• Jardin médicinal : l'armoise

L’armoise, confidente des femmes

Cette plante magique appartient à une très grande famille aux multiples vertus. Depuis des temps immémoriaux, l’armoise commune est connue et utilisée pour soulager les femmes, de la puberté à l’accouchement.  


Hippocrate, Pline et Dioscoride considéraient l’armoise comme la plante féminine par excellence. Emménagogue, elle agit sur les menstruations douloureuses, irrégulières ou difficiles. Connue pour accompagner l’accouchement (feuilles en compresses), elle facilite aussi le passage de la femme vers la ménopause. Ses principes amers en font une plante alliée du système digestif. Apéritive, stimulante (atonie de l’estomac), légèrement laxative, vermifuge (oxyures et ascaris) elle aide à normaliser la fonction biliaire. Sédative, l’armoise partage aussi ses forces et ses bienfaits dans les cas de dépression légère ou de tension nerveuse, en infusion.

Antispasmodique, antiépileptique, emménagogue… 

Particulièrement adaptée aux jeunes filles à l’approche de la puberté, l’usage principal de l’armoise commune tient dans sa capacité à faciliter la venue des règles et d’en soulager les manifestations. Attention, ce remède n'est pas actif contre les douleurs dues à une endométriose.

  • Apéritive et digestive, la tisane d'armoise sera appréciée après quelques excès de table.
    Les propriétés vermifuges de l’armoise commune sont réelles, bien que moins puissantes que celles de sa cousine l’absinthe. Elle est utilisée dans le traitement de l’épilepsie.
  • Les praticiens chinois et japonais utilisent les moxas depuis l’Antiquité, bâtonnets d’armoise qui, consumés à proximité des points d’acupuncture, régularisent les flux d’énergie et résorbent les douleurs.

Attention : ne pas utiliser chez l’enfant, lors d’une grossesse (propriétés abortives à haute dose), de l’allaitement ou d’une allergie connue aux astéracées. Ne pas utiliser au-delà de quinze jours. Son pollen est allergisant.

Côté jardin

L’armoise commune est une herbacée vivace de la famille des astéracées (les composées) qui apprécie les régions tempérées. Argenté et très découpé, son beau feuillage ornemental sera mis en valeur en laissant pousser la plante en touffe et plutôt isolée des autres végétaux.

Où trouver l'armoise ?

Cette plante pousse de préférence en plein soleil, mais supporte aussi une ombre légère. Elle a besoin d’air autour d’elle. L’armoise se contente d’un sol ordinaire, même pauvre et caillouteux, mais surtout très bien drainé pour éviter que ses racines ne pourrissent en hiver.

Récolte

L’armoise commune se reproduit facilement par bouture et semis au printemps. On la récolte traditionnellement la veille du solstice d’été (21 juin), par temps sec et ensoleillé, quand la plante commence juste à fleurir.

À la fin de cette saison, vous pouvez aussi en prélever une touffe dans la nature et la planter dans votre jardin.

Comment ?

Si vous ne récoltez pas les sommités fleuries, supprimez-les rapidement afin de limiter les semis spontanés. Cette plante supporte des tailles sévères au printemps, elles sont même recommandées pour lui conserver une forme harmonieuse. Elle peut sinon devenir désordonnée et encombrante ! Peu ou pas d’arrosage, sauf si l’été est vraiment très sec, en se souvenant que l’« herbe aux cent goûts » est superbe le long des routes ou dans les friches, près des maisons abandonnées. Résistante, l’armoise est rustique jusqu’à - 20 °C et ne demande pas de protection particulière en hiver.

Variétés : une famille nombreuse

Les armoises forment une famille nombreuse. Il existe une superbe variante au feuillage doré et panaché de l’armoise commune. Plus trapu, le cultivar Oriental Limelight a les mêmes propriétés que l’espèce mère : l’association des deux est visuellement très réussie.

Le tour de main de l’herboriste

Tisane emménagogue

  • 1 c. à soupe d’armoise, 1 grande tasse d’eau, miel de mélilot.
  • Versez l’eau frémissante sur la plante. Laissez infuser 10 minutes. Pendant les 10 jours précédant la venue des règles, buvez 3 tasses par jour, de préférence entre les repas pour faciliter la venue des règles.

Vin digestif (ou apéritif)

  • 40 g d’armoise, 20 g de chardon-Marie, 1 litre de bordeaux rouge, 15 cl d’eau-de-vie neutre, miel de bourdaine.
  • Laissez macérer les deux plantes dans le vin pendant une dizaine de jours. Filtrez. Ajoutez l’eau-de-vie et 3 cuillers à soupe de miel (ou plus, suivant votre goût). Buvez un petit verre avant ou après les repas.

Bain délassant pour les pieds

  • 100 g d’armoise, 1 litre d’eau froide.
  • Mettez la plante dans l’eau.
  • Amenez à ébullition. Faites bouillir doucement 10 minutes. Couvrez, laissez infuser et refroidir hors du feu. Filtrez. Versez dans une bassine à laquelle vous ajouterez de l’eau froide afin de juste couvrir les pieds.

Toxicité, précautions d'usage et contre-indications :

Éviter l’usage prolongé et les fortes doses. Contre-indiqué en cas de grossesse (abortive) et d’allaitement (donne un goût amer au lait). Le pollen de la plante peut, chez certaines personnes, se révéler très allergisant.

 

À lire aussi : 

L'armoise, amie des femmes et des bons vivants 

L'armoise contre le paludisme