Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

Les baies détox du genévrier

baies détox du genévrier

Réputé pour sa croissance très lente, le genévrier commun (Juniperus communis) bat aussi des records de longévité. Il trouve sa place dans tous les jardins grâce à son adaptation à la sécheresse, au froid et aux embruns. C'est peut-être ce qui lui a valu d'être symbole de force et de sagesse. Ses baies comestibles sont souveraines pour protéger nos intestins et nous détoxiquer !

Au jardin

Sous l'appellation genévrier, un large choix d'arbustes peut vous être proposé. Cependant, sélectionnez bien Juniperus communis qui garantit que les baies du conifère sont effectivement consommables.

Plantation

Elle s'effectue de préférence à l'automne, avant les gelées, ou au printemps. Installez-le en situation ensoleillée ou mi-ombre (dans le Sud), en choisissant le bon emplacement, c'est-à-dire en évitant les zones de passage du jardin, car le genévrier pique. Aérez les racines de votre plant (elles ne doivent pas former un chignon) et trempez la motte dans l'eau au moins 30 minutes avant de la mettre en terre. Pendant ce temps, désherbez convenablement la zone de plantation puis creusez un trou aussi large que profond d'au moins 3 à 4 fois la taille du conteneur. Mélangez la terre de jardin avec du compost et de la corne torréfiée (et du sable en cas de sol argileux). Avant de remettre la terre et le plant, disposez une couche de cailloux dans le fond du trou. Tassez la terre autour du pied et arrosez.

Entretien et multiplication

Le genévrier pousse lentement et nécessite très peu d'entretien. Sachez cependant qu'il ne supporte pas les sols chargés d'eau. En été, éliminez simplement le bois mort, sans jamais tailler le vieux bois ni le sommet, au risque de l'empêcher de repartir. Le semis étant très long, mieux vaut bouturer en caissette dans un substrat composé de 2/3 de sable et 1/3 de terreau, en septembre sur tiges semi-lignifiées ou au printemps sur des rameaux périphériques.

 

Récolte

Botaniquement parlant, les « baies » de genièvre sont des faux fruits. Leur récolte (octobre-novembre) demande un peu de patience car ces cônes charnus d'abord verts ont besoin de trois ans pour atteindre leur maturité, signalée par une belle couleur bleu-noir. Les baies sèchent facilement en couche mince. Seule recommandation : remuez-les souvent pour éviter les moisissures.

 

X
À lire aussi
L’huile essentielle de...

Ce que dit la science : Moins de microbes

Le potentiel thérapeutique du genévrier s'est révélé très tôt, comme l'atteste l'emploi de ses baies et rameaux en Égypte et Grèce antique. Le brûlis des rameaux feuillés aurait contribué à combattre la peste et, jusqu'à la première guerre mondiale, les fumigations de genévrier servaient à aseptiser l'atmosphère dans les hôpitaux. Ses nombreux composés aromatiques – majoritairement monoterpéniques – possèdent des propriétés antimicrobiennes. Des études in vitro ont validé l'activité de différents extraits de genévrier sur plusieurs germes responsables d'infections urinaires, gastro-intestinales ou pulmonaires. Les baies de genièvre contiennent également des flavonoïdes et des biflavonoïdes qui participent aux autres propriétés médicinales, notamment anti-inflammatoires, antioxydantes et antidiabétiques. Une simple décoction de baies fait chuter le taux de sucre dans le sang, en améliorant l'absorption périphérique du glucose et en stimulant la sécrétion d'insuline. D'autres propriétés méritent d'être approfondies, comme le rôle protecteur hépatique et neuronal, récemment étudié sur un modèle animal simulant la maladie de Parkinson. L'extrait méthanolique testé a permis de réduire la catalepsie musculaire et d'augmenter l'activité motrice grâce, selon les auteurs, à l'augmentation du taux de glutathion, composé capital aux propriétés antioxydantes majeures.

À l'atelier

Un élixir digestif et détoxifiant

Ce n'est pas par hasard que les baies de genièvre sont traditionnellement utilisées dans la cuisson des choux et dans la choucroute garnie de charcuterie. Les baies stimulent en effet tout l'axe digestif en calmant les éructations, les aigreurs d'estomac et en réduisant les ballonnements et les fermentations intestinales. Elles relancent également la fonction rénale par une action diurétique puissante conjuguée à une meilleure élimination des déchets (urée, acide urique, etc.). Ainsi, l'élixir de genévrier, réalisé sans sucre, sera particulièrement utile pour détoxifier efficacement l'organisme.

Précautions d'emploi :

Compte tenu de sa puissance, il est recommandé d'utiliser le genévrier à doses modérées et en cures discontinues. En cas de surdosage ou d'usage prolongé, l'urine dégage une odeur de violette, signe d'une irritation rénale.

Ingrédients et matériel :

  • 50 g de baies de genièvre
  • 250 ml d'alcool de fruit bio titrant au moins 45°
  • un petit bocal en verre teinté • un flacon compte-goutte teinté
  • 20 g de rameaux feuillés de genévrier coupés menus (ingrédient facultatif).

Préparation :

  1. Sélectionnez les baies de genièvre matures, séchées (ou fraîches) et concassez-les en petits morceaux, puis placez-les dans le fond du bocal.
  2. Ajoutez l'alcool de fruit et mélangez l'ensemble afin que les parties végétales s'imprègnent bien du liquide. Fermez et laissez macérer environ 10 jours en remuant la préparation chaque jour.
  3. Filtrez par expression puis sur papier-filtre et conditionnez dans le flacon. Étiquetez votre préparation. Durée de conservation : 3 ans.

À savoir : Pour un usage externe de l'élixir, vous ajouterez, pour les mêmes proportions, 20 g de rameaux feuillés de genévrier coupés menus.

Indications et posologie

Les gouttes d'élixir seront diluées dans ½ verre d'eau : 

  • Cure détoxifiante, drainage rénal et hépatique, inflammations et douleurs rhumatismales : 20 à 30 gouttes matin et midi pendant 3 semaines.
  • Troubles digestifs, crampes, fermentations intestinales, diarrhées : 20 gouttes avant le repas ou au moment des troubles, 1 à 3 fois par jour.
  • Douleurs rhumatismales et de goutte : appliquez localement une compresse imbibée de la teinture alcoolique faite avec le mélange de baies et rameaux. À renouveler 1 à 2 fois par jour.
Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité