Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

Eviter et soulager les calculs rénaux avec les huiles essentielles

Eviter et soulager les calculs rénaux avec les huiles essentielles
Eviter et soulager les calculs rénaux avec les huiles essentielles

Les lithiases rénales plus communément appelées « calculs », sont des cristaux de sels minéraux et d'acides qui se forment dans les voies urinaires. Très douloureuse et souvent récidivante, cette affection peut être soulagée, voire évitée grâce aux huiles essentielles.

Ils touchent 5 à 10 % de la population, et principalement les hommes : dans une grosse majorité des cas, les calculs se forment par agrégation de petits cristaux d’oxalate de calcium ou bien d’acide urique. Cécile Adant, pharmacienne et responsable des formations chez Pranarôm, explique que ces concrétions pierreuses résultent souvent d’un terrain génétique propice à leur développement ou de mauvaises habitudes de vie. Car très souvent, les calculs sont dus à un manque de dilution des urines, c’est-à-dire à une consommation trop faible en eau. « Les minéraux issus de notre alimentation tels que le calcium, potassium, sodium peuvent alors s’accumuler et se retrouver en concentration excessive dans l’urine. Ils peuvent s’agréger et former des petites particules solides ». Autre origine courante, l’alimentation riche en sucre et en protéines animales qui provoque un déséquilibre acido-basique. « Le pH sanguin s’acidifie et favorise la formation de cristaux d’oxalate de calcium et d’acide urique. » Concernant l’aspect génétique de la maladie, elle poursuit : « On peut avoir une déficience rénale de nature qui fait que le rein ne fonctionne pas de manière optimale ». Effectivement, on retrouve une histoire familiale dans près de 40 % des cas.

Vers la colique néphrétique

Lorsqu’ils sont minuscules, les calculs rénaux peuvent facilement être éliminés par les voies naturelles, mais certains plus épais (ils peuvent atteindre la taille d’une balle de golf !) peuvent se coincer dans le haut de l’appareil urinaire, parfois dans la vessie, déclenchant dans 80 % des cas une crise de colique néphrétique. Les calculs bouchent les canaux par lesquels l’urine est évacuée, provoquant une pression dans les voies urinaires et une rétention des urines. « Le passage de la pierre dans les uretères provoque des douleurs lombaires insoutenables et omniprésentes, au point que l’on peut penser que l’on va mourir, et hélas, aucune position ne soulage. L’envie d’uriner est fréquente et la miction provoque des brûlures. La mobilité des cristaux peut également blesser les parois urinaires, pouvant provoquer la présence de sang dans les urines » détaille Cécile Adant. En cas de fièvre, de frissons ou de marbrures cutanées (marques violacées sur la peau dessinant un réseau en mailles), il peut s’agir d’une infection, il est alors nécessaire de consulter.

Anti-inflammatoires et antalgiques opiacés

Face aux douleurs violentes que peut générer la colique néphrétique, la médecine allopathique répond par la prise de médicaments ­anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et d’antalgiques opiacés, afin de soulager ces sensations aiguës et continues. Autre technique, l’urétéroscopie consiste à enlever le calcul, sous anesthésie générale, à l’aide d’un urétéroscope, ou de le pulvériser...

au laser s’il est trop gros. Mais ces traitements ne sont pas sans effets secondaires. « Les anti-inflammatoires peuvent créer des maux d’estomac et des saignements supplémentaires. Quant aux antalgiques, ils sont si puissants qu’ils peuvent provoquer nausées, constipation et vous mettre complètement HS », commente Cécile Adant. Des effets contraignants qui peuvent être évités et, pour ce qui est de l’action antalgique, optimisée, en choisissant l’aromathérapie.

Soulager en urgence

En cas de crise de colique néphrétique, l’huile essentielle de khella (Ammi visnaga) est à avoir dans sa trousse à pharmacie d’urgence. « Cette huile essentielle dilate les vaisseaux de l’uretère, ce qui va permettre de faciliter le passage et l’évacuation des calculs lors de la miction. Elle possède des propriétés antispasmodiques puissantes grâce à sa teneur en furanochromones et en pyranocoumarines » décrit Cécile Adant. Une huile essentielle que l’on va associer à celle d’hélichryse italienne (Helichrysum italicum) connue pour ses vertus anti-inflammatoire, antidouleur, décongestionnante et antispasmodique. Il est possible d’obtenir un effet antalgique quasi immédiat, en cumulant une prise sublinguale de ces deux huiles, avec une application cutanée sur la zone douloureuse. « Souvent, la douleur s’arrête presque instantanément, alors que les médicaments mettent une bonne demi-heure à agir » ajoute Cécile Adant. Seul hic, la khella et l’hélichryse italienne sont deux huiles onéreuses, mais le soulagement qu’elles entraînent vous convaincra.

Formule pour soulager une crise de colique néphrétique

Propriétés : Vasodilatatrice, décongestionnante, antalgique, anti-inflammatoire.

Indication : Au moment de la crise, lorsque la douleur est vive.

  • Huile essentielle de khella Ammi visnaga ... 2 gouttes
  • Huile essentielle d’hélichryse italienne Helichrysum italicum ... 2 gouttes

Mode d’emploi : Verser les huiles essentielles pures dans la paume de la main.

Posologie : Masser le mélange des deux huiles sur la zone douloureuse (en général au niveau des lombaires). Verser les mêmes doses dans une cuillère à café de miel et déposer sous la langue jusqu’à six fois dans la journée. Si la douleur baisse, diviser le dosage par deux (1 goutte de chaque HE).

Précautions d’emploi : Pas chez la femme enceinte et allaitante, ni chez l’enfant avant 6 ans, ni pour les personnes asthmatiques ou en cas d’exposition au soleil.

Prévenir la récidive

Une fois la crise passée, il est important de rester vigilant car la lithiase urinaire est une pathologie récidivante. Terrain génétique favorable, métabolisme lent, mauvaises habitudes alimentaires, situation de stress… Chez la moitié des personnes qui ont connu une crise de colique néphrétique, une deuxième crise est observée dans les cinq années suivantes. Cette tendance aux rechutes justifie la mise en place d’une hygiène de vie adaptée combinée à l’usage de l’aromathérapie.

Une prévention au quotidien

Suite à un premier épisode de calculs rénaux, le risque de récidive est assez élevé (10 à 20 % dans l’année qui suit, 40 % cinq ans après et 75 % vingt ans après). Voici les mesures diététiques et solutions phyto à mettre en place au quotidien, si vous êtes sujet à des calculs calciques, la forme la plus fréquente (85 % des cas).

  • Faire le plein de fruits et de légumes.
  • Ne pas abuser d’aliments riches en acide oxalique : épinard, cresson, oseille, chocolat.
  • Boire beaucoup augmente le volume des urines et limite la concentration des sels minéraux. Privilégier une eau riche en bicarbonate (Saint-Yorre, Hépar, Vittel).
  • Faire une cure de jus de citron ou de jus d’orange, riche en citrate qui inhibe la formation et l’agrégation des cristaux d’oxalate de calcium.
  • Limiter les apports en sel : maximum 6 g par jour.
  • Boire des tisanes drainantes et équilibrantes minérales : chiendent, ortie, verge d’or, pissenlit, prêle, cassis. Les décoctions d’aubier de tilleul soutiennent le fonctionnement des reins.
  • En gemmothérapie, les bourgeons de genévrier et d’airelle sont indiqués.
  • En cas de calculs uriques : il convient de limiter les produits provenant d’animaux (viandes rouges ou fumées, abats, crustacés) et sucres rapides. Mieux vaut éviter les asperges.
  • En gemmothérapie, le bourgeon de bouleau est conseillé.

Certaines huiles essentielles ont en effet la capacité de dissoudre les pierres, par une action litholytique. Si ce mécanisme d’action n’a pas été expliqué scientifiquement, il n’en reste pas moins efficace, certaines molécules freinant la formation des calculs. L’essence de citron (Citrus limonum) et l’huile essentielle de lemongrass (Cymbopogon) contiennent des molécules appelées aldéhydes terpéniques et terpènes qui permettent d’éviter la formation de ces concrétions. « En plus de leur action litholytique, ces deux huiles sont intéressantes en prévention car anti-inflammatoires et basifiantes du pH de l’organisme. Le lemongrass est également antalgique et anti-infectieux » précise l’aromathérapeute. D’autre part, l’huile essentielle de genévrier commun (Juniperus communis L.), à la fois antalgique et drainante, va faciliter le travail du rein grâce également, à sa teneur en molécules terpéniques.

Enfin, Cécile Adant recommande le romarin à verbénone pour exercer une action de fond. « Cette huile essentielle décongestionne le foie afin de limiter les déchets dans le sang et ainsi alléger le travail du rein ».

Consommées par voie sublinguale, ces huiles essentielles entrent directement dans la circulation sanguine et sont rapidement filtrées par le rein pour un effet ­anti-inflammatoire, antidouleur et anti-infectieux très rapide. Idéal lorsque l’on sort d’une crise de colique néphrétique, ou dès les premiers signaux d’une ­nouvelle crise.

Formule pour prévenir une récidive de calculs rénaux

Propriétés : Litholytique, drainante, anti-inflammatoire, antalgique.

Indications : Après une crise ou en cas de premiers signaux d’une nouvelle crise.

  • Huile essentielle de genévrier commun Juniperus communis L. ... 60 gouttes
  • Huile essentielle de lemongrass Cymbopogon ... 30 gouttes
  • Essence de citron Citrus limonum ... 60 gouttes
  • Huile essentielle chémotypée de romarin à verbénone Rosmarinus officinalis CT verbénone ... 30 gouttes

Mode d’emploi : Dans un flacon de 10 ml, verser les gouttes d’huiles essentielles.

Posologie : Déposer 2 gouttes du mélange dans une cuillère à café d’huile d’olive et déposer sous la langue. À faire 1 à 2 fois par jour, pendant 3 semaines.

Précautions d’emploi : À ne pas utiliser par la femme enceinte ou allaitante ni par les enfants avant 6 ans.Cécile Adant

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité