Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Andropose. Le confort au masculin

Certaines huiles essentielles possèdent des propriétés particulières, celle de réharmoniser et de rééquilibrer une fonction ou un système.

L’homme subit au cours de sa vie des modifications de ses fonctions reproductrices. La sécrétion des hormones évolue amenant des modifications physiologiques. Si celles-ci sont moins prononcées que chez la femme, l’andropause se traduit néanmoins par des symptômes plus ou moins inconfortables, voire préjudiciables à la santé. Sur ce registre, les huiles essentielles offrent de nombreuses propriétés qui mériteraient d’être un peu mieux connues de la gent masculine ! 

Lorsque le corps vieillit, des fragilités apparaissent. Le métabolisme ralentit et se manifestent des symptômes bénins comme la chute ou le blanchiment des cheveux, la perte de la tonicité de la peau et des muscles, la dégénérescence des cartilages, la baisse de la mémoire, des réflexes, de la libido, etc. Le fonctionnement du système endocrinien évolue lui aussi. Si chez l’homme, la production hormonale ne chute pas brutalement comme chez la femme, elle diminue progressivement.

Le déclin progressif des fonctions hormonales masculines, qui préserve toutefois les capacités reproductrices de l’homme, est connu médicalement comme l’andropause. Elle touche le tissu prostatique qui se congestionne et, après 60 ans, un homme sur deux est concerné par des dysfonctionnements. Inflammation, hypertrophie, adénome, infection, favorisent les micro-foyers cancéreux qui, avec l’âge, augmentent de manière significative au sein de ce tissu.

Pour contrer les symptômes, finalement naturels, la médecine allopathique cherche à stimuler les hormones, voire quand le retentissement sur le métabolisme est jugé trop important, elle préconise l’opération de la prostate. Or des actifs naturels peuvent agir en prévention pour soutenir les tonus sexuel, nerveux et hormonal. Par leur rôle de régulateurs respectueux des fonctions physiologiques propres à l’individu et à son âge, ils apportent un mieux-être évident.

Il est clair qu’en freinant les réactions de stress oxydatif que subit l’organisme on maintient plus longtemps un fonctionnement optimal. Ces cures antioxydantes, recommandées plusieurs fois dans l’année à partir de la quarantaine, vont ralentir les effets du temps, qui se font ressentir au plus profond de nos cellules. L’HE de clou de girofle possède ces propriétés antiradicalaires et antioxydantes. Il a été démontré qu’elles sont cent fois plus élevées que celles de la vitamine C, et dix fois plus élevées que celles de la vitamine E, un des meilleurs anti-âges actuels. Cette HE est aussi l’une des plus protectrices pour ses remarquables propriétés anti-infectieuses. Cette garde rapprochée s’opère au plus profond de chaque cellule, dans son fonctionnement métabolique et enzymatique. L’eugénol, l’actif aromatique en question, constitue donc un véritable compagnon de route quand on vieillit.

Soutenir la chimie du corps

En parallèle à cet esprit préventif, il est aussi utile de s’occuper des symptômes. Donner un petit élan à la fonction de reproduction, tant d’un point de vue de la fertilité que de la sexualité, et soutenir le tonus endocrinien sont essentiels. Le romarin à verbénone offre une essence aromatique très efficace pour réharmoniser les hormones en déroute ou en berne. Avec un tropisme hépatique très prononcé, c’est un grand drainant et régénérateur du foie. Mais ses propriétés rayonnent encore bien au-delà, il est actif aussi au niveau de l’hypothalamus et des glandes sexuelles (ovaires et testicules). Au travers de ces effets complémentaires et synergiques, cette HE est précieuse en matière de prévention de troubles endocriniens, quelle que soit leur étiologie (métabolique, génétique, organique...). Elle travaille dans le dessein d’une réharmonisation, d’un rééquilibrage et non pas d’une stimulation. Elle constitue un allié de choc pour pallier les effets du temps sur les hormones. Pour cela, elle s’utilise directement sous la langue, seule ou en synergie. Par voie sublinguale: 2 à 3 gouttes diluées sur un support, deux fois par jour, en cure de trois semaines, à renouveler si besoin. Les effets sont rapides sur la peau, le tonus général, le sommeil, l’équilibre du poids... Attention, par mesure de prudence, elle est déconseillée en cas d’antécédents de cancers hormono-dépendants.

Régulation nerveuse

Si la chimie du corps humain est un équilibre subtil et essentiel qui n’est pas toujours simple à rétablir, c’est entre autres parce que le système endocrinien est en relation directe avec le système électrique, à savoir le système nerveux. En effet le SNC, par l’intermédiaire de l’hypothalamus, contrôle la sécrétion hormonale qui agit en retour sur la fonction nerveuse (feedback). Il ne peut donc y avoir d’équilibre nerveux sans équilibre endocrinien et vice et versa. Certaines HE possèdent des propriétés particulières qui n’existent pas en allopathie celle de réharmoniser et de rééquilibrer une fonction ou un système. Le système nerveux peut être en berne et pourtant en surrégime. Fatigue, coup de pompe, insomnies, troubles de l’humeur... et le retentissement sur la vie intime est inévitable. Le laurier noble, à la fragrance vivifiante et chaude, est un régulateur nerveux qui travaille sur les systèmes para et orthosympathiques. Appliquée dans le dos sur le trajet de la moelle épinière, elle calme les états d’anxiété, de nervosité, de stress par manque de confiance en soi, et tonifie les fonctions nerveuses lorsqu’elles sont inhibées par le surmenage.

Son parfum a un impact psychique instantané. Il invite au mouvement, à la puissance, à la volonté, à la confiance et à l’accomplissement. Autant d’attributs masculins qu’il peut être utile de soutenir ou de réveiller. D’autres huiles essentielles issues de plantes qualifiées de très yang par la médecine chinoise apportent aussi ce type d’effet comme le gingembre, le bois de Siam et le bois de santal. Parce que le tissu nerveux est particulièrement sensible à ces propriétés informationnelles, l’impact psychique sera immédiatement ressenti dans toutes les fibres du corps humain, à savoir un tonus physique et sexuel meilleur. On pourra compléter la voie olfactive par la voie sublinguale (les actifs volatils migrent aussi vers le cerveau par les fosses rétronasales), ainsi que par la voie cutanée (colonne vertébrale, bas du dos et même bas-ventre ou zones érogènes). Voilà une synergie de choc pour accueillir sereinement la période de l’âge mûr.

Ma formule aroma : Soutenir les fonctions masculines

Propriétés : antioxydante et antiradicalaire, stimule le tonus nerveux, sexuel et endocrinien.

Ingrédients :

  • HECT de laurier noble (Laurus nobilis) : 1 ml
  • HECT de romarin à verbénone (Rosmarinus officinalis CT verbénone) : 1 ml
  • HECT de gingembre (Zingiber officinales) : 1 ml
  • HECT de bois de Siam (Fokienia hodginsii) : 1 ml
  • HECT de giroflier (Syzygium aromatique) : 1 ml

HECT : huile essentielle chémotypée

Indications : baisse de la libido, fatigue physique et psychique, troubles de l’érection, impuissance.

Voie cutanée : appliquer de 4 à 6 gouttes sur la colonne vertébrale et les surrénales, en insistant sur le bas du dos, deux fois par jour. Si la tolérance cutanée n’est pas bonne, diluer dans deux gouttes d’huile végétale de noisette ou de noyau d’abricot.

Voie olfactive : déposer 1 goutte à l’intérieur des poignets et respirer profondément cinq fois de suite, six fois dans la journée.

Voie sublinguale : dans la bouche, 2 gouttes diluées dans un peu d’huile de lin ou de noisette, trois fois par jour.

Traitement : à pratiquer en cure de trois semaines en associant au besoin les trois voies d’administration

Contre-indications : sujets épileptiques.

Précautions d’emploi : déconseillé en cas d’antécédent de cancer hormono-dépendant, surveiller la tension artérielle pendant le traitement si celle-ci a tendance à monter facilement.

Intimité : Une pause plaisir aromatique

Le plaisir et le désir masculin peuvent aussi être stimulés par les parfums aromatiques naturels plus particulièrement par les odeurs musquées, boisées, chaudes et épicées. L’aromathérapie nous offre tout une variété de fragrances dont l’impact informationnel est en relation directe avec l’appétit de la vie, le désir de l’autre, l’envie de jouir des plaisirs de l’incarnation. Dans ce registre aphrodisiaque, les huiles essentielles les plus douées sont sûrement celles d’écorce et de rhizome, évoquant la partie de la plante la plus yang par sa localisation (écorce rigide en surface) ou sa forme (rhizome tortueux). Écorce de bois de santal, de bois de Siam, de cannelle, ou encore rhizome de gingembre, sont des organes producteurs fournissant des HE aux propriétés aphrodisiaques. Une autre HE, celle de menthe citronnée, possède de remarquables propriétés stimulantes sexuelles tout en harmonisant le système nerveux et le mécanisme du désir.

À faire : dans un flacon de 30 ml, déposer :

  • 5 gouttes d’HE de menthe citronnée,
  • 10 gouttes d’HE de bois de santal ou de Siam,
  • 10 gouttes d’HE de gingembre et 5 gouttes d’HE d’ylang-ylang.
  • Compléter le flacon avec de l’huile végétale de sésame. Utiliser en massage des zones érogènes en évitant les muqueuses. L’énergie de l’ylang-ylang invite au lâcher-prise et à la sensualité.
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité