Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

L’armoise annuelle combat la fièvre

Christophe Bernard

l’armoise annuelle (Artemisia annua), plante traditionnelle de la médecine chinoise, bénéficie d’une forte notoriété depuis le prix Nobel de médecine 2015 décerné à Youyou Tu pour l’efficacité de son extrait contre le paludisme. Désormais, on cherche activement où trouver la plante sèche. Ne cherchez plus : votre jardin est la meilleure des herboristeries !

Une star très vertueuse

Utilisée en médecine chinoise pendant plus de 2 000 ans, l’armoise annuelle est passée de l’obscurité à la célébrité en quelques mois en Occident. Elle suscite aujourd’hui une véritable passion. Les Chinois l’étudient pourtant depuis les années 1950 pour combattre le paludisme, avec succès. Ce sont d’ailleurs ces travaux, particulièrement ceux sur l’un des composants actifs, l’artémisine, qui ont valu le prix Nobel de médecine à la Chinoise Youyou Tu en 2015 et l’ont remise au goût du jour. Il est vrai que cette armoise a de nombreuses propriétés.
• Elle combat la fièvre grâce à un effet diaphorétique (elle fait transpirer).
• En application locale, elle combat les plaies infectées et les infections de peau.
• Elle est efficace pour toute infection intestinale.
• Elle favorise l’arrivée des règles et les calme quand elles sont trop abondantes.
• Elle combat les maladies parasitaires du sang, le paludisme en particulier.

Une autre propriété intéresse de plus en plus : son action anticancer. Les études in vitro démontrent une efficacité dans les cas de leucémie, de cancer du sein et de cancer du côlon. Les médecins...

vietnamiens l’utilisent régulièrement pour différents types de cancer. L’action de la plante est incroyablement systémique. En d’autres termes, elle agit sur toutes les parties du corps et traverse la barrière hémato-encéphalique en particulier. C’est ce qui en fait un outil si puissant.

Au jardin

Démarrez l’armoise annuelle à partir de graines minuscules qui doivent être semées en surface. Préparez votre bac de plantation, arrosez votre terreau et tassez bien pour faire une surface plane. Mélangez les graines avec un peu de sable tamisé puis saupoudrez ce mélange en surface. Tassez bien à l’aide d’une d’une brique et ne recouvrez surtout pas de terre. Gardez humide jusqu’à germination. La plante commence à germer au bout d’une semaine environ. Si la germination est drue, commencez à éclaircir rapidement à l’aide d’une pince à épiler. Ne laissez que les plantules les plus fortes. Gardez entre cinq et dix plantes selon vos ambitions au jardin, sachant que la plante deviendra énorme. Gardez la plante en godet afin de la fortifier, puis placezla en pleine terre et au soleil une fois que les racines commencent à sortir du godet.

Ne pas planter trop serré
La première fois que j’ai cultivé la plante, je me suis retrouvé avec une mini-forêt d’armoises. J’en avais trop planté. Aujourd’hui, j’en garde deux ou trois que j’espace d’un mètre. Plus la terre est pauvre, plus votre armoise sera riche en artémisine et autres substances aromatiques. N’arrosez que lorsque la plante commence à piquer du nez ; la faire « souffrir » un minimum favorise la production de constituants. La plante est très rustique et ne craint pas grand-chose des insectes et des maladies. Elle peut monter à 2 mètres de haut. J’ai d’ailleurs vu des plants se faire déraciner par un fort coup de mistral. S’il y a un risque chez vous, n’oubliez pas de l’attacher à un tuteur. Comme son nom l’indique, la plante est annuelle et produit une grande quantité de graines. Récupérez-les. 

À savoir : elle se ressème très vigoureusement et est considérée comme envahissante.

Ramasse et séchage
Ramassez toutes les parties aériennes après l’ouverture des fleurs. Tout comme les feuilles, elles contiennent de l’artémisine. La quantité est plus élevée dans les vieilles feuilles, y compris les défraîchies. Branches et racines sont à composter. Notez que les préparations à partir de plante fraîche sont plus efficaces. Si vous désirez la sécher, mettez-la trois jours en plein soleil. Même lorsqu’elle est coupée, les précurseurs de l’artémisine continuent à être transformés en artémisine grâce au soleil. Déplacez-la ensuite à l’ombre pour finir le séchage si nécessaire.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité