Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Faire face au mal de dos(4/4)

Lumbago, arthrose, hernie discale, sciatique… Le mal de dos est le plus souvent en lien avec des phénomènes de tensions musculaires, de dégénérescence ou de nerfs pincés, quand ce n’est pas une combinaison de ces facteurs, voire une tout autre origine. De l’adoption de bonnes postures à l’usage des plantes, notre panel de solutions pour ne plus en avoir plein le dos.

Buplèvre en faux

Des douleurs névralgiques à la prévention

Il n’y a pas que les articulations et les vertèbres qui subissent les effets du temps. Les disques, ces petits coussins amortissant les chocs entre chaque vertèbre, s’abîment eux aussi et se fissurent à force d’être sollicités.

En découle une hernie discale lorsque le noyau gélatineux fait saillie à l’extérieur de la colonne vertébrale. Cette hernie devient douloureuse lorsqu’elle débouche sur une sciatique ou une cruralgie. Compressées et irritées, les racines du nerf sciatique ou crural entraînent une inflammation et des douleurs sur le trajet du nerf concerné (cuisse, hanche, fesse, genou). L’application locale de glace endort la douleur dans les premiers jours. Côté plantes, le millepertuis (Hypericum perforatum) apporte un soulagement, mais c’est surtout vers la méconnue buplèvre (Bupleurum falcatum) que l’on peut se tourner. Cette plante de la famille des Apiécées est un antidouleur neuropathie majeur, en plus d’être décontracturante musculaire et anti-inflammatoire. Les deux s’utilisent sous forme de teinture mère.

Les huiles essentielles antalgiques et antiinflammatoires apportent aussi leurs bienfaits. À celles déjà évoquées dans le soin des douleurs dorsales d’origine musculaire s’ajoutent la gaulthérie (Gaultheria fragrantissima ou Gaultheria procumbens) et la térébenthine pure de Bordeaux (Pinus pinaster). À noter que les pommades à base de piment de Cayenne (Capsicum frutescens) apportent aussi un soulagement. Son principe actif, la capsaïcine, est un puissant alcaloïde permettant de saturer les terminaisons nerveuses.

Au-delà de la prise en charge des douleurs, le meilleur moyen pour conserver un dos en bonne santé reste la prévention. Adoption au quotidien de bonnes postures, maintien de la musculature du dos et de la souplesse des articulations par des activités physiques régulières et douces (marche, natation, yoga…), étirements et exercices de renforcement abdominal adaptés sont indispensables. Dans tous les cas, les spécialistes sont unanimes : si autrefois, le repos était systématiquement indiqué, il est aujourd’hui déconseillé. De nombreuses études ont montré que l’alitement prolongé a au contraire tendance à aggraver les douleurs en augmentant la raideur, en affaiblissant la tonicité musculaire et en impactant le moral, la personne se renfermant sur ses symptômes. Outre la consultation d’un professionnel spécialiste d’une approche manuelle ou même d’une école du dos, l’adoption d’une nutrition anti-inflammatoire favorisant l’apport d’oméga 3, d’épices et d’aliments basiques tels que les légumes s’avère cruciale. Car, multiple et complexe, le mal de dos trouve aussi son origine dans l’assiette et bien souvent, dans un foie trop sollicité.

Bon plan - Sciatique

Les deux premiers remèdes sont a prendre au choix.
Teinture mère
• Millepertuis (Hypericum perforatum). 25 gouttes quatre fois par jour. Si douleur intense, aller jusqu’a 50 gouttes trois fois par jour.
Extrait hydro-alcoolique
• Buplevre (Bupleurum falcatum). 25 gouttes quatre fois par jour. Si douleur intense, aller jusqu’a 50 gouttes trois fois par jour.

Huiles essentielles

• HE de romarin ct camphre (Rosmarinus officinalis ct camphora) : 40 gouttes
• HE de terebenthine pure de Bordeaux (Pinus pinaster) : 40 gouttes
• HE de gaultherie (Gaultheria fragrantissima ou Gaultheria procumbens) : 40 gouttes
• HE d’eucalyptus citronne (Eucalyptus citriodora) : 40 gouttes                                                                   
Dr Jean-Michel Morel, phytothérapeute et aromathérapeute

Bonne posture - Aller chercher quelque chose en hauteur

Lever les bras en gainant le périnée et la musculature abdominale basse. C’est un travail au niveau du milieu du dos, et non des reins, qui permet de soulever correctement les bras et de donner une force suffisante aux mains.

Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité