Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Cerveau et aromathérapie, la belle alliance (1/3)

Siège de la pensée et des émotions, écrin de nos souvenirs, le cerveau fait de nous ce que nous sommes. D’où la nécessité de le stimuler au quotidien ! En la matière, l’efficacité des huiles essentielles est de mieux en mieux établie. Mémoire, attention, créativité… Les molécules aromatiques exercent leur influence bienfaisante sur l’ensemble de nos fonctions cérébrales.

Arbres

Apprendre toute sa vie pour stimuler sa mémoire

On dit souvent qu’il est plus facile d’apprendre une langue étrangère ou à jouer d’un instrument de musique lorsque l’on est enfant, car les bambins apprennent et mémorisent mieux que les adultes. Et c’est vrai ! En cause, la « plasticité » cérébrale. En effet, le cerveau des enfants est plus « plastique », plus malléable et donc plus apte à se réorganiser en formant de nouvelles connexions. En grandissant, le cerveau se « durcit », un peu comme les muscles qui, lorsqu’ils ne sont pas sollicités, perdent en souplesse et en endurance. C’est pour cette raison qu’il faut veiller à ne pas « oublier » son cerveau et continuer à l’entraîner et à le solliciter en apprenant toute sa vie.

Pourtant, adultes et enfants sont souvent confrontés aux mêmes difficultés de concentration, qui entravent les processus de mémorisation et d’apprentissage. Qui n’a jamais éprouvé cette incapacité à rester tranquille à la maison, au travail ou à l’école, ou à accomplir consciencieusement une tâche précise (boucler un dossier urgent, faire ses devoirs ou s’appliquer à la résolution d’un puzzle) ? Des études ont montré que, depuis la généralisation des écrans (télévision, smartphones, tablettes...), notre capacité de concentration n’a jamais été aussi faible.

Avoir recours aux huiles essentielles peut soutenir nos méninges dans cette tâche. Selon le chercheur en neurobiologie de l’olfaction Roland Salesse, « l’odorat est le seul sens qui atteint directement les zones mémorielles et de l’émotion dans le cerveau ». En effet, l’odorat est le seul sens humain directement lié au système limbique, centre du contrôle émotionnel et de la mémoire à long terme. L’olfaction est donc un bon moyen d’agir sur le cerveau : lorsque nous les respirons, les molécules des huiles essentielles atteignent des capteurs situés dans le nez et stimulent par ce biais le cerveau limbique.

Pour améliorer la concentration, Françoise Couic Marinier, pharmacienne passionnée par les huiles essentielles, propose, dès l’âge de 8 ans, d’appliquer deux gouttes d’HE de sapin de Sibérie sur la face interne des poignets, le plexus solaire et la plante des pieds, matin et soir, 10 jours par mois pendant 6 mois. En période d’examen ou de...

rush, Danièle Festy conseille de diffuser 4 gouttes de romarin officinal pour tonifier les fonctions cognitives et stimuler la mémoire, pendant 8 semaines. Bons résultats quasi garantis ! En effet, si l’on connaissait déjà les bienfaits du romarin sur la mémoire du temps de Shakespeare, ses effets ont été démontrés scientifiquement en 2003. Une série d’études cliniques de Mark Moss a confirmé une augmentation des capacités de mémorisation des participants ayant inhalé de l’huile essentielle de romarin à 1,8-cinéole. Les chercheurs ont retrouvé un taux plus élevé de l’oxyde monoterpénique 1,8-cinéole (molécule organique capable d’agir sur la performance cognitive et l’humeur) dans le sang de ceux qui avaient inhalé l’huile essentielle. Ces études ont montré une amélioration de la mémoire pouvant atteindre 75 % chez les personnes ayant inhalé du romarin.

« Les odeurs ne sont que mémoire », résume Michaël Moisseeff, qui propose des ateliers olfactifs destinés à stimuler la mémoire. « En effet, ces molécules chimiques ne deviennent des odeurs que quand on les associe à l’objet dont elles émanent. Le citron, par exemple, pour l’odeur de citron. »

Les molécules aromatiques ont aussi d’autres effets. Des chercheurs des universités de Vienne et de Berlin ont découvert que les sesquiterpènes, molécules aromatiques présentes dans certaines huiles essentielles comme celle d’arbre à encens, avaient la capacité d’augmenter les niveaux d’oxygène dans le cerveau jusqu’à 28 %. Cette huile essentielle contribue ainsi à stimuler le système limbique, la mémoire et l’apprentissage et régule les émotions.

Troubles de l’attention

« J’ai 10 ans et j’ai du mal à me concentrer à l’école. »

Conseils
Des études ont montré qu’on pouvait nettement atténuer les troubles de l’attention des enfants hyperactifs en leur faisant respirer de l’huile essentielle (HE) d’encens.

Formule
• HE de romarin à 1,8-cinéole : 60 gouttes
• HE d’encens : 60 gouttes
• HE de lavande vraie : 60 gouttes
• Huile végétale de noyau d’abricot : 9 ml
• Remplir un roll-on de 15 ml

Mode d’emploi
Masser les poignets avec la bille du roll-on jusqu’à 4 fois par jour.

Par Françoise Couic Marinier, docteur en pharmacie et spécialiste en aromathérapie et phytothérapie

Les huiles essentielles de l’attention et de la vigilance

• L’huile essentielle de menthe poivrée fait des miracles en cas de coup de barre et d’esprit embrumé, car le menthol est reconnu pour activer les neurones de la vigilance. Quelques gouttes dans le creux du poignet permettront à un esprit embrumé de s’éclaircir rapidement et de retrouver sa productivité.
• Pour un « coup de fouet », misez sur le gingembre. Son huile essentielle a une action stimulante et aide à se recentrer.
• L’huile essentielle de ravintsara est très efficace pour calmer les trop-pleins d’énergie, en olfaction ou en application sur le plexus solaire, diluée entre 1 et 4 % dans de l’huile végétale d’amande douce.
• L’huile essentielle de lavande vraie est sédative et hypotensive. Le linalol qu’elle contient stimule la mémoire.
• Pour restaurer la confiance en soi, orientez-vous vers le laurier noble, symbole de victoire.

À tester La synergie « Mon Booster de Neurones » de la marque Néroliane contient des essences de bergamote, myrte, romarin, lavande aspic, noix de muscade et origan pour se remobiliser et stimuler ses capacités intellectuelles. 

La mauvaise habitude du zapping

En douze ans, notre capacité de concentration serait passée de 12 à 8 secondes. C’est moins que le poisson rouge, dont la durée d’attention est de 9 secondes ! C’est ce qu’a révélé, en 2015, une étude de Microsoft soulignant le rôle des écrans dans les difficultés de concentration des enfants, mais aussi des adultes. Prenez donc de bonnes habitudes en évitant d’allumer les écrans (smartphone, télévision, tablette, ordinateur) dès le réveil et après le dîner. Préférez- leur une diffusion d’huiles essentielles stimulantes et à l’effet recentrant, comme l’ylang-ylang, le citron ou le patchouli. 

L’épinette pour des idées claires

L’huile essentielle d’épinette noire (Picea mariana) est celle de la grande forme. Elle est tonique, revitalisante et chasse la fatigue grâce à son action « cortisone-like » qui agit comme euphorisant et stimulant du système nerveux. Idéale pour démarrer la journée du bon pied et l’esprit clair, elle stimule en effet les glandes surrénales, dont le rôle est de synthétiser et de relâcher l’adrénaline et le cortisol dans le sang. La naturopathe Annie Casamayou conseille d’en déposer une goutte dans chaque main avant de se frictionner toute la partie basse des côtes pendant quelques minutes.  

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité