Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Soigner les plantes comme des personnes

Chantal Rault

Tombée sous le charme d’une petite ferme de l’Allier, Chantal Rault s’est lancée sur le tard dans la culture de plantes médicinales et l’élaboration de tisanes. Son approche met à l’honneur respect de la biodiversité et gestion économe des ressources. En conjuguant curiosité, rigueur et passion.

J’ai démarré très tard la culture et la cueillette de plantes médicinales. Mon mari Dominique et moi avions presque la cinquantaine. En 1995, j’ai décroché un brevet d’aptitude professionnelle agricole. Longtemps, je n’ai rien fait de ce diplôme. Jusqu’au jour où nous sommes tombés sur cette vieille maison dans l’Allier, avec un terrain d’un hectare et demi. Cela a été un coup de coeur. La terre n’était pas cultivée depuis 25 ans, ce qui nous a permis de faire du bio directement.

J’ai remis les haies en état, 2 mètres par 2 mètres. Cela a fait rire tous les gens du cru. Le groupement de producteurs Allier bio nous a dit qu’il n’y avait personne dans le coin qui faisait des plantes médicinales. Moi ça me passionnait, mais je ne m’en sentais pas capable. J’ai fait des essais...

. Au départ, je faisais pousser toutes les plantes cultivables : camomille, millepertuis, origan, hysope, cassis pour les feuilles…

Trois principes m’importent beaucoup : la vie et les micro-organismes du sol, la biodiversité et la préservation des ressources comme l’eau. Pour limiter l’arrosage, on a tout paillé. Je ne retourne pas la terre, pour la préserver. J’ai mis en place des bandes de cultures, et entre chaque l’espace est enherbé. J’ai tâtonné avant de choisir cette méthode. Au départ, j’avais quatre grands carrés, cela demandait un désherbage phénoménal. J’ai toujours cultivé les plantes qu’on peut récolter à 90 % sur l’Allier.

J’applique la biodynamie, car l’objectif est de pouvoir cueillir le plus possible sur notre terrain. Je n’ai même pas besoin de traiter, nos petites parcelles n’attirent pas les prédateurs. Si des pucerons s’installent, les coccinelles arrivent en quelques jours et les mangent. Nous laissons des zones sauvages : c’est important pour l’équilibre écologique.

Aujourd’hui je ne cueille à l’extérieur que le frêne, le noisetier et la pulmonaire. On fait venir la fleur d’oranger, le thym ou la verveine d’un producteur qui travaille comme nous. Mon objectif : prendre soin de la plante comme d’une personne. Je suis convaincue que cela apporte un bienfait en bout de chaîne à ceux qui consomment nos plantes.

À essayer. C’est l’heure de la marchande de sable

Des problèmes pour dormir ? La tisane La marchande de sable devrait convenir parfaitement. Concocté par Chantal Rault, ce mélange associant tilleul, verveine odorante, primevère et escholtzia donne de bons résultats. Le petit plus : un peu de houblon pour donner un goût spécial et pour ses propriétés contre les insomnies. « Moi, je n’en ai pas besoin, passer mes journées sur le terrain, ça me suffit ! » explique la cueilleuse en riant.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité