Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Calmer les excès de son tempérament

Aromathérapie : Calmer les excès de son tempérament

Si les huiles essentielles étonnent par leur puissance d’action et leurs propriétés pharmacologiques sur l’organisme, elles fascinent aussi par les effets qu’elles opèrent sur la psyché et la sphère émotionnelle. Connaître et choisir les huiles essentielles en fonction de son tempérament ouvre une dimension supplémentaire à l’aromathérapie.

Dès lors qu’un flacon d’huile essentielle (HE) est ouvert, sa nature volatile diffuse librement dans l’atmosphère. Cette empreinte aromatique touche alors instantanément et inévitablement les voies respiratoires et olfactives des occupants de la pièce. Plaisir, bien-être, envie de rire, de partager, de respirer, ou bien à l’inverse, déplaisir, perception désagréable, agressive, pouvant même amener des maux de tête, des nausées et des émotions négatives : les odeurs sont la clef de bien des serrures.

Le nerf olfactif véhicule l’information immédiatement au niveau cérébral, plus précisément au niveau du système limbique, qui n’est autre que la zone où naît un rire ou une larme, c’est-à-dire le siège des émotions. Si la perception visuelle ou auditive est soumise à l’analyse mentale, l’odeur la court-circuite. Les HE ont ainsi des propriétés subtiles qui seront pleinement exprimées par une voie d’administration très novatrice, la voie olfactive. Ce potentiel aromatique aura un impact maximum si on choisit son HE en fonction de son caractère, de ses excès et faiblesses. La psyché ainsi que le corps physique seront rééquilibrés d’une manière juste.

Au préalable, il convient de bien identifier les dominantes de son tempérament. Hippocrate, médecin grec (- 400 av. J.-C.) considéré comme le père de la médecine occidentale, fondait ses principes de diagnostic et de soin sur la théorie des quatre éléments : eau, terre, air et feu. En les superposant à l’organisme humain, il a défini l’état de santé comme leur état d’équilibre, le juste milieu des polarités humide et sec, froid et chaud. De nature froide et humide, l’eau s’apparente au phlegme (la lymphe) et à la sphère urinaire. La terre, de nature froide et sèche, correspond à la bile noire et au système respiratoire. Le feu, chaud et sec, fait référence à la bile et au foie, et enfin l’air, plutôt chaud et humide, s’associe au sang et au système circulatoire. La prédominance d’une de ces humeurs selon Hippocrate détermine le type de maladie auquel le sujet sera exposé, mais aussi son tempérament et la façon la plus adaptée pour le soigner.

Quel tempérament !

L’individu à l’excès lymphatique affiche un physique plutôt rond, épais et relâché, à l’allure nonchalante. C’est un observateur. Il a beaucoup de mémoire, est souvent impassible et fait preuve de sang-froid et de patience. Il est plutôt craintif et peut être submergé par la peur, son point faible est l’élimination (rein, vessie).

Le tempérament nerveux (la bile noire) est petit, mince, tendu, au geste imprécis et saccadé, son regard est inquiet. C’est en général un intellectuel à l’esprit analytique (il fait des listes), il est patient, minutieux et susceptible. Dans sa tour d’ivoire, il peut se noyer dans la mélancolie. Son système nerveux et son cerveau seront à chouchouter, ainsi que l’organe poumon.

Le sanguin est un gourmand de la vie, il se fait toujours remarquer, il prend de la place par sa carrure plutôt massive et imposante. Il fait du bruit, son regard est vif, direct et chaleureux. Ce personnage cordial est sociable et ouvert, sujet à l’excès et à la recherche effrénée de plaisirs, son point faible est cardiovasculaire (cœur, intestin grêle).

Le bilieux ou le colérique, enfin, est le plus volontaire de tous. À la stature fine, musclée et tonique, son regard est franc et décidé. Il fait preuve d’un esprit entreprenant et courageux, il a le sens des responsabilités, l’âme d’un chef et une main de fer, la tendance autoritaire et impatiente. Son foie et sa vésicule biliaire le font souvent souffrir.

Choisir son essence

Trouver le juste milieu, la tempérance et l’équilibre de ces humeurs – car nous ne sommes jamais uniquement d’un seul tempérament – est la clé de la santé physique et psychique. Ne pas se laisser submerger par ses tendances, ne pas plonger dans le désespoir et la tristesse à la moindre mauvaise nouvelle (pour les nerveux), ne pas régler les problèmes en criant ou hurlant pour éviter de mettre en tension son foie (pour les bilieux), ne pas trop s’emporter dans les excès de gourmandises et de plaisirs (pour les sanguins), sortir de la peur et de l’anxiété (pour les lymphatiques) : toutes ces exigences sont à la portée des huiles essentielles.

Cette approche ancienne des humeurs d’Hippocrate est complétée aujourd’hui par la connaissance des propriétés bioélectroniques des HE. Les travaux de Claude Vincent, Jean Valnet et Pierre Franchomme ont permis de mettre en évidence leur capacité à humidifier ou à assécher, à refroidir ou à réchauffer. Ils ont montré la manière dont elles agissent sur le milieu de par leur charge en protons et en électrons. Par exemple, l’HE de genévrier commun est d’un point de vue bioélectronique plutôt asséchante et basifiante, ce qui est logique pour rétablir des terrains trop acides. Avec cette analyse moderne les armes aromatiques prennent aussi de la précision et encore plus de puissance sur le registre subtil.

Il est ainsi possible de lister quelques HE spécifiques pour chaque tempérament, qui seront particulièrement recommandées en cas de problème de santé. Par exemple, les HE les plus chaudes et humides, comme le néroli, la marjolaine des jardins, le bois de rose, le thym à linalol, le palmarosa, le tea tree, les cannelles, toutes les HE à phénols, seront intéressantes pour réharmoniser la détresse des nerveux et les ouvrir vers l’extérieur. Les HE chaudes et sèches comme les essences d’agrumes, le basilic, les anis, le cyprès de Provence, les pins et épinettes, l’angélique, sortiront les lymphatiques de leur peur, assécheront et réchaufferont leur terrain humide et froid. Pour les tempéraments les plus extravertis, comme les sanguins, on choisit les HE les plus rafraîchissantes, celles qui calment le cœur et freinent les excès, comme le petit-grain bigaradier, l’ylang-ylang, la lavande fine ou encore la camomille noble. Les colériques trouveront la tempérance avec la douceur de toutes les citronnelles, la litsée et la verveine citronnée ou l’eucalyptus citronné.

La connaissance de ces propriétés bioélectroniques couplée à celle des tempéraments hippocratiques fournit un atout supplémentaire pour choisir les HE. De par leurs propriétés multiples, il est fréquent d’hésiter à choisir une HE plutôt qu’une autre pour une pathologie. Cette affinité particulière entre l’essence et le sujet est un véritable gage d’efficacité.

Ma formule aroma : équilibrer sa sphère émotionnelle

Propriétés : Réharmonisation nerveuse, calmante ou neurotonique selon les tempéraments, rééquilibrage psychique.

Indications : Pathologies liées au stress en fonction des tempéraments. Fatigue nerveuse. Pensées et/ou comportements destructeurs.

-> Pour le sanguin

  • HECT* de camomille noble (Chamaemelum nobile) : 45 gouttes
  • HECT d’ylang-ylang (Cananga odorata) : 30 gouttes
  • HV* noyau d’abricot : QSP* 15 ml
  • HECT : huile essentielle chémotypée.

-> Pour le lymphatique

  • HECT d’épinette noire (Picea mariana) : 45 gouttes
  • Essence de mandarine (Citrus reticulata) : 30 gouttes
  • HV noyau d’abricot QSP 15 ml

-> Pour le nerveux

  • HECT de néroli (Citrus aurantium fleur) : 30 gouttes
  • HECT de marjolaine des jardins (Origanum majorana) : 45 gouttes
  • HV de noyau d’abricot : QSP 15 ml

-> Pour le bilieux

  • HECT de verveine citronnée (Lippia citriodora) : 45 gouttes
  • HECT de litsée citronnée (Litsea citrata) : 30 gouttes
  • HV de noyau d’abricot : QSP 15 ml

* HECT : Huiles essentielles Chémotypées

HV : Huile Végétale

QSP : Quantité Suffisante Pour

Préparation : Verser les deux huiles essentielles dans un flacon en verre teinté de 15 ml, ajouter l’huile végétale et agiter.

Voie olfactive : déposer 2 gouttes à l’intérieur des poignets, amener les mains sur le visage et respirer profondément 5 fois de suite en protégeant les yeux. À répéter au minimum 3 fois par jour.

Voie cutanée : appliquer 5 à 10 gouttes sur le plexus cardiaque et solaire et/ou sous la voûte plantaire, 3 à 4 fois par jour.

Voie sublinguale : verser 3 gouttes sous la langue, 3 fois par jour

Contre-indications : Femmes enceintes et allaitantes : se limiter à la voie olfactive. Enfants de moins de 6 ans. Ne pas s’exposer au soleil dans les 6 heures suivant l’application d’essence de mandarine. 

Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité