Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Entorse, tendinite, rhumatismes : maîtriser l’inflammation (5/5)

Destinée à protéger l’organisme en cas de traumatisme, une inflammation peut parfois s’installer et engendrer des douleurs chroniques, notamment au niveau articulaire. Fort heureusement, que vous souffriez de polyarthrite rhumatoïde ou d’une simple entorse, des plantes bien connues peuvent vous aider à atténuer les symptômes douloureux et à moduler la réponse inflammatoire.

plantes médicinales inflammation

Traiter l’inflammation chronique

Les plantes contiennent de nombreuses molécules ayant des effets sur différents médiateurs et acteurs de l’inflammation. Si on connaît plus particulièrement certaines molécules actives, c’est le totum qui est utilisé et qui, au bout du compte, a des effets plus ou moins spécifiques.

Le verbascoside, présent dans le plantain, la scrofulaire noueuse, le bouillon blanc, la verveine officinale et bien d’autres plantes, agit plutôt sur les inflammations chroniques, d’autant plus qu’il a un effet antioxydant notable. La paeoniflorine de certaines pivoines a un effet anti-inflammatoire articulaire connu depuis l’Antiquité, durant laquelle les racines étaient couramment utilisées, comme elles le sont encore dans bien des cultures (médecine chinoise, mongole). Elle diminue la production de cytokines et la migration de leucocytes et régule la production de MMP. Une autre plante oubliée est l’impératoire, naguère utilisée contre la goutte et autres rhumatismes inflammatoires. L’échinacée (angustifolia ou purpurea) est connue pour ses propriétés immunostimulantes, mais beaucoup moins pour ses propriétés...

immunomodulatrices, qu’elle devrait à des polyphénols et polysaccharides, alkamides et echinacoside. Elle serait particulièrement intéressante dans les inflammations chroniques, avec en plus un effet cicatrisant et antalgique. Plante majeure du Maghreb et du Moyen-Orient, l’huile de nigelle de Damas augmente l’interleukine 10 et réduit le stress oxydant selon une étude clinique sur la polyarthrite rhumatoïde.

L’ortie est utilisée de longue date comme antirhumatismale, par voie externe ou interne. Elle module la fabrication de prostaglandines et de leucotriènes. Elle inhibe le TNF-alpha et l’interleukine 2, pouvant ainsi moduler la cascade inflammatoire de la polyarthrite rhumatoïde, par exemple. La poudre de myrrhe (Commiphora molmol) a démontré sur l’animal un effet anti-inflammatoire et antalgique mais on manque encore de confirmations cliniques. Quand à l’encens (Boswellia serrata), sa résine semble efficace pour les rhumatismes inflammatoires.

Les plantes montrent donc de remarquables effets, à la fois préventifs d’inflammations inadaptées, modulatrices et curatrices des différents stades et types d’inflammation. Elles ont toute leur place dans une prise en charge globale de la problématique, de ses causes et conséquences à travers leur intérêt nutritionnel et thérapeutique, sans omettre les autres moyens de moduler la réaction inflammatoire.

Prévenir la fibrose

En dehors des poussées aiguës, pour les zones de tissus se sclérosant, se fibrosant, et s’enraidissant, on utilisera plus volontiers la chaleur, la moxibustion, la mobilisation douce et les massages transverses profonds. Ces stades correspondent pour les médecines asiatiques à des zones en carence d’énergie et de chaleur. Les massages peuvent se faire avec des huiles essentielles qui favorisent la revascularisation, le tonus et une saine cicatrisation des tissus : eucalyptus citronné, citron, ciste ladanifère, géranium rosat ou hélichryse, en particulier dans les suites d’hématomes mal résolus.

La salsepareille : liane des schtroumpfs

La salsepareille est une liane surtout connue en France pour être le plat favori des schtroumpfs. Il s’agit de Smilax aspera en Europe, dont la racine fut longtemps utilisée avec Smilax medica, originaire d’Amérique du Sud, afin de lutter contre les inflammations cutanées (psoriasis, etc.) et rhumatismales. Sa cousine de Chine (Smilax glabra) a été plus étudiée et inhibe par ses glycosides et ses flavonoïdes le TNF-alpha et les interleukines 1 bêta et 6. Elle est utilisée en médecine chinoise contre les arthrites inflammatoires, et en particulier la polyarthrite rhumatoïde. Les salsepareilles seraient également drainantes, protectrices hépatiques et toniques, voire aphrodisiaques… 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité