• le millepertuis, un antidépresseur naturel

Le millepertuis, l’antidépresseur naturel à portée de main

Les jardiniers connaissent bien le millepertuis dont les fleurs jaune vif ornent de nombreux parterres depuis le mois de juin. Ils savent plus rarement qu’ils peuvent utiliser ses jeunes feuilles ou ses fleurs pour obtenir un antidépresseur naturel doux et sans effet secondaire. Apprenez dans l'article qui suit comment cultiver le millepertuis, préparer vos propres remèdes et utiliser cette plante polyvalente. 


On dénombre 350 sortes de millepertuis réparties dans le monde entier. L’un des plus communs, l’Hypericum perforatum est l'antidépresseur naturel le plus efficace. On peut consommer ses jeunes feuilles crues mélangées à une salade.

Une pharmacie à lui tout seul

Le célèbre phytothérapeute français Jean Valnet considérait que le millepertuis était la plus précieuse des plantes médicinales. Il n’était pas le seul. Au cours des siècles, on a employé le millepertuis aussi bien pour soigner les problèmes pulmonaires que les plaies et les blessures, ou l'insomnie et les problèmes nerveux.

On retrouve des traces de son usage à des fins médicales dès l’Antiquité (en tant que guérisseur des plaies et des ulcères). Mais c’est au Moyen Âge qu’apparaissent les premières utilisations dans son indication la plus utile, celle d’antidépresseur. À cette époque les doctes savants l’appelaient Fuga daemonium (chasse diable) car ils lui attribuaient notamment le pouvoir d'éloigner les esprits diaboliques.

Or, au Moyen Âge, la dépression ou la mélancolie étaient vues comme des formes de possession diabolique. Il faudra pourtant plusieurs siècles pour que la médecine moderne s’intéresse à cette propriété.


Millepertuis : dépression modérée et saisonnière. 


En Allemagne, la plante est officiellement reconnue depuis 1988 comme un antidépresseur naturel efficace. On compte par dizaines les études qui, depuis, ont confirmé cet usage. Une menée en 2005 révèle par exemple que le millepertuis est au moins aussi efficace sur le long terme que n’importe quel autre antidépresseur. Avec un avantage certain sur ses concurrents synthétiques : il ne provoque aucun effet secondaire.

L'effet antidépresseur de la plante est dû à l'action conjointe de différentes substances (hypéricine, hyperforine, flavoinoides, xanthones...) qui joue sur l'inhibition de la recapture de principaux neuromédiateurs (dopamine, noradrénaline, et surtout sérotonine). Elle a également un léger effet anxiolitique en jouant sur nos récepteurs à GABA.   

 

Cultiver le millepertuis au jardin

Ses ravissants pompons jaunes illumineront les coins difficiles du jardin pendant toute la belle saison. Vous pouvez aussi en profiter sur une terrasse orientée plein sud. Nul besoin d’avoir la main verte pour avoir chez soi un pied de millepertuis.

Cette plante est peu exigeante : elle s’adapte à tous les sols, pousse aussi bien en terre qu’en bac et supporte même le calcaire. On pourrait presque le considérer comme une mauvaise herbe tant il se reproduit facilement (il se multiplie par le développement des racines en plus de se propager par les graines). Mais le millepertuis a des propriétés médicinales si intéressantes qu’on ne peut lui en vouloir de s’installer si facilement dans nos jardins.

Pour peu que l’endroit soit ensoleillé, le millepertuis se naturalise un peu partout, y compris le long des routes. Cette plante à la vigueur spectaculaire est une vulnéraire très efficace pour la peau mais aussi un antidépresseur naturel d'exception contre les bobos de l’âme.

Pour pouvoir profiter au mieux de cette plante au jardin, quelques règles restent à observer.

Où planter ?

En plein soleil essentiellement ! Dans la nature, il borde parfois des haies à l’ombre une partie de la journée. Mais il a besoin d’au moins six heures de plein soleil tous les jours. Si vous l’installez trop à l’ombre, il ne fleurira pas. Plantez en terre bien drainée et caillouteuse, calcaire (il aime ça). Arrosez lors de la plantation mais ne l’arrosez pas jusqu’à la reprise : c’est une plante parfaite pour les coins de jardins loin d’un point d’eau ; trop d’humidité favorise la pourriture du collet et, en terre riche, il sera superbement vert… mais sans fleurs.

Quand ?

Semez en terrine de février à juillet (sous abri : une température d’environ 15 °C est nécessaire à la germination). Ne pas recouvrir les graines qui ont besoin de lumière pour germer correctement, ce qui peut prendre entre un et trois mois. En mai (avant floraison) ou septembre (après floraison), une solution simple consiste à prélever quelques plants dans la nature et à les installer dans votre jardin : s’ils s’y plaisent, ils se chargeront ensuite eux-mêmes des semis. La floraison s’échelonne de mai à septembre.

Comment ?

Lorsque les jeunes plants mesurent environ 5 cm, repiquez-les en terrines ou en godets. Plantez-les dehors fin avril. Pour avoir une plante bien fleurie de juillet à septembre, il est conseillé de lui donner un peu de crottin de cheval ou d’Or brun et de l’arroser légèrement le soir, en période de canicule afin de faire retomber la température intérieure des feuilles. Attention cependant à ne pas l’inonder : le millepertuis craint l’eau.

À ces conditions, vous pourrez commencer la récolte dès les premières semaines de l’été. Récolte que vous pourrez reprendre éventuellement en octobre, lors de la seconde floraison.

Nota bene : traditionnellement le millepertuis se ramasse le jour de la Saint-Jean.

 

Tisane, huile, lotion, vin... utilisation et contre-indications du millepertuis

Les parties utilisées sont les sommités fleuries et les jeunes feuilles de millepertuis.

  • Les sommités fleuries préparées en macération (huile ou alcool) seront destinées à des massages anti-inflammatoires contre les rhumatismes, les contusions, les douleurs articulaires…
  • En lotion, grâce à ses vertus antiseptiques et apaisantes, elle sert à des traitements cutanés (coups de soleil, petites brûlures, irritations de la peau, écorchures…).
  • En tisane, elle permet de lutter contre les affections pulmonaires, l’asthme, la bronchite, la déprime…
  • Le millepertuis permet de lutter efficacement contre les dépressions légères. Selon les cas, ses effets se feront sentir au bout de deux à trois mois environ.   
      

L'huile rouge de millepertuis : inflammations, douleurs, brûlures, réparation de la peau.

L'huile de millepertuis est très utile à avoir chez soi, dans la pharmacie familiale. Pour la préparer mettre une poignée de fleurs fraîches à infuser dans de l’huile d’olive, idéalement dans un endroit ensoleillé. Celle-ci devient rouge après plusieurs semaines, signe que les principes actifs comme l'hypéricine et les pigments sont passés dans l'huile.

Vous emploierez le mélange obtenu en mélanges ou compresses pour les écorchures, les plaies (refermées, les ulcères variqueux, les irritations de la peau et surtout les brûlures dont il calme immédiatement la douleur.

L'hypéricine ayant un effet sur l'herpès simplex, vous pouvez également l'utiliser en prévention (dés les premières démangeaisons) ou en réparation de la peau après un bouton de fièvre.

 

Tisane anti-déprime au millepertuis

Faites d’abord sécher à l’abri de la lumière et de l’humidité les sommités fleuries et les jeunes feuilles que vous aurez récoltées. Pour obtenir un effet antidépresseur, infusez 15 à 30 g de plantes sèches dans un litre d'eau, faites infuser 10 à 15 minutes maximum et buvez en quelques tasses par jour (il est généralement conseillé de ne pas dépasser 3 tasses par jour).

Lotion vulnéraire

  • 2 c. à soupe de millepertuis
  • 200 ml d’eau

Faites infuser 10 à 15 minutes maximum. Laissez refroidir. Utilisez pour des soins de la peau (lavage de blessure, compresses sur coup de soleil ou petites brûlures). Pour les entorses, contusions, utilisez des compresses imbibées de lotion, recouvrez d’un bandage et laissez agir une à deux heures, renouvelez une à deux fois par jour.

Vin « bonne humeur »

  • 40 g de millepertuis (fleurs fraiches, ou coupées fraîches puis séchées)
  • 1 litre de vin de Bordeaux ou vin blanc
  • 2 c. à soupe de miel de châtaignier

Laissez le millepertuis macérer dix jours dans le vin. Filtrez. Sucrez avec le miel. Buvez un demi-verre de ce vin reconstituant avant les deux principaux repas.

Comprimés ou teinture-mères de millepertuis. 

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas consommer le millepertuis du jardin, vous pouvez le trouver sous forme de comprimés d'extrait de plante fraîche, d'extraits secs (la posologie classique étant 600 mg par jour d’extrait sec, titré à 0,2 % d'hypericine au moins). Sous forme liquide, vous pouvez utiliser de la teinture-mère (3 fois 20 gouttes par jour) ou de la suspension intégrale de plante fraîche (SIPF).    

 

Contre-indications du millepertuis :

L’utilisation régulière du millepertuis peut diminuer (ou augmenter) l’efficacité de nombreux traitements allopathiques (anticoagulants, contraceptifs, antidépresseurs, anti-épileptiques, anti-rétroviraux …) du fait de son impact sur certaines enzymes hépatiques.

Aussi convient-il de en cas de prise concommitante de médicaments allopathiques de demander un avis médical. En usage externe, le millepertuis peut rendre photo-sensible, raison pour laquelle il faut éviter de s'exposer au soleil pendant la durée de son utilisation sur l'épiderme. 

À lire aussi : 

"Le safran, l'or rouge antidépresseur"

"Griffonia simplicifolia contre le blues et le grignotage"