Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Un régime pour avoir une bonne peau

Alimentation

Notre peau reflète notre santé intérieure et est un moyen de protection contre le milieu extérieur; avoir une belle peau témoigne donc autant de la forme de notre organisme que de sa capacité à se protéger des agressions. Et si, pour lui garder une belle apparence, nous ne misions pas seulement sur les cosmétiques, mais aussi sur notre alimentation?

C’est prouvé un rôle majeur dans la qualité de peau. Son élasticité, sa fermeté, sa douceur : l’alimentation joue capacité à lutter contre le vieillissement sont directement liées à la présence de certains nutriments clés. Ainsi, la quête de la fontaine de Jouvence ne commence pas dans les rayons de produits de beauté, mais dans votre assiette ! Pour commencer, faites le plein de substances anti-oxydantes, qui aident les cellules de la peau à lutter contre l’attaque des radicaux libres et ainsi à prévenir le vieillissement cutané prématuré. Une mesure préventive d’autant plus urgente que nous sommes de plus en plus souvent exposés à la pollution et à toutes sortes d’agressions (exposition solaire parfois trop importante, manque de sommeil, stress, fumée de cigarette, etc.). Tout ceci génère un stress oxydatif : les radicaux libres attaquent nos cellules et, en conséquence, on observe une diminution de la qualité et de la beauté de la peau, car l’acide hyaluronique, l’élastine et le collagène diminuent.

Des antioxydants à foison

Où trouver ces antioxydants ? Par exemple, dans le bêta-carotène, ce pigment jaune orangé qui donne aux carottes leur belle couleur, ainsi qu’aux aux mangues, patates douces et citrouilles. Mais il est aussi fortement présent dans les légumes verts à feuilles (épinards, chou frisé, cresson). Le bêta-carotène est transformé en vitamine A dans l’organisme. Celle-ci participe à la régénération de l’épiderme et à la cicatrisation. Autre élément important : la vitamine C. Puissant antioxydant, elle favorise le renouvellement cellulaire et contribue à la synthèse du collagène dans le derme, lui conférant son élasticité. Vous en trouverez en belle quantité dans les agrumes (citron, orange, pamplemousse, mandarine), mais aussi le kiwi, la papaye, la goyave et dans la famille des choux (chou vert, chou frisé), le brocoli et les oignons. À savoir : il y en a aussi dans la pomme de terre, qui se marie bien avec le chou rissolé ou les épinards à la crème de soja.

En dégustant une compotée de tomates, vous bénéficierez des bienfaits du lycopène, autre pigment de la famille des caroténoïdes aux vertus anti-radicalaires. Raison de plus pour faire quelques réserves sous forme de conserves de tomates! On n’oublie pas la délicieuse purée de pommes de terre agrémentée d’une noix de beurre, source de vitamine A et de vitamine E. Cette dernière contribue à la souplesse de l’épiderme en limitant l’oxydation des lipides dans les membranes cellulaires et à la lutte contre le vieillissement. Elle nourrit la peau en profondeur et l’aide à lutter contre les méfaits du soleil. Elle pourrait aussi participer à la prévention de l’acné. On la retrouve dans l’huile de germe de blé, de tournesol, les noisettes, amandes et noix, l’avocat.

Avez-vous assez de zinc ?

Côté oligo-éléments...

, le sélénium et le zinc sont deux atouts pour la beauté de la peau. Le premier combine à la fois des propriétés anti-oxydantes et détoxifantes. Ainsi, il participe à la lutte contre le stress oxydatif, aide à en réparer les dommages, contribue au renforcement des parois cellulaires et protège la peau de tout type d’agression comme la pollution, le rayonnement solaire ou le tabac. C’est un oligo-élément fréquemment carencé dans nos populations, car il n’est présent qu’en très faible quantité dans nos sols. Pour optimiser les apports, consommez régulièrement des champignons, des oignons, des brocolis, de l’ail et des céréales telles que le kamut. Quant au zinc, il participe au bon fonctionnement et à la synthèse des kératinocytes (ce sont les cellules superfcielles de l’épiderme, mais aussi des cheveux et des ongles), et à la synthèse du collagène. C’est aussi un très bon antioxydant. Vous en trouverez dans les graines de chia, de sésame, de lin, le cacao et dans les algues. N’oublions pas non plus les acides gras essentiels, qui donnent beauté et souplesse à la peau.

Délicieux, mais toxique

Un autre phénomène peu connu intervient aussi dans le vieillissement cutané: la glycation. Si le terme est méconnu, il se produit pourtant souvent au quotidien: il s’agit du brunissement des aliments avec le temps de cuisson, les fortes températures. Par exemple, les pâtisseries bien dorées, le pain à la croûte craquante, le fromage gratiné, les plats roussis par la cuisson. Bien que toxique pour l’organisme, le goût est délicieux et les industriels l’ont bien compris: ils utilisent ces procédés pour améliorer la saveur et donner un aspect appétissant aux produits. D’où vient la toxicité ? La cuisson à haute température ou prolongée favorise la formation de composés toxiques : ce sont les produits de glycation avancée, ou AGE, qui résultent de la réaction entre les protéines et les sucres. Les AGE ciblent entre autres le collagène des tissus et perturbent le fonctionnement cellulaire: la peau perd son élasticité et sa souplesse. Pour limiter ce phénomène, il faut donc privilégier la cuisson douce et courte : vapeur, four à basse température ou papillote à confectionner avec du papier sulfurisé, ou, mieux, de la feuille de bananier ou l’algue kombu.

Bon foie, bon teint !

Le foie étant la grande usine d’épuration de l’organisme, quand il est dépassé, les déchets sont déviés vers d’autres émonctoires, dont la peau. Celle-ci montre alors à son tour des signes d’encrassement et devient terne, grasse. Dans la médecine traditionnelle chinoise, on a alors recours à l’endive pour sa capacité à drainer le foie et la vésicule biliaire. De saveur amère et de nature froide, elle dissipe la chaleur excessive du foie et relance la circulation énergétique. Une fois l’excès de yang rééquilibré, c’est toute la sphère hépato-biliaire qui va mieux. Associez l’ortie et la bardane (respectivement en infusion ou en soupe et en décoction), qui contribuent au drainage du foie, mais aussi de l’émonctoire cutané grâce à leurs propriétés dépuratives. L’ortie est en plus reminéralisante et la bardane sudorifque: cette dernière stimule les glandes sudoripares et favorise donc l’élimination des déchets via la transpiration

Quels nutriments pour une peau sèche?

Chaque type de peau va être plus sensible à certains nutriments. Si la peau est sèche, tiraille, misez sur les acides gras essentiels que sont les oméga 3 et 6 : ils interviennent dans la synthèse des cellules et notamment dans la fabrication des membranes cellulaires, assurant ainsi la plasticité de la peau. L’épiderme retrouve souplesse et élasticité et la peau est moins fragile. Ils agissent d’ailleurs en synergie avec le zinc, le sélénium et la vitamine C, d’où la nécessité de les combiner. Tous deux préviennent également le dessèchement cutané en maintenant intacte la barrière hydrolipidique de l’épiderme et en favorisant une bonne hydratation. La peau est souple, veloutée et douce. Si nous avons déjà souligné par ailleurs que le régime alimentaire moderne ne nous fournit pas assez d’oméga 3 par rapport aux oméga 6, ne négligeons pas ces derniers en les choisissant de qualité.Nos sources préférées d’oméga 3 sont les noix, l’huile de colza, les graines de lin et de chia. Pour les oméga 6, privilégiez l’huile de carthame, les graines de tournesol et les pignons de pin. N’oubliez pas de bien vous hydrater en buvant au minimum 1,5 litre d’eau par jour. 

Et si j’ai la peau grasse ?

Quand la peau est grasse et terne, il existe un déséquilibre de la production de sébum. Ce film lipidique est sécrété par les glandes sébacées pour protéger le derme du dessèchement. En cas d’excès, la peau brille, les pores se dilatent et des imperfections apparaissent.

À faire
Commencez par cesser de consommer des sucreries, des plats industriels souvent trop gras et trop sucrés et limitez votre consommation d’alcool. Cette « malbouffe » encrasse l’organisme. Surchargée, déséquilibrée, la peau en souffre, apparaît grasse et de mauvaise qualité. Faites plutôt la part belle aux produits frais et aux grains entiers. Veillez à consommer quotidiennement de bonnes sources de vitamine B6, car elle intervient dans la régulation de la production de sébum. C’est donc un allié intéressant. Vous la trouverez dans le riz, les lentilles, le soja, le germe de blé, l’ail, l’algue dulse, les bananes, les oranges et le jaune d’œuf.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité