Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Le goût des vins de paysans

Jean-François Ganevat élève ses vins sans le moindre intrant.

Aux pieds des monts du Jura, Jean-François Ganevat poursuit sa quête de vins plus naturels. Son choix exigeant de cépages anciens, cultivés en biodynamie sur son domaine viticole, lui vaut une belle réputation.

Dans ma famille, on est paysans depuis 14 générations. Mes ancêtres furent d'abord des ouvriers agricoles pour le château qui domine le village, puis ils achetèrent des lopins de terre pour pratiquer la polyculture, en élevant des vaches et des poules et en cultivant la vigne. J'ai commencé à m'occuper du vignoble à l'âge de 18 ans, avec passion. En 1988, j'ai obtenu mon brevet de technicien agricole à Beaune, en Bourgogne, où j'ai passé un an pour parfaire ma formation. Ensuite, j'ai fait mes classes comme maître de chai chez Jean-Marc Morey, à Chassagne-Montrachet.

J'y suis resté dix ans, ce qui m'a permis d'approfondir mes connaissances sur l'élevage du vin et les subtilités des terroirs. En 1998, je suis revenu dans le Jura pour travailler avec mon père. J'ai converti le domaine en bio, car je ne voulais plus de produits...

chimiques qui nuisent à la santé de l'homme comme à celle de la terre. Au départ, on m'a pris pour un fou ; il faut dire que j'étais seul à faire du bio dans la région. Les résultats étant vraiment encourageants, en 2014, je suis passé à la biodynamie : cette « médecine douce » pour le sol ­améliore la croissance de la vigne et du raisin. Seuls les micro-organismes, qui diffèrent suivant la géologie locale et l'environnement, peuvent marquer la vigne et la particularité d'un terroir. Je les favorise par un apport de matière vivante, du compost et des décoctions à base de plantes : prêle, ortie, camomille, pissenlit... Les raisins, égrappés à la main, sont ensuite vinifiés et élevés sans le moindre intrant.

Auparavant, dans le Jura, on trouvait entre 50 et 60 cépages différents, comme l'enfariné, le savagnin, le sévillard... Aujourd'hui, sur un domaine de 13 hectares, je produis un vin naturel, un « vin de paysans » sans sulfite, avec de vieux cépages originaires de la région. Avec leur couleur tirant sur le rose ou l'orangé, ils offrent des odeurs sauvages de cuir, de miel… Ma sœur Anne s'occupe de la gestion et de la commercialisation. Nos vins se distinguent de ceux, très formatés, que l'on trouve à présent. Une douzaine de personnes viennent se former régulièrement dans notre vignoble, au cœur d'une terre superbe qui continue de m'inspirer.

À essayer

Le cépage savagnin

Pour ses vins blancs, Jean-François Ganevat utilise le classique chardonnay, mais aussi le plus rare savagnin. Ce cépage pourra être testé avec la cuvée « Sous la roche », un vin riche et structuré vendu un peu plus de 30 euros. La microcuvée « Les vignes de mon père » est, elle, issue d'une vigne de savagnin vert plantée sur des marnes bleues. Ce vin est élevé durant cent trente mois ! Sa qualité et son prix le réservent à de grandes ­occasions.

Domaine Ganevat - La Combe - 39190 Rotalier - Tél : 03 84 25 02 69 

 

 

 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité