Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Je n’achète plus, je cueille !

Potager

J’ai toujours cru qu’en cas de disette, j’aurais de quoi me nourrir grâce à mes connaissances en botanique et en cuisine sauvage.

Mais une théorie non appliquée reste une hypothèse. J’ai donc décidé ce printemps de passer à l’action en me lançant un défi : je n’achète plus de légumes verts, je les cueille dans la nature ! Et ce, jusqu’aux prochaines neiges. J’entends par légumes verts tous les légume sfeuilles comme les salades, les épinards ou le persil. Pourquoi ce choix ? Parce que c’est ce que la nature offre en plus grande quantité dans ma région. Je ne vise pas l’autonomie, je souhaite juste, sans trop modifier mon régime alimentaire quasi végétarien, consommer le maximum de plantes sauvages et voir l’impact sur mon quotidien. Concrètement, tous les jours quand je le peux (j’avoue qu’avec 10 cm de neige au 1er mai, je ne suis pas sortie !), ou tous les trois jours, je pars avec mon panier sur les chemins environnants. Je ne suis pas novice en cueillette sauvage, et je...

connais très bien le territoire que j’habite. Cela me permet de cueillir comme on fait ses courses, avec une liste en tête. Généralement, en une heure de promenade, je cueille les plantes (ortie, égopode, stellaire, berce...) pour une consommation pour deux adultes sur deux ou trois jours. Contrairement à ce que je pensais, cueillir est moins chronophage qu’acheter. C’est en tout cas plus rapide que de prendre la voiture pour faire ses courses.

Au niveau économique, je consomme non seulement moins de carburant, mais mon budget alimentation a été réduit d’un tiers. En fréquentant moins les magasins, je suis forcément moins tentée d’acheter du superflu. D’une façon générale, la cueillette a en effet pour conséquence d’avoir une consommation plus sobre.

Peut-être vous dites-vous que la variété n’est pas toujours au rendez-vous de mes menus ? C’est faux ! Je ne mange pas toujours la même chose, bien au contraire : plus de cinquante espèces composent mes salades. De plus, certaines plantes ne sont consommables que sur une courte période. Par exemple, les feuilles de tilleul, délicieuses en salade quand elles apparaissent tout juste sur l’arbre, ne sont mangeables que quelques jours par an. Pas le temps de s’en lasser !

Rassurez-vous, je ne mange pas que des salades. De nombreuses plantes remplacent les légumes : la myrrhe odorante que l’on mange comme le fenouil ; les chénopodes et la renouée bistorte font de bons épinards ; les jeunes inflorescences de berce se consomment comme le chou-fleur… Et une infusion à base d’ortie, d’achillée et de fruit de berce en guise de thé apporte tonus et vitalité ! Les plantes sauvages ont vraiment boosté ma créativité culinaire, et je me plais aussi à consommer certaines plantes méprisées jusqu’à présent.
Enfin, je lutte contre les a priori. Car je réalise au cours de ces derniers mois à quel point certaines peurs sont profondément ancrées dans notre inconscient collectif. Y compris chez moi, pourtant cueilleuse régulière depuis plus de vingt ans… L’endroit de cueillette est-il assez propre ? Y a-t-il un risque de douve, ici ? Puis-je manger la consoude aussi fréquemment ? Mais c’est ainsi qu’au quotidien je resserre mon lien à la nature, le tisse avec plus d’intensité… et me ressource.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité