Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

Résister aux coups de froid grâce aux huiles essentielles

Coup de froid
Coup de froid

L'automne, saison intermédiaire, s'accompagne sans doute plus que d'autres de variations importantes des températures. Or l'organisme peine à surmonter ces changements, parfois brusques, et devient moins performant face aux virus. Zoom sur les huiles essentielles qui vont aider notre réaction immunitaire à ne pas faiblir.

Sur fond de réchauffement climatique, nous sommes aussi fréquemment soumis à des changements plus intenses caractérisés notamment par des températures très fluctuantes. On constate une augmentation de l’amplitude thermique à savoir la différence entre la température la plus élevée et la température la plus basse, à un endroit précis et pendant une période déterminée.

Or, cette amplitude thermique est parfois très élevée ! L’été, mais aussi l’automne, il n’est en effet pas rare de perdre en l’espace de vingt-quatre heures une dizaine de degrés ! Le fameux été indien, caractérisé en principe par un temps ensoleillé et radouci après les premières gelées, est susceptible de se produire à plusieurs reprises. Ces changements rapprochés des températures fatiguent notre organisme qui a parfois du mal à s’y adapter. L’être humain a, en effet, besoin de maintenir sa température interne aux alentours de 37 °C. Quand la température chute lors des changements de saison, l’organisme s’auto­régule grâce aux capteurs présents au niveau de la peau et de l’hypothalamus qui envoie des signaux au cerveau. Malheureusement, cette suractivité fatigue l’organisme et le système immunitaire, et rend vulnérable aux rhumes, aux maux de gorge et à la toux.

Attention aux enfants et aux seniors

Les bébés dont le système de régulation de la température est encore immature, mais aussi les enfants qui ont moins conscience de ces modifications sont particulièrement confrontés aux désagréments provoqués par l’amplitude thermique. Leurs extrémités, comme les pieds et les mains, étant peu vascularisées, elles sont vite rafraîchies.

Pour les protéger au mieux, n’hésitez pas à leur faire porter plusieurs couches de vêtements faciles à enlever et n’oubliez pas de bien couvrir leur tête, leurs mains et leurs pieds. Des gestes simples comme le fait de veiller à ne pas marcher pieds nus sur un sol froid, de sécher soigneusement leurs cheveux après le bain ou de les découvrir en rentrant à la maison vont éviter qu’ils ne prennent froid.

Les seniors sont aussi sensibles aux écarts de température, car leur thermogenèse ­fonctionne moins bien et la température de leur corps baisse de 0,5 à 1 degré en raison d’un ­métabolisme moins actif. Les personnes âgées sont également plus sensibles à la baisse de température, car avec les années, non ­seulement elles bougent moins, mais aussi le sang n’afflue plus de la même manière et elles ont souvent les mains beaucoup plus froides que le reste de leur corps. Pour éviter les coups de froid, elles doivent porter plusieurs épaisseurs de ­vêtements faciles à enlever. La température de la ­maison ne doit être ni trop élevée ni trop basse et atteindre idéalement entre 20 et 22 °C. Enfin, prévenir les refroidissements ne signifie pas renoncer à aérer son logement ! Dix minutes le matin suffisent pour renouveler l’air ambiant sans prendre froid.

Lors de la préménopause et parfois de la ménopause, qui se caractérise par une baisse des œstrogènes, les bouffées de...

chaleur, d’origine hormonale peuvent a posteriori apporter une sensation de froid. Là aussi, les bonnes habitudes vont vous permettre d’y faire face. Privilégier par exemple des vêtements comme les gilets. Pour cette méthode, qui fait penser aux différentes couches des pelures d’oignon, choisissez des matières aux fibres respirantes, adaptées aux changements, car elles ne vont pas retenir l’humidité qui se dégage lors d’un chaud-froid.

Un quatuor d’huiles essentielles

Mais, en plus d’adopter un comportement ­protecteur, on peut aussi soutenir notre ­homéothermie en stimulant la régulation ­biologique de notre corps. C’est là que peuvent intervenir certaines huiles essentielles qui ont la capacité d’agir sur la thermorégulation et d’éviter ainsi que dans ce petit moment où notre corps est plus vulnérable, les frissons ressentis ne se transforment en rhume ou pire en infection virale.

Obtenue par distillation d’aiguilles de sapin blanc, l’huile essentielle de sapin pectiné contient une quantité intéressante de monoterpènes, notamment de limonène, d’alpha-pinène et de camphène. Le limonène est réputé pour ses propriétés antiseptiques et antivirales et permet de limiter la fragilité aux différents virus. Le camphène permet de dégager les bronches qui sont souvent prises lors des changements de températures.

Très recherchée lors des changements de saison, l’huile essentielle d’eucalyptus radié contient une quantité intéressante d’eucalyptol (1,8-cinéole). Apprécié pour son odeur rafraîchissante semblable au camphre, l’eucalyptol permet aussi de mieux résister aux virus, car il va donner un petit coup de fouet aux ­molécules de l’immunité que l’on retrouve notamment au niveau des ganglions lymphatiques. C’est aussi le cas du ravintsara qui stimule les glandes surrénales impliquées dans la réponse immunitaire. Ce n’est pas un hasard si le ravinstara est qualifié de « bonne feuille » par les Malgaches !

Considérée par certains ­aromathérapeutes comme étant indispensable en particulier lors des changements de saison, l’huile ­essentielle de thym à thujanol contient du linalol, du ­limonène, du géraniol et du citral, des ­composants aux propriétés notamment immunomodulantes et antivirales. L’huile essentielle de thym à thujanol renforce les capacités de défense de l’organisme et soulage les maux de gorge fréquents après un coup de froid. Elle possède aussi une action réchauffante, ­appréciée des personnes qui souffrent des extrémités froides.

De plus, notre formule à prendre dès que l’on a la sensation d’avoir pris froid, protège aussi de problèmes plus graves. « Si vous avez été vraiment infecté par un virus, que ce soit le Covid-19 ou un autre, les huiles essentielles vont alors immédiatement diminuer la charge virale de ce dernier », précise l’aromathérapeute ­Françoise Couic-Marinier.

On applique en général ces huiles essentielles diluées dans des huiles végétales sous forme de massage notamment sur la plante des pieds, dont les terminaisons nerveuses sont en correspondance avec nos organes, et le long de la colonne vertébrale. Et en tout état de cause, restons vigilants face aux changements brutaux de température !

Le vent froid en médecine chinoise

En médecine chinoise, certaines maladies sont provoquées par une dysharmonie entre l’organisme et des éléments externes comme le vent, le froid, la canicule, l’humidité, la sécheresse et la chaleur.

Doté de la propriété d’ouvrir et de disperser, le vent attaque généralement le haut du corps comme la tête et la nuque. Le vent externe pénètre par la peau ou les voies respiratoires, perturbant le qi défensif : il provoque alors fièvre et transpiration.

Le vent interne, quant à lui, est responsable de l’apparition de symptômes comme les vertiges, les spasmes, les pertes de connaissance…

D’origine yin, le froid peut être, lui aussi, externe ou interne. Externe, le froid atteint la surface du corps et provoque une réaction du qi défensif qui bloque alors la peau (frissons) et les muscles (syndrome grippal, courbatures). Interne, le froid touche principalement la rate, le cœur et les reins avec l’apparition des pieds et des mains froids.

Lorsque le vent est associé au froid, des symptômes spécifiques apparaissent comme des frissons, un écoulement nasal, un rhume voire une grippe.

Formule pour renforcer les défenses de l’organisme

Propriétés : immunostimulante, antivirale, assainissante et mucolytique.

Indications : Aider l’organisme à gérer les différences de température et prévenir les attaques virales.

Voie locale

  • HE de sapin pectiné Abies alba 30 gouttes
  • HE d’eucalyptus radié Eucalyptus radiata 60 gouttes
  • HE de ravintsara Cinnamomum camphora 60 gouttes
  • HE de thym à thujanol 30 gouttes Thymus vulgaris L.
  • HV de macadamia qsp 50 ml

Mode d’emploi : Prendre un flacon de 50 ml, y verser les huiles essentielles selon les quantités indiquées, compléter avec l’huile végétale de macadamia.

Posologie : Appliquez ce mélange sur le dos le long de la colonne vertébrale, le thorax, la plante des pieds dès les premiers symptômes du coup de froid et jusqu’à cinq fois par jour s’il s’agit d’un virus. L’effet se fait ressentir en général assez vite. Si au bout de deux jours les symptômes persistent, il faudra envisager un autre traitement.

Précautions d’emploi : À ne pas utiliser par les personnes asthmatiques et en cas d’insuffisance respiratoire, les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 ans.

Formule pour protéger les petits des variations de température

Propriétés : Immunostimulante, tonique et antivirale.

Indications : Renforcer le système immunitaire des bébés et des enfants de moins de 3 ans.

Voie Locale

  • HE de citron Citrus limon 1 goutte
  • HE de lavande officinale Lavandula officinalis ou lavandula angustifolia 1 goutte
  • HV de nigelle 10 gouttes

Mode d’emploi : Verser les huiles essentielles dans le creux de la main où aura été versée au préalable l’huile végétale.

Posologie : Appliquer le mélange sous forme de massage sur la plante des pieds le soir au coucher pendant trois jours.

Précautions d’emploi : À ne pas utiliser chez les enfants de moins de 6 mois.

1 ml = 25 gouttes.HECT : huile essentielle chémotypée. QSP : quantité suffisante pour.

Torticolis : les bons réflexes

Un coup de froid, un courant d’air mal placé dans le cou peut provoquer un torticolis. Tourner la tête devient douloureux, car en entravant la circulation capillaire locale, une contracture musculaire se déclenche. Le torticolis peut disparaître spontanément, mais il peut aussi perdurer et limiter la mobilité du cou. Le massage a fait ses preuves pour soulager la douleur, améliorer la mobilité et l’amplitude de mouvement et réduire la tension musculaire. Le torticolis disparaît en général au bout d’une semaine.

À faire

Pour réaliser un automassage, utilisez vos deux pouces et effectuez des pressions légères pendant plusieurs minutes en partant du haut de votre cou et en vous dirigeant vers votre muscle trapèze. Pour optimiser le massage, on utilisera trois gouttes d’huile essentielle de gaulthérie, d’hélichryse ou d’estragon que l’on aura diluées dans le creux de sa main dans cinq gouttes d’huile végétale d’arnica ou de millepertuis.

 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité