Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Jean-François Lyphout ou le triomphe de l’ortie

Jean-François Lyphout

La bataille que mène l’association pour la promotion des biostimulants (Aspro-PNPP) depuis huit ans vient de connaître un épilogue heureux : le 11 septembre, l’Assemblée nationale a adopté la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, autorisant la commercialisation du purin d’ortie. Une victoire pour son président, Jean-François Lyphout, qui appelle toutefois à rester vigilant.

Plantes & Santé  Le 11 septembre dernier, l’Assemblée nationale a adopté la loi pour l’avenir de l’agriculture classant les Préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) en produits biostimulants. En quoi ce  vote est-il une révolution pour votre secteur ?
J-P. L Les PNPP comme le purin d’ortie, le vinaigre ou l’extrait d’ail, vont enfin devenir libres de commerce. La vente mais aussi la production et l’utilisation agricole seront légales. Jusqu’à maintenant la loi les considérait comme des produits phytosanitaires, c’est-à-dire des pesticides, soit un statut impliquant une homologation lourde, alors que nos produits sont des fortifiants qui stimulent les mécanismes naturels de protection des végétaux, connus depuis la nuit des temps. Certes, les particuliers pouvaient se procurer du purin d’ortie en jardinerie. Cependant les agriculteurs qui ne peuvent utiliser que des intrants ayant une Autorisation de mise sur le marché (AMM) vivaient dans la crainte d’une sanction. Ceux-ci pourront enfin revendiquer ce qu’ils font depuis longtemps. En agriculture biodynamique notamment, on utilise beaucoup de tisanes de plantes afin d’apporter aux cultures des compléments en oligo-éléments.

P. & S.  En quoi ces préparations naturelles sont-elles si utiles ?
J-P. L Le champ d’action des PNPP est très large. Dans mon réseau, en Dordogne, je peux témoigner que, sur 250 fraisiculteurs, 80 utilisent des extraits végétaux, ce qui leur revient moins cher que les traitements classiques. Mais il y a un déficit de connaissances sur toutes les propriétés de ces produits naturels et je vois dans cette nouvelle légalisation une opportunité de développer la recherche. Je pense aussi qu’on pourra initier un enseignement dans les écoles d’agriculture et de paysage. D’autant plus que ces PNPP vont devenir vraiment indispensables aux collectivités locales qui, dès 2020, ne pourront plus utiliser les pesticides dans les espaces verts publics (cette loi s’appliquera aux particuliers en 2022, ndlr).

P. & S.  Cette lutte pour la légalisation des PNPP a commencé il y a huit ans. Quels événements vous ont le plus marqué ?
J-P. L Tout a commencé par cette intrusion brutale et injuste de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) chez Éric Petiot, suite à la parution de son ouvrage «Purin d’ortie et compagnie», en août 2006. Nous avons réussi à mobiliser une centaine d’associations et une trentaine de collectivités. Comment ne...

pas s’indigner lorsqu’on en arrive à interdire de l’ortie ! Après de nombreuses réunions au ministère de l’Agriculture, nous pensions avoir convaincu: la loi sur l’eau de décembre 2006 excluait les PNPP des produits phytosanitaires. Quelle déception quand le ministère publia un décret pour les reclasser parmi les pesticides... Nous avons alors fondé l’Aspro-PNPP, ce qui nous a permis de lancer une enquête sur la situation chez nos voisins européens où les PNPP sont en vente libre. Ségolène Royal, qui nous soutient activement, a finalement remis le dossier en main propre au ministre Stéphane Le Foll en 2012. Cette année, nous avons sillonné les routes en organisant deux caravanes citoyennes. Cela a certainement fait pencher la balance et permis de faire adopter cette nouvelle loi agricole.

P. & S.  Dans cette longue lutte, avez-vous senti une  forte pression des lobbies agro-industriels ?
J-P. L En 2010, nous avons eu une preuve évidente de l’influence des lobbies : l’ancienne secrétaire de l’Union des entreprises pour la protection des jardins et des espaces publics (UPJ) a été embauchée sans appel à un poste au ministère de l’Agriculture pour une mission relative aux intrants agricoles... Aujourd’hui, même si la guerre de l’ortie semble être derrière nous, nous restons vigilants car les services du ministère peuvent toujours, par décret, compliquer les procédures ou restreindre la liste des PNPP.

P. & S.  Vous sentez-vous menacé par les agro-industriels qui s’immiscent sur le marché des produits biostimulants ?
J-P. L
Je préfère qu’ils fabriquent des produits naturels que chimiques! Mais je m’inquiète de les voir racheter de petites entreprises de ce secteur. Alors que nous développons de l’emploi local, ces géants détruisent des emplois et vendent cher. J’ai appris que Goëmar, entreprise de Saint-Malo qui fabrique des biostimulants à base d’algues, avait été rachetée par un grand groupe japonais. On a sauvé le purin d’ortie, mais on assiste à la confiscation des savoirs et de l’autonomie des paysans au pro t des industriels.

P. & S.  Votre combat s’inscrit dans le cadre de la  défense de l’agro-écologie paysanne et de la santé.  Quels sont les prochains grands combats ?
J-P. L
Ces enjeux autour des alternatives aux pesticides, on les retrouve pour les semences et les plantes médicinales. Il est injuste que les producteurs de simples ne puissent pas informer les consommateurs sur les propriétés de leurs tisanes. Les grandes actions associatives comme celles menées par Générations futures sont importantes mais pas suffisantes. Il faut faire, agir concrètement: je n’ai jamais cessé de vendre mes purins depuis 2000 alors que j’encourais le risque de deux ans de prison et de 75000 € d’amende...

De l’engrais à la portée de tous

Les purins sont des extraits fermentés  de plantes : ortie mais aussi tomate  (feuilles et tiges), bardane, souci, fougère  aigle, pissenlit, valériane, consoude  ou prêle, se prêtent à ce mode de  préparation simple. Rien n’interdit de  mélanger les extraits pour obtenir un  effet encore plus fortifant et fertilisant.

Recette du purin d’ortie

Cet engrais naturel stimule la flore bactérienne et réactive la vie du sol, accélère la  croissance des plantes et renforce leurs défenses naturelles (il retarde par exemple le mildiou de la tomate). Le purin d’ortie est répulsif envers les pucerons verts et noirs.

1 Récoltez feuilles et tiges. Hachez-les finement dans un seau et recouvrez d’eau.
2 Laissez  reposer de 5 à 30 jours en fonction de la température externe (15 jours à 18-20 °C par  exemple). Couvrez sans fermer hermétiquement et remuez tous les jours pour oxygéner.  
3 Lorsque de petites bulles blanches ne se forment plus à la surface, la fermentation est  terminée.
4. Filtrez la macération. Prévoir 1 kg de plants pour 10 l d’eau de pluie. 

La guerre de l’ortie en 10 dates

Janvier 2006 Loi d’orientation agricole (LOA) : toute  préparation agricole doit être  homologuée et la diffusion des  connaissances est interdite.
Été 2006 Perquisition chez  Éric Petiot par la DGCCRF suite  à la publication de l’ouvrage  « Purin d’ortie et compagnie »  coécrit avec Jean-Paul  Collaert et Bernard Bertrand.  Constitution du Collectif ortie  et compagnie .
Décembre 2006 La loi sur l’eau  soustrait du cadre de la LOA les  purins. Ils prennent l’appellation  de Préparations naturelles peu  préoccupantes (PNPP).
Avril 2008 Arrêté du ministère de l’Agriculture :  les PNPP sont classés à  nouveau dans les produits  phytopharmaceutiques.
Printemps 2008 Création de l’ASPRO-PNPP.
Décembre 2009 Arrêté relatif  à la procédure simplifiée  d’autorisation de mise sur  le marché des PNPP à usage  phytopharmaceutique. Les  exigences sont inadaptées au  développement des PNPP.
Avril 2011 Arrêté autorisant  la mise sur le marché du purin  d’ortie en tant que PNPP à  usage phytopharmaceutique.  Avec une recette erronée.
Juin 2011 -Dec 2012 : L’Aspro- PNPP mène une étude  démontrant la souplesse de  la réglementation relative aux  PNPP en Espagne, en Autriche  et en Allemagne.
Janvier 2014 Adoption d’une  loi interdisant les pesticides  dans les espaces verts publics dès 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022.
Septembre 2014 La loi pour  l’avenir de l’agriculture classe finalement les PNPP dans les  produits biostimulants. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité