Utilisations de l'aloe vera

On connaît les bienfaits de l’Aloe vera en utilisation externe. En dermatologie, il est utilisé comme hémostatique, anesthésique, tranquillisant, bactéricide, cicatrisant et anti-inflammatoire. Il rééquilibre le pH cutané, nourrit, hydrate et adoucit la peau. Il réduit le risque de formation de cloques et de rougeurs. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est utilisé en cas de coup de soleil ou de brûlures.

Mais l’Aloe vera contient des enzymes qui régulent les fonctions hépatiques qui lui confèrent aussi des propriétés antalgiques et curatives contre de nombreuses affections de l’appareil digestif.

De plus, le suc de la feuille fraîche d’Aloe vera est un excellent pourvoyeur d’acides aminés, de minéraux, d’oligo-éléments et de nombreuses vitamines d’où ses capacités à booster nos défenses immunitaires et à traiter toutes sortes d’allergies.

Ne jamais chauffer le gel d’Aloe vera

Mais attention, ni le jus ni le gel d’Aloe vera ne peuvent être cuits car les enzymes de la plante sont thermolabiles : leur action est tout simplement neutralisée par la chaleur. Il est donc absolument impossible de l’utiliser en cuisine. Néanmoins, il est possible de concocter des cocktails de fruits originaux pour un petit-déjeuner vitaminé ou un goûter équilibré. Pour préparer de délicieuses boissons énergisantes, vous pouvez vous procurer du jus d’Aloe vera en magasin bio. Cependant, pour des cocktails 100 % maison, l’idéal est d’extraire vous-même le jus d’une feuille d’Aloe vera. Vous pourrez en trouver dans certains magasins d’alimentation diététique ou, plus facilement, sur internet.

Comment extraire le suc

Les feuilles non entamées se conservent deux à trois mois, à température ambiante ou au frais, mais jamais en dessous de 5 °C, température à partir de laquelle la plante perd une partie de ses principes actifs. Une fois entamée, conservez la feuille dans du papier alimentaire.

  • Pour récupérer la pulpe, posez la feuille d’Aloe vera sur une planche à découper recouverte d’un morceau de papier absorbant.
     
  • Coupez une tranche d’environ deux centimètres d’épaisseur du côté le plus large. Attendez environ trois minutes que l’aloïne, une substance jaune contenue dans l’épiderme, coule sur le papier.
     
  • Avec un couteau, supprimez les bords épineux et coupez la tranche par le milieu dans le sens de la longueur. Vous pouvez maintenant récupérer la pulpe gélatineuse, transparente et inodore à l’aide d’une spatule, en bois de préférence. Son goût est très légèrement amer, mais en la mélangeant avec du jus de goyave, d’ananas, de papaye, de grenade ou du lait de coco, c’est un régal.

Méfiez-vous des faux

Méfiance face aux produits à l’Aloe vera. Il existe plusieurs méthodes de conditionnement : en poudre, en spray, en gel ou en jus. Toutes ne sont pas bonnes à prendre. Évitez les capsules de poudre, obtenues par déshydratation du gel d’aloès. Elles ne contiennent presque aucun principe actif puisqu’elles sont formulées à 80 % à partir de poudres meilleur marché, comme le lactose ou la fécule et sans intérêt thérapeutique.

Mieux vaut consommer du jus ou du gel d’Aloe vera. Mais là encore, ouvrez l’œil. Un produit de qualité supérieure doit répondre à certains critères : la concentration minimale doit être de 99,7 %, la plante doit provenir d’une culture mixte, la cueillette et l’extraction doivent être faites à la main, et seule la pulpe doit servir à la fabrication du jus.

Prenez aussi garde à ce que le produit soit exempt d’acide citrique, qu’il ne contienne pas d’eau et que la plante soit de culture bio. Enfin, pour être sûr de votre choix, préférez un produit labellisé AB. Le label IASC ne garantit aucune teneur minimale en Aloe vera.

Infos et points de vente

 

aloe vera