EXCLUSIF - Accédez gratuitement à tous nos contenus durant la période de confinement.

Vous avez juste à créer votre compte ici

Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Le lierre déloge les toxines

lierre grimpant

Contrairement aux idées reçues, le lierre grimpant, Hedera helix, encore appelé lierre commun, possède de multiples atouts. Alors, inutile de le supprimer. Il vous faudra toutefois le canaliser pour profiter de ses propriétés médicinales. Vous permettrez aussi à de nombreux oiseaux et insectes auxiliaires de trouver refuge et nourriture, en particulier durant toute la période hivernale.

Au jardin

Le lierre s’invite souvent dans un jardin, grâce aux graines ­rejetées dans les fientes d’oiseaux. Liane vivace à feuillage persistant, le lierre rampe au cours de la première partie de sa vie avant de se lancer à l’assaut du premier support qui passe à sa portée. C’est un allié précieux comme couvre-sol des endroits humides à l’ombre où rien ne pousse. D’ailleurs toutes les expositions lui conviennent. Rustique, il est capable de résister jusqu’à - 24 °C et peut grimper au-delà de 20 mètres de hauteur.

Le lierre n’est pas un parasite, car seules ses racines lui fournissent les éléments nutritifs nécessaires à sa croissance. Il s’agrippe à son support dans le but de grimper vers la lumière, grâce à des petits crampons libérant une colle naturelle très puissante. Les crampons ne pénètrent ni dans l’arbre ni dans le mur, sauf si celui-ci est mal jointoyé. Près d’une construction ancienne, il faudra le surveiller de près. Sur des murs sains, le lierre protège de la pluie, du gel et de la pollution responsable de la dégradation des pierres.

Bouturage et plantation

Le bouturage est une des meilleures options pour planter un lierre là où vous souhaitez le voir prospérer. Il se réalise en prélevant un morceau de jeune tige semi-ligneuse de 10 à 12 cm de long. Gardez uniquement 1 à 2 feuilles sur la portion haute de la bouture. Laissez tremper la partie basse dans un verre d’eau en la calant verticalement au travers d’une feuille rigide disposée à la surface du verre. Au bout de trois semaines, repiquez la bouture avec ses racines dans du terreau maintenu humide et à l’ombre. Vous transplanterez le lierre dans son lieu définitif lorsque le plant aura acquis davantage de vigueur. Le semis est aussi possible dans certaines conditions. Après avoir récolté les graines à maturité, débarrassez-les de leur enveloppe protectrice et déposez-les nues sur le sol ou en terrine dans un mélange sable terreau humide. La germination s’effectue en moins de quinze jours.

Entretien

Résistant aux nuisibles et aux maladies, le lierre n’a besoin d’aucun entretien particulier hormis une taille régulière. Veillez à ce qu’il...

n’accède pas au toit au risque de le voir se faufiler sous les tuiles ou les ardoises… qu’il finira par ­soulever. Autre précaution : si vous devez enlever un lierre qui prend racine dans une construction, sectionnez-le à la racine en arrachant si possible la souche entière et surtout enlevez complètement toutes les tiges et les feuilles présentes sur le mur. En effet, si vous négligez cette opération, les crampons, initialement ­inoffensifs, se transforment en redoutables racines nourricières capables de ­s’infiltrer profondément dans la moindre fissure, en écartant, au fur et à mesure de leur croissance, les pierres de la muraille.

Ce que dit la science

Connu depuis l’Antiquité pour les propriétés médicinales de ses feuilles, le lierre doit être cependant utilisé avec précaution. Le médecin naturaliste Dioscoride (Ier siècle après J.-C.) annonçait déjà : « A dose excessive le lierre attaque l’organisme et trouble l’esprit ».

Parmi ses nombreux principes actifs, les ­saponines sont en partie responsables de ces restrictions d’usage, compte tenu de leurs propriétés hémolytiques (qui détruisent les globules rouges). C’est pourquoi, la sagesse populaire employait déjà le lierre grimpant avec parcimonie, lorsqu’il s’agissait de le prendre en interne. En effet, une seule feuille de lierre par infusion, mélangée à des feuilles de ronce ou de thym, suffit pour soulager l’état grippal ou la toux !

Actuellement, il est utilisé sous forme d’extrait, plus facilement quantifiable. Incorporé dans des sirops ou d’autres préparations, il agit comme antitussif : il dilate les bronches et diminue les spasmes tout en prodiguant un effet anti-­infectieux mineur. Une activité œstrogénique est également attribuée à la plante.

En revanche, l’usage externe des feuilles offre davantage de latitude d’action : il modère les douleurs rhumatismales ou névralgiques, agit contre la cellulite, accélère la cicatrisation des plaies, soulage les démangeaisons occasionnées par les piqûres et combat la gale et les poux !

Un bain minceur détoxinant

Le lierre grimpant reste un ingrédient incontournable des produits minceur et plus précisément contre la cellulite. La combinaison des principes actifs contenus dans les feuilles participe à la réduction des œdèmes et à désinfiltrer l’eau de la peau d’orange. Le bain conjugue les effets bénéfiques de la chaleur et ceux du lierre : apaisement des douleurs, détente, désinfiltration des tissus cutanés et élimination des toxines.

  1. Après avoir récolté l’équivalent de 300 à 500 g de feuilles fraîches, coupez-les grossièrement avant de les mettre dans un fait-tout contenant 3 litres d’eau froide.
  2. Portez le tout à ébullition et maintenez le frémissement durant une heure, avec un couvercle.
  3. Filtrez la décoction obtenue et versez dans l’eau du bain.
  4. Restez environ quinze à vingt minutes dans le bain. Pour profiter des ses bienfaits, celui-ci doit être à la bonne température, c’est-à-dire au moins à 32 °C. Au-delà de 37 °C, il peut être fatigant.
  5. En sortant, séchez-vous soigneusement et reposez-vous au moins une demi-heure.

Posologie : Renouvelez le bain, une fois par semaine jusqu’à amélioration (deux mois environ). Vous pouvez alterner le bain de lierre avec un bain aux algues (Fucus ­vesiculosus) réalisé dans les mêmes conditions.

Attention : Le bain chaud est contre-indiqué si vous souffrez de troubles cardio-vasculaires, de problèmes circulatoires comme les varices (la chaleur dilate les veines) ou en cas de maladies respiratoires sévères chroniques.

Récolte

Les feuilles peuvent être cueillies toute l’année. Cependant deux périodes sont traditionnellement conseillées pour leur concentration en principes actifs : début du printemps et en juillet. Attention : les baies du lierre grimpant ne sont pas comestibles. Purgatives, elles exposent à des intoxications avec troubles digestifs (vomissements), troubles respiratoires et (ou) nerveux.

À savoir

  • Le contact répété des feuilles de lierre grimpant expose à un risque allergique ou d’irritations cutanées chez les personnes sensibles.
  • Ne confondez pas le lierre grimpant avec le lierre terrestre, Glechoma hederacea, qui est une plante comestible et a d’autres propriétés.

Huile minceur

  1. Coupez finement plusieurs poignées de feuilles fraîches de lierre grimpant et disposez-les dans un récipient résistant à la chaleur.
  2. Tassez légèrement puis recouvrez largement (au moins 2 cm) d’huile bio de tournesol ou d’olive.
  3. Chauffez l’ensemble au bain-marie pendant une bonne heure puis laissez refroidir et macérer quelques heures.
  4. Filtrez à l’aide d’un linge fin ou d’un filtre en papier.
  5. Conditionnez dans un flacon de verre opaque préalablement stérilisé à l’eau bouillante et ajoutez pour la conservation 15 gouttes d’huile essentielle (géranium rosat ou romarin à cinéole).
  6. Étiquetez votre préparation. Conservation : un à deux ans.

EXCLUSIF

Accédez gratuitement à tous nos articles
jusqu'à la fin de la période de confinement.

Connectez-vous pour lire les 78% restant de cet article

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité