• les huiles essentielles du sommeil

Des huiles essentielles pour mieux dormir

Les problèmes de sommeil sont de plus en plus récurrents et le changement bisannuel d'heure perturbe encore plus notre cycle sommeil/veille. Les huilles essentielles sont alors nos meilleures alliées pour nous réconcilier avec les bras de Morphée. 


Le nombre de personnes qui dorment mal est en constante augmentation. Une réalité d’autant plus inquiétante que l’absence de récupération représente un facteur aggravant pour de nombreuses maladies. Malgré cela, un changement d’heure nous est imposé deux fois par an dans notre pays depuis 1975, qui vient encore plus nous perturber : car la régulation des cycles du sommeil est liée à l’alternance entre lumière et obscurité. Or, à l’automne, ce nouvel horaire entraîne brusquement soixante minutes de lumière en moins chaque jour.

Dans notre corps, c’est la glande pinéale, telle une cellule photoélectrique, qui transmet l’information de la lumière et de l’obscurité au système hormonal, assurant ainsi la régulation des cycles du sommeil (outre celle des hormones ovariennes et du système immunitaire). Elle est également chargée de la sécrétion nocturne de mélatonine, l’hormone du sommeil. C’est pourquoi le changement d’horaire, les décalages horaires, le travail posté ont un impact sur notre sommeil.

Cette alternance entre lumière et obscurité, sur laquelle sont basés nos rythmes biologiques, pourra être mise à profit pour atténuer les conséquences déséquilibrantes d’un décalage horaire. Par exemple, on essayera de profiter au maximum de la lumière, ou mieux encore du soleil, car elle stimule la production de sérotonine et noradrénaline, précurseur de la mélatonine. La nuit venant, sa fabrication se verra ainsi favorisée. Il existe une seule exception à ce principe d’obscurité : elle concerne la femme qui souhaite retrouver un rythme hormonal naturel après un traitement substitutif (THS) ou toute autre hormonothérapie. On conseille alors de garder un éclairage doux les nuits correspondant aux 14e, 15e et 16e jours du cycle.

Les plantes qui font dormir 

De nombreuses plantes peuvent aussi être utilisées car elles respectent les rythmes fondamentaux du sommeil – ce qui n’est pas le cas des somnifères. Vous pouvez préparer des infusions de mélisse, tilleul, valériane, lavande, partenelle, camomille romaine, matricaire, oranger doux, romarin, passiflore, verveine, myrte vert, mélilot et lotier corniculé.

Les huiles essentielles sont plus puissantes, elles nécessiteront donc plus de doigté. On conseillera les plus connues : camomille romaine, clémentinier petit grain, mandarinier petit grain, oranger petit grain, lédon du Groenland, lavande officinale, ravensare, livèche racine, saro, valériane officinale et valériane des Indes, néroli, myrte vert et mélisse. Toutes ces huiles peuvent être utilisées seules, ou en association (diluées de 5 à 10 % dans une huile végétale fluide) pour un massage des pieds et de la colonne vertébrale. Ce mode de pénétration est à privilégier chez les enfants nerveux, agités.

On peut aussi opter pour une formule toute prête comme Nuitcalm’Aroma, du laboratoire Salvia. Ses huiles essentielles (clémentinier, camomille noble, livèche racine, lavande officinale et mélisse officinale) sur une base d’huile de périlla oléagineuse riche en oméga 3, indispensable au bon fonctionnement du cerveau, ont été choisies pour leurs propriétés sédatives. L’huile essentielle de livèche racine présente la spécificité d’être détoxiquante : elle supprimera progressivement la dépendance aux somnifères car elle possède une action majeure sur le foie qui, lui, travaille au milieu de la nuit. La livèche a aussi une action sur le cervelet et le sympathique.

Quand l’insomnie est provoquée par du stress ou un état dépressif, on peut aussi faire appel au mélange safran et oméga 3 ou au Psyc’Arom (huiles essentielles d’épinette noire, pamplemousse zeste, cataire, valériane officinale et huile de périlla).
Enfin, n’oubliez pas que le véritable critère d’un sommeil de qualité ne tient pas à sa durée. Bien dormir, c’est se réveiller en forme le lendemain matin, avec la sensation d’avoir récupéré.         

 

À lire aussi :

Sommeil : ouvrez les yeux sur la nature 

 

À découvrir :

À lire :

À écouter sur Radio Médecine Douce :