Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Addictions Sortir de l’engrenage(3/5)

Tabac, somnifères, pulsions sucrées, internet… certaines substances ou comportements suscitent une dépendance au quotidien qui nous laisse quelque peu désemparés. Là où l’on voyait auparavant un vice ou une déviance, la médecine parle aujourd’hui de véritable maladie. Nombre de plantes peuvent nous aider à sortir de l’engrenage infernal de l’addiction ou à ne pas y plonger.

Pavot de Californie

Antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères : faire passer la pilule

On ne devrait prendre des somnifères, aussi appelés hypnotiques, que dans certaines épreuves très difficiles, comme une séparation douloureuse ou un deuil. Car une dépendance peut s’installer et l’on paie ensuite cher ces nuits où l’on a artificiellement induit le sommeil.

Les effets du sevrage aux somnifères sont nombreux : insomnie, cauchemars, sensations bizarres, impressions de déjà-vu… De la même manière, les anxiolytiques devraient être prescrits avec la plus grande parcimonie, de manière transitoire. Les benzodiazépines sont une classe de médicaments aux effets à la fois hypnotiques et anxiolytiques : leurs molécules ont le pouvoir de se fixer sur un récepteur cellulaire normalement réservé au GABA et décuplent ainsi le pouvoir d’action de ce dernier, c’est-à-dire celui d’inhiber le système nerveux et « d’anesthésier » nos réponses émotionnelles anxieuses trop fortes.

Comme pour l’arrêt du tabac, on peut avoir recours aux plantes GABA-ergiques comme valériane, passiflore, pavot de Californie ou L-Théanine (molécule du thé vert) pour éviter d’avoir à prendre des anxiolytiques ou des benzodiazépines, ou bien pour s’en sevrer progressivement. Comme le rappelle le Dr Patrick Lemoine, psychiatre, docteur en neurosciences et spécialiste du sommeil, il ne faut jamais pratiquer de sevrage brutal après une longue imprégnation à ces molécules, car on risque des troubles graves (crise d’épilepsie, confusion, délire, etc.). Il faut donc réduire très progressivement les doses : il conseille ainsi de les diminuer d’un quart de comprimé toutes les 3 semaines, jusqu’à l’arrêt total. Pour un sevrage en douceur, nous vous conseillons de vous complémenter sur la période en oméga-3 (sous forme DHA) et complexe de vitamines B, tout en ayant recours, peu à peu, à des huiles essentielles ou des plantes régulatrices de l’humeur. Selon la classe de médicaments qu’on souhaite remplacer, on choisira du millepertuis et du griffonia (surtout antidépressives) ou de la rhodiole et du safran (à la fois antidépresseurs et anxiolytiques).

Sevrage des benzodiazépines

La formule suivante donne de bons résultats pour réguler l’anxiété et les dystonies nerveuses liées au sevrage des benzodiazépines hypnotiques. Cette formule est utilisée depuis longtemps par le Dr Vallecalle, pharmacien.

Préparation
Dans un flacon de 10 ml, mélanger :
• 90 gouttes d’HE lavande officinale (Lavandula angustifolia)
• 30 gouttes d’HE de marjolaine à coquille (Origanum majorana)
• 30 gouttes d’HE de basilique exotique (Ocimum basilicum ct methyl-chavicol)
• 5 ml d’huile végétale neutre (noyau d’abricot).

Utilisation
Prendre 2 gouttes du mélange en sublingual 2 à 4 fois par jour, dont une prise avant de se coucher. Réduire progressivement la dose pour arriver à une seule prise le soir au bout de 2 à 3 semaines. Si le maintien d’un rythme de 4 prises par jour est nécessaire plus longtemps, faire des pauses de 2 jours tous les 10 jours. Utiliser le même mélange, 4 gouttes en massage sur le plexus solaire durant cette fenêtre thérapeutique, 2 à 4 fois par jour.
Protocole de Sami Corcos, pharmacien et membre du comité éditorial de la plate-forme d’information AddictoScope.

Ne pas tomber dans le piège des somnifères

Face aux problèmes de sommeil, les stratégies sont très diverses. Élisabeth Busser nous propose deux réponses correspondant à deux scénarios différents.

Scénario 1
« J’ai des difficultés pour m’endormir, car je n’arrive pas à débrancher, mais une fois que c’est parti, c’est bon. »

Réponse
2 gouttes d’HE de lavande fine (Lavandula angustifolia) ou de camomille noble (Chamaemelum nobile) dans une cuillère de miel au dîner et au coucher + 2 gouttes sur l’oreiller.
• 2 gélules d’extrait sec de pavot de Californie le soir.
• Dans la journée : diffusion d’HE de mandarine rouge (Citrus reticulata) + 1 goutte dans l’eau de boisson.

Scénario 2
« Je dors, mais le matin je suis fatiguée, comme si je n’avais pas dormi. »

Réponse
Extrait sec de valériane, jusqu’à 3 fois par jour.
• Ginseng, rhodiole ou éleutherocoque matin et midi pour la mémoire, la forme physique et le rééquilibrage des neurotransmetteurs.
• HE de bergamote en olfaction, contre la fragilité nerveuse.

Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité