Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Les bienfaits du sureau

Le sureau

J’apprécie tant le sureau que j’en ai plante au jardin. Quand mes amis me signalent qu’il y en a foison au bord d’un canal a proximité, je leur explique mon envie de posséder un exemplaire de chaque plante médicinale dans mon petit univers pour pouvoir les observer au gré des saisons. Un hiver sans sureau ? Pas chez moi !

Vous avez dit médicinal ?

Pour le sureau noir, il y a deux saisons à ne pas manquer : le printemps et l’automne. Le printemps nous donne les fleurs, ces belles ombelles jaune pâle au parfum riche et puissant. On les sèche pour en faire des infusions, aux vertus sudorifiques. En d’autres termes, elles font transpirer. C’est surtout utile pendant les fièvres, lorsqu’une bonne transpiration peut permettre à notre corps d’éliminer une partie de la chaleur emprisonnée dans le sang. On laisse passer la phase montante de la fièvre, au cours de laquelle on aura recours aux plantes épicées pour réchauffer la personne grelottante. Lorsqu’elle repousse enfin les couvertures, car elle a trop chaud, il est temps de préparer un litre d’infusion avec 30 g de fleurs sèches (dix minutes d’infusion à couvert). On laisse refroidir et on boit tiède ou froid.

À l’automne, les fruits nous permettent de préparer un sirop délicieux. Ils sont riches en anthocyanosides

>, flavonoïdes, vitamines et antioxydants. Ils contiennent des substances qui inhibent la neuraminidase, une enzyme utilisée par le virus de la grippe pour pénétrer nos tissus et nos cellules, et donc se développer à notre insu.

Vous trouverez des plants de sureau dans certaines pépinières. Mais j’en ai souvent démarré de graines, et la croissance est très rapide. Faites tremper les fruits secs pendant une nuit dans de l’eau froide, puis écrasez-les au travers d’une passoire le lendemain. Récupérez les graines. Semez-les humides en extérieur, dans de gros pots de 10 litres ou dans des bacs de plantation. Ceci doit se faire à l’automne ou pendant l’hiver.

En extérieur

N’essayez pas de faire germer en intérieur, car la graine a pour cela besoin de températures oscillantes. N’utilisez pas un terreau stérile, car la graine requiert un sol vivant et riche. En effet, les champignons et bactéries du terreau vont produire de l’acide gibbérellique, qui facilite la germination. Après germination, gardez les plantules pendant une saison en pot dans un endroit ombragé. Vous pourrez les planter en pleine terre à la saison suivante afin de maximiser la survie de votre progéniture.

Compost et humidité

Le sureau adore l’azote. Donnez-lui une grande quantité de compost pour une croissance optimale. La fiente de poule est aussi très appréciée. L’endroit idéal pour le sureau est une position dans laquelle il peut profiter de l’ombre d’autres arbres. Une petite canopée, en quelque sorte. Sinon, une position mi-ombre mi-soleil lui suffira. Côté arrosage, il ne faudra pas être ingrat, le sureau apprécie une terre riche et humide. Il est préférable d’avoir trois arbustes au jardin afin de faciliter la pollinisation et d’obtenir les fruits tant convoités. En fin de saison, les nouvelles branches vertes se transforment en bois, fournissant la charpente pour l’année suivante. Vous pouvez tailler à ce moment-là pour donner à cet arbuste la forme souhaitée. Afin de récolter avec plus de facilité, je préfère un port buissonnant, et je taille donc toute branche qui s’élève un peu trop haut.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité