacées, caractérisée par des tiges à section carrée. Ses fleurs sont roses...

et regroupées. Il pousse sur des sols calcaires ensoleillés, notamment dans le sud de la France. L’huile essentielle d’origan contient environ 75 % de carvacrol, un phénol aux propriétés anti-infectieuses très puissantes. Antibactérienne et antivirale, elle est aussi immunostimulante. Cependant, elle n’est pas dénuée d’effets secondaires : appliquée pure, l’HE d’origan entraîne des lésions de la peau ou des muqueuses (elle est dermocaustique), et peut s’avérer toxique pour le foie. Elle sera donc toujours diluée dans une huile végétale et contre-indiquée chez les personnes ayant des problèmes hépatiques.

L’huile essentielle d’écorce de cannelier de Ceylan (Cinnamomum zeylanicum), surnommée « l’Attila de l’aroma », tue tout sur son passage ! Elle contient environ 65 % de cinnamaldéhyde, un aldéhyde aromatique dont l’activité anti-infectieuse est très puissante. Elle a aussi la réputation d’être une grande tonique aux vertus aphrodisiaques. Comme l’huile essentielle d’origan, elle est dermocaustique ; elle sera donc toujours diluée dans une huile végétale, à une concentration maximale de 15 %. En application locale, la chaleur qu’elle dégage sera appréciée : on la retrouve fréquemment dans des synergies en cas de « mal de dos ».

Pour soulager rapidement et localement

Quand la muqueuse pharyngée est enflammée, les maux de gorge peuvent être très douloureux. Des huiles essentielles décongestionnantes, anti-inflammatoires, antalgiques ou antitussives sont ici conseillées en application directe sur le cou et la partie haute du thorax (cf. la synergie proposée).

Pour toutes les infections rhino-pharyngées, il est difficile de ne pas penser à l’huile essentielle d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata), qui désinfectera et décongestionnera les muqueuses de toute la sphère ORL. De même, l’huile essentielle d’eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) est anti-inflammatoire ; quand elle est associée à celle de camomille noble (Chamaemelum nobile), elle révèle toute sa puissance. Enfin, l’huile essentielle de laurier noble (Laurus nobilis) est anti-infectieuse, avec un beau tropisme pour le système respiratoire. Elle est aussi antalgique ; elle aura donc toute sa place dans un mélange calmant des voies respiratoires hautes.

Cyprès et pin sylvestre contre les toux sèches

Afin de calmer une toux sèche, c’est-à-dire sans production de mucus et sans crachats, on pourra ajouter à cette synergie 2 ml (soit 50 gouttes) d’huile essentielle de cyprès de Provence (Cupressus sempervirens), une puissante décongestionnante veineuse et lymphatique. Cependant, elle est contre-indiquée pour les personnes ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancers hormono-dépendants. Si tel est le cas, on peut la remplacer par 2 ml (soit 50 gouttes) d’huile essentielle de pin sylvestre (Pinus sylvestris). En plus d’être une puissante tonique au niveau surrénalien, celle-ci apaise les toux sèches et grasses.

Il est important d’associer le traitement par voie locale (massage de la gorge) au traitement par voie orale (gélules avec un verre d’eau) pour une efficacité maximale. Tous les deux doivent être pris dès l’apparition des symptômes : fatigue, nez qui coule, éternuements, gorge qui gratte. Si ces derniers persistent après deux à trois jours de traitement, un avis médical est recommandé. Mais le plus souvent, le mal de gorge n’est plus qu’un mauvais souvenir !

Zoom

Ne pas confondre

Un léger mal de gorge peut aussi être ressenti au réveil. Si celui-ci disparait rapidement lorsqu’on boit, c’est qu’il n’est pas dû à la présence d’un microbe, mais à un reflux gastro-œsophagien (RGO), une remontée acide nocturne. Il est alors indispensable de traiter cette hyperacidité pour faire disparaitre la sensation matinale douloureuse.

Ma formule

Pour soulager l’angine

Propriétés 

Anti-infectieuse, décongestionnante, anti-inflammatoire, antalgique.

Indications 

Traitement local, en complément du traitement par voie orale, des maux de gorge, soulagement des symptômes dus à l’inflammation de la muqueuse (douleur, gonflement, toux…).

  • HE d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata) 3 ml
  • HE d’eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) 3 ml
  • HE de camomille romaine (Chamaemelum romana) 3 ml
  • HE de laurier noble (Laurus nobilis) 3 ml
  • HV de calophylle inophyle (50 %) + macérat huileux de calendula (50 %) QSP 100 ml

Posologie

Prenez trois à cinq gouttes du mélange. Massez le cou et le haut du thorax, éventuellement le dos au niveau des poumons, trois à cinq fois par jour, pendant quatre à six jours, selon l’évolution de la maladie. Compléter avec un traitement par voie orale de capsules d’origan, une à trois fois par jour selon le degré de l’infection (lire aussi l’encadré p. 34).

Précautions d’emploi 

Ce traitement est contre-indiqué les trois premiers mois de la grossesse.

Si vous n’avez jamais appliqué d’huile essentielle, testez votre tolérance avant d’en utiliser. Mettez une goutte d’une huile essentielle non dermocaustique à l’intérieur du coude. Si aucune rougeur n’apparaît après trente à soixante minutes, vous pouvez l’utiliser en toute sécurité.

1 ml = 25 gouttes. HECT : huile essentielle chémotypée. QSP = Quantité suffisante pour.

De l’origan en capsules

À faire

On l’appelle parfois « l’Attila des huiles essentielles » de par sa puissance antimicrobienne et antivirale. L’HE d’origan étant aussi très dermocaustique, il n’est pas toujours facile de la prendre par voie orale, que ce soit dans du miel, sur un sucre ou un comprimé neutre, car elle brule la muqueuse buccale. D’où l’intérêt de la prise en gélules.

Pour faciliter sa prise, utiliser des capsules contenant de l’HE d’origan compact (Oléocaps 1), à avaler avec un verre d’eau. En même temps que ce traitement, on recommande d’avaler une tasse de tisane de romarin le soir, pendant huit jours, pour protéger le foie.

Un mélange particulièrement efficace associant trois grandes huiles essentielles anti-infectieuses – l’origan, la sarriette et la cannelle, mais aussi la menthe poivrée pour soutenir le foie – est disponible dans le commerce : Oléocaps 2.

Tisane aux plantes et à l’HE de cannelle

À faire

Pour parfaire votre traitement à l’huile essentielle d’origan, mais surtout pour associer l’efficacité au plaisir (c’est ça aussi, l’aromathérapie !), vous pouvez préparer une tisane tonique aux propriétés anti-infectieuses. Elle apporte souvent beaucoup de bien-être au cours du soin. Car lors d’une infection microbienne, le corps, qui ne cesse de lutter contre les microbes, se fatigue beaucoup. On se sent vite épuisé, las, abattu. Cette tisane aromatique va permettre d’attaquer la journée avec envie et tonus, tout en soutenant l’organisme dans sa guerre contre les intrus.

Laissez infuser, à couvert, 40 g de sommités fleuries de thym (Thymus vulgaris), d’origan (Origanum compactum) ou de sarriette (Satureja montana) dans un litre d’eau frémissante, pendant dix à quinze minutes. Filtrez. À part, dans une grande tasse, mettez une grosse cuillerée à dessert de miel de thym et ajoutez une à deux gouttes d’huile essentielle de cannelle. Mélangez. Versez dans la tasse un peu d’infusion. Mélangez à nouveau. Transférez le contenu de la tasse dans un Thermos, incorporez le jus d’un demi-citron puis remplissez-le avec l’infusion de thym et d’origan.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité