Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Les algues, trésors de la vie aquatique(3/4)

Consommées au Japon depuis des millénaires, les algues jouissent d’une popularité croissante en Occident. Et pour cause ! De la spiruline à la nori, en passant par le kombu, le wakamé et la laitue de mer, on n’a pas fini de dresser la liste de leurs bienfaits : renforcement de l’immunité, élimination des graisses, prévention du cancer… et même protection contre les UV !

algues

Les algues pour maigrir

Impossible de passer à côté des algues dans les différentes gammes de produits minceur. Scrutés par les chercheurs, ces végétaux marins ont bien des atouts sur la ligne... Au hit-parade des espèces les plus utilisées figurent les algues brunes, dont la laminaire digitée (Laminaria digitata), le fucus vésiculeux (Fucus vesisculosus) et le goémon noir (Ascophyllum nodosum), toutes récoltées au large des côtes de la Manche et de l’Atlantique. S’y ajoute l’exotique wakamé (Undaria pinnatifida), originaire du Japon.

Premier bénéfice des algues brunes sur la silhouette : leur action coupe-faim, due à la présence de phycocolloïdes, des substances mucilagineuses donnant aux algues leur aspect visqueux. Les plus connus d’entre eux, les alginates, ont un pouvoir absorbant égal à trois fois leur poids. En gonflant dans l’estomac, ils donnent une impression de satiété. Mais attention : si plusieurs études confirment que ces mucilages permettent de réguler l’appétit, leur effet reste toutefois de courte durée !

Depuis peu, les alginates intéressent aussi les chercheurs pour leur capacité à limiter l’accumulation de lipides dans l’organisme. Une propriété que l’on retrouve également dans...

la fucoxanthine, un caroténoïde responsable de la couleur brune des algues. Présente notamment dans le wakamé, cette substance a montré lors d’études sur des rats et des humains un effet « brûle graisse », en particulier au niveau du ventre, ainsi qu’une réduction du taux de glucose sanguin. Même si elles restent à confirmer, ces propriétés font de cette algue la plus prisée dans les formules de complément alimentaire minceur.

Ultime trésor des algues brunes pour la ligne : leur richesse en iode. Cet oligo-élément stimule la production d’hormones thyroïdiennes, lesquelles activent le métabolisme cellulaire en augmentant la thermogénèse… Générant plus de chaleur, l’organisme se met à brûler plus de calories ! La teinture-mère de varech, une des algues brunes les plus riches en iode, est indiquée traditionnellement à cette fin. Prudence, cependant, pour les personnes souffrant de dysfonctionnements thyroïdiens.

Alliés minceur sous forme de compléments alimentaires, varech, wakamé, laminaire et goémon noir se dégustent aussi lors des repas… Ne dit-on pas que les Japonais doivent leur légendaire minceur à leur consommation quotidienne d’algues ?

Les alginates, des substances anti-gras

Utilisés pour leurs propriétés rassasiantes dans un régime minceur, les alginates (substances mucilagineuses contenues dans les algues brunes), pourraient aussi avoir des propriétés « anti-gras ». C’est ce qu’a révélé en 2013 une étude publiée dans la revue Food Chemistry. Des chercheurs de l’université de Newcastle ont démontré que les alginates de l’algue brune Laminaria hyperborea, ou Laminaire nordique, ont la faculté d’inhiber l’activité de la lipase pancréatique, une enzyme digestive dédiée à l’assimilation des graisses. En d’autres termes, ces alginates seraient capables de modérer l’accumulation des graisses dans l’organisme. Cette étude ouvre de nouvelles perspectives, notamment dans la recherche contre l’obésité.

La tradition des enveloppements minceur

Grands classiques de la thalassothérapie, les enveloppements consistent en un mélange d’algues brunes micronisées et d’argile verte, de talc ou de boues marines. Le corps est enduit de cette pâte, puis enveloppé dans un film transparent et recouvert d’une couverture chauffante. L’efficacité supposée sur la cellulite de ce type de soin, qui remonte aux débuts de la thalasso au XIXe siècle, est liée à la chaleur. Celle-ci, en dilatant les pores de la peau, permettrait la pénétration d’actifs « brûle graisse » dans l’organisme. Par ailleurs, la capacité des algues à attirer l’eau pourrait favoriser la désinfiltration locale des tissus. Un soin classique que l’on associera à une cure minceur.  

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité