Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Retour aux sources - L’appel de la nature(2/5)

Les bienfaits de la nature sont désormais confirmés par la science. Se mettre au vert, prendre une bouffée d’oxygène... Les offres de séjours authentiques et insolites se multiplient, de la découverte bucolique au stage de survie. Et s’il s’agissait de renouer un lien indispensable pour les urbains que nous sommes ?

Maison - Nature

Premiers dépaysements : le woofing, bivouac pour se mettre au vert

Envie de passer de la théorie à la pratique et de vous mettre au vert pour quelques jours? Preuve de notre appétit pour la nature, l’offre d’hébergements originaux est très variée. Beau- coup s’inspirent des habitats traditionnels, tipis, yourtes, cabanes ou autres, pour combiner proximité avec l’élément naturel et rusticité.

Créé en 2012 par deux amis qui cherchaient une activité de tourisme responsable, Echologia, en Mayenne, propose 33 hébergements atypiques répartis sur 70 hectares, avec en prime une véritable piscine naturelle. En Corrèze, la résidence des Collines de Sainte Féréole réinvente même le village des Hobbits ! Solution plus classique, les écogîtes sont rarement décevants. Les gîtes de France proposent désormais 600 adresses écolo bénéficiant soit de la qualification « écogîte », soit du label « Panda », accordé à des lieux générale- ment situés dans un parc naturel ou régional et comportant un équipement d’observation de la nature. Par ailleurs, ces habitats ont été conçus pour consommer peu d’énergie.

Que penser des écolodges de grand standing qui poussent ici et là? Si vous en avez les moyens, l’expérience vaut le détour pour fêter un grand événement. La Belle Verte à Saint-M’Hervé, en Bretagne, propose un séjour dans des maisonnettes semi-enterrées au toit couvert d’herbe, avec ateliers yoga et détox. Mais ne nous leurrons pas, la plupart de ces lieux constituent plus une nouvelle version du luxe qu’ils ne sont un...

gage de reconnexion avec la nature. Ce qui conduit même à quelques absurdités, à l’instar des bulles géantes en plastique transparent permettant de dormir sous les étoiles sans être gêné par les insectes ou autre créature nocturne. Cette tendance porte le nom de «Glamping», contraction des mots glamour et camping. On préfère nettement la proposition de l’association Via Natura, dont les dix-sept campings proposent un accueil en lien avec la nature.

Enfin, pour une immersion profonde, destinée à ceux qui sont prêts à abandonner le confort, il y a le camping sauvage. Il est encore autorisé, à condition de vérifier qu’il n’y a pas d’interdiction municipale ou de demander l’autorisation pour un terrain privé. Dans la plupart des parcs nationaux (Les Pyrénées, Les Cévennes, Les Écrins...), le bivouac est aussi possible à plus d’une heure de marche des limites du parc ou d’un accès routier, ou encore sur le site même des refuges, comme dans le parc de la Vanoise.

Le woofing, retour à la terre collaboratif

Pour l’activiste indienne Vandana Shiva, la première manière de se reconnecter au vivant est l’alimentation, plus précisément la culture de la terre pour se nourrir. Le woofing (« World-Wide  Opportunities on Organic Farms ») est un réseau mondial de fermes bio qui permet ce retour à la terre : on est accueilli, nourri et logé, tandis que l’on participe aux différentes tâches sur la propriété, qu’il s’agisse de s’occuper du jardin, du potager, du verger, des fleurs ou des animaux. Il n’y a toutefois aucune obligation, l’hôte prenant en compte une faiblesse ou une allergie éventuelle du woofer. Les échanges financiers sont interdits car le but est de découvrir l’agriculture biologique, la région et sa vie locale tout en s’enrichissant de rapports humains. En France, plus de mille fermes, et notamment des producteurs de plantes médicinales, accueillent des woofers. L’association Solidarités jeunesses met en contact les fermiers de différents pays d’Europe pour un accueil en famille.
www.wwoof.fr et www.solidaritesjeunesses.org

Un bivouac dans les arbres

Cet été, l’Office national des forêts propose de passer une nuit perchée dans les arbres. Face aux splendides falaises du Vercors, à 45 minutes de Grenoble, des tentes dites alvéoles seront suspendues sur le parcours de l’Odyssée verte. Ce sentier déroule ses 313 mètres de passerelles sécurisées à une hauteur qui varie de 2 et 10 mètres. En juillet et en août, le public pourra donc goûter aux sensations nocturnes de la canopée : sons, parfums forestiers, balancement... 4 dates : 16 et 30 juillet et 6 et  13 août 2015. Accessible à partir  de 8 ans.   www.onf.fr/odysseeverte   Tél. : 06 47 55 75 87

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité