Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Vaincre ses petites phobies

Vertige - Peur

Les insectes, l’eau, l’avion, la pénombre, le vide... Chacun ses petites frousses ou ses grosses paniques. Il nous est parfois difficile de dire d’où viennent ces phobies qui, parfois, nous compliquent l’existence. Mais pour les surmonter, il faut trouver le courage de s’y confronter en douceur. Pourquoi pas avec des fleurs ?

À la vue d’une araignée qui se carapate, beaucoup d’entre nous sursautent en reculant, poussent un petit cri et s’agitent. Ce qui ne manque pas de provoquer des rires complices ou l’incompréhension agacée des plus téméraires ! Certains anxieux sont, eux, incapables de mettre un pied dans la mer ou dans un ascenseur. Où commence la phobie ? Avoir peur est normal. Cette émotion instinctive agit comme un signal d’alarme face à ce que nous percevons comme un éventuel danger. La phobie survient quand ce système d’alarme est déréglé au point de prendre une dimension irrationnelle. On a peur d’avoir peur. Hélas, en fuyant la situation, on entretient cette crainte ! Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont efficaces contre les vraies phobies. Mais on peut aussi surmonter nos petites épouvantes en comprenant le mécanisme de la peur et en apprenant à mieux gérer nos émotions grâce aux élixirs floraux.

Apprendre à se relaxer

Être confronté à un contexte angoissant ou à un objet qui nous effraie provoque des réactions corporelles typiques: mains moites, nausée, crispation, respiration haletante... Elles sont particulièrement fortes chez les hyperémotifs, qui pourront opter pour l’élixir de tremble afin de se calmer. Cette fleur agit en profondeur lorsqu’on fait face à des peurs ou des inquiétudes qu’on ne parvient pas à expliquer. Elle procure alors une sensation de sécurité et réduit les symptômes physiques. Face à une prise de parole en public, un voyage en avion, un balcon en hauteur ou une petite bête, les phobiques se figent. Dans ces phases de crise, mieux vaut employer un élixir d’urgence comme Rescue ou Emergency (basé sur des fleurs du bush). On en prend quelques gouttes toutes les minutes, puis toutes les trois minutes et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’on retrouve le contrôle de soi.

Réviser ses croyances

Nos craintes irraisonnées proviennent sou- vent d’une mauvaise expérience passée. Elles peuvent nous avoir été transmises par nos parents; sinon par le biais de l’éducation («Ne t’approche pas, c’est dangereux»). Pour se libérer de ces croyances...

anciennes qui nous autolimitent, il est intéressant de découvrir un élixir d’Alaska: le bien nommé Forget me not. Ce myosotis américain aide à se détacher de nos expériences douloureuses, des peurs inconscientes et du sentiment de culpabilité qui peut expliquer qu’on reproduise malgré nous les fantasmes de nos aïeuls. Certains anxieux ont tendance à s’enfermer dans des prophéties auto-réalisatrices: «Je vais m’évanouir», «Je vais me faire piquer»... Pour parvenir à lâcher prise et à raisonner de façon plus équilibrée, il faut oser l’élixir Shadow-cactus (gamme PHI essences). Il permet de prendre conscience des mécanismes les plus sombres de notre esprit et de se libérer de ces parts d’ombre qui nous gâchent la vie. « La petite bête n’a jamais mangé la grosse ! », dit-on aux peureux. Mais de quoi a-t-on réellement peur? Un élixir tel que le fuchsia, enclin à faciliter la compréhension de nos émotions enfouies, permet de mieux les discerner. Se poser, observer plus finement nos sensations pour détecter sur quoi se porte notre fébrilité aide à prendre de la distance.

Il en va de la phobie comme de l’allergie: on s’en désensibilise en se confrontant à ce qui les provoque! Mais graduellement et régulièrement. Pour trouver l’impulsion et affronter une situation dont on sait à l’avance qu’elle nous angoisse, privilégions l’élixir de tomate. Il combat le stress, le repli sur soi, les cauchemars, les dépendances, les attitudes défaitistes, les sensations de vulnérabilité comme les peurs paniques... Bref, tout ce qui nous insécurise. Il apporte une protection sur le plan psychique et énergétique qui nous aide à nous confronter à nos phobies.

Affronter l’ennemi

Deux autres élixirs d’Alaska peuvent venir en renfort. Cotton grass (herbe à coton), fleur-pivot qui aide à lâcher-prise et à reprendre confiance en soi pour aborder une situation inconnue, permet d’éviter de se fixer sur l’inconfort, le choc ou autre traumatisme. Elle invite plutôt à comprendre pourquoi on en est arrivé à ces réactions excessives et se propose de trouver le processus de guérison. Quant à Prickly wild rose, aux effets sensiblement comparables à ceux de l’élixir d’églantier des fleurs de Bach, il permet de persévérer même dans une situation hostile. Cependant, ne nous leurrons pas: vaincre ses phobies ne signifie pas éradiquer la peur mais la modérer afin de ne plus en être esclave. Ce travail de libération conduit à vivre de nouvelles sensations propices à la découverte du monde. Cela ne vaut-il pas la peine d’essayer ?

L’herbe à coton, revivre enfin !

Sorte de pompon blanc et soyeux, la tête duveteuse de cette linaigrette appelée aussi coton arctique (Eriophorum sp.) évoque la douceur et la protection. Ses filaments s’effilochent au gré du vent mais cette boule d’ouate fragile invite à dépasser ce qui nous fait frémir. Car elle restaure  aussi la terre après un feu en formant des touffes d’herbes qui stockent de l’humidité.  Un bon message pour les phobiques qui craignent le pire et font tout pour se protéger !  Il y a une vie après les traumatismes et on possède les ressources pour s’en guérir,  semble dire cette plante des marécages d’Alaska. Pas de quoi s’enliser dans nos peurs !

Simulation ?

Les thérapeutes recourent  désormais à la réalité virtuelle issue  des jeux informatiques pour guérir  les phobies. Doté d’un casque qui  l’expose en toute sécurité au vide  (sauter dans un gouffre) ou aux  araignées (toucher une mygale),  le phobique apprivoise sa crainte  et, d’après les essais cliniques,  parvient à surmonter ses peurs dans  la « vraie vie ». Même outil pour  traiter la peur de l’avion alors que la  médiatisation des crashs bombarde  le cerveau d’images anxiogènes.  En plus d’un psy et d’un expert  aéronautique, le simulateur de vol  permet de prendre les manettes.  Mais notre société favorise aussi  des anxiétés plus difficilement  cernables qui bouleversent la vie  sociale de ceux qui en souffrent.  On parle ainsi de plus en plus  souvent de phobie scolaire.  En revanche, les psychiatres sont  formels : la « phobie administrative »  invoquée par un ex-secrétaire d’État  serait... une maladie imaginaire !

Du sang-froid

L'aigue-marine
Cette pierre précieuse d’un bleu aquatique  nous apaise immédiatement.  Elle calme le mental lors des  accès de stress tout en procurant une énergie harmonisante  quand l’environnement devient  toxique. Idéale donc contre  les phobies ou autres peurs,  l’aigue-marine donne également  du courage. Elle soutient la  motivation et la concentration,  incite à assumer ses responsabilités, ce qui permet de se  confronter à ce que l’on perçoit  comme menaçant, ou du moins  déstabilisant. Elle aide à ne pas  porter de jugements et à se  départir de vieux schémas qui  entravent nos actions. D’ailleurs,  elle est aussi indiquée contre  les troubles de la vision.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité