Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Quelle camomille contre quelle allergie ?

camomille

De plus en plus de personnes doivent gérer des situations d’allergies variées. La réactivité aux pollens induit des symptômes désagréables au niveau de la sphère ORL, tandis que des réactions cutanées ravivent des démangeaisons. Ces deux scénarios surviennent fréquemment alors que le printemps bat son plein. Du côté des huiles essentielles, ce sont deux camomilles qui vont pouvoir nous apporter un réconfort. Encore faut-il ne pas confondre la camomille allemande et la camomille romaine ! Bien que cousines (elles appartiennent à la famille des astéracées), ces deux variétés sont en effet douées de vertus sensiblement différentes.

La camomille allemande, protectrice de la peau

La camomille matricaire ou allemande (Matricaria recutita) est traditionnellement très appréciée par les populations d’Europe centrale. Le nom de matricaire trouve son origine étymologique dans le mot latin « mater », signifiant mère, car on l’employait aussi pour les problèmes féminins. Son huile essentielle se distingue par sa belle couleur bleu nuit. Elle le doit au chamazulène, molécule qui entre dans sa composition en petite quantité (2 à 4 %). En quantité plus importante, le bisabolol est une molécule recherchée pour ses vertus très apaisantes. L’industrie des cosmétiques l’a adoptée, mais elle emploie essentiellement des copies synthétiques, car la molécule est présente uniquement dans trois « ingrédients » naturels. On lui doit l’action calmante qui va agir en cas de réactions cutanées ou des muqueuses, allant de l’urticaire, aux piqûres d’insectes en passant par l’eczéma ou les réactions au soleil. Son action globale antioxydante et anti-inflammatoire va limiter la sécrétion d’histamine libérée au moment de la réaction allergique. Pour cet usage, elle s’emploie par voie externe et ne présente aucun risque, même pour les petits (dès 3 mois) ou la maman qui les nourrit au sein. La voie interne est en revanche déconseillée sans suivi médical.

Bien l’utiliser

• Mettre 1 à 2 % d’huile essentielle de Matricaria recutita dans une huile végétale de type calendula, elle aussi indiquée pour adoucir la peau irritée. Vous obtenez un mélange d’un joli vert à appliquer localement 3 fois par jour. Vous ressentirez les bienfaits de façon immédiate.
• Mettre la même proportion d’HE dans une crème bio dermatologique neutre et utilisez-la de la même façon.
• En urgence, après une piqûre d’insecte, vous pouvez l’appliquer pure.
• L’hydrolat de camomille romaine s’utilise en bain d’yeux pour calmer les yeux larmoyants au contact des pollens ou lors d’une conjonctivite. À faire 2 fois par jour.

En pratique

• On peut être allergique à tout, même à un antiallergique ! C’est pourquoi il est conseillé de tester ces huiles essentielles dans le pli du coude au moins 48 heures avant une utilisation plus systématique. À noter aussi : si vous êtes allergique à la camomille matricaire, il y a de grandes chances que vous le soyez à toute la famille des astéracées.
• Les quantités préconisées dans ces conseils sont faibles. Si les effets ne sont pas satisfaisants avec ce dosage, en mettre plus n’est pas un gage d’efficacité, bien au contraire. En principe, les effets à attendre sont relativement rapides. Si ce n’est pas le cas, on n’insistera pas dans cette voie. 

La camomille romaine stoppe le rhume des foins

Cette jolie astéracée, qui dans l’Égypte ancienne symbolisait le soleil, est surtout connue comme une sédative majeure employée pour les pathologies nerveuses. Or, Chamaemelum nobile devrait être tout autant une référence pour ses propriétés antiallergiques. Ce qui n’est d’ailleurs pas sans lien, l’effet sédatif mettant en quelque sorte le corps au ralenti y compris dans sa mobilisation contre les allergènes. Les esters qu’elle contient (angélate d’isobutyle et d’isoamyle) ont cette double vocation, et l’huile essentielle est d’autant plus efficace qu’elle en contient beaucoup (ces esters peuvent représenter jusqu’à 80 % des composants). Pour vous assurer de cette qualité, privilégiez dans la mesure du possible l’huile essentielle provenant de la région de Chemillé-en-Anjou. Cette composition lui permet d’être très bien tolérée et pourra s’adapter à toute la famille. Son seul défaut est d’être chère (40 euros pour 5 ml quand on choisit la qualité), mais faites un essai et n’hésitez pas à nous faire part de votre expérience.

Bien l’utiliser

• Commencez par tester l’hydrolat ! Pour les yeux qui coulent, humecter une compresse et poser 30 secondes sur les yeux. Il est aussi possible de mettre quelques gouttes directement dans les yeux. En cas de rhume des foins, La camomille romaine stoppe le rhume des foins prenez l’habitude de faire une pulvérisation directement dans le nez 2 à 3 fois par jour. Vous serez surpris du résultat.
• Pour une crise d’éternuements, ayez recours à l’olfaction : passer le flacon d’HE sous le nez doucement jusqu’à ce que les éternuements s’espacent.
• Diluer l’huile essentielle de camomille à 2 % dans une huile végétale simple comme l’huile de noyau d’abricot et appliquer sur les ailes du nez. Ce simple geste le matin va calmer les réactions de type rhinite pour au moins toute la matinée, et il est tout à fait possible de l’utiliser au long cours. Vous pouvez compléter par une goutte sur les poignets pour une action plus forte sur le système nerveux central.
• Associer la camomille à l’estragon. Chaque matin, avaler 1 goutte d’huile essentielle de chaque sur un comprimé neutre ou de la mie de pain pour réguler les symptômes allergiques.

Conseil
Ces différentes propositions peuvent vous aider à vous passer d’anti-histaminiques. Mais si la réaction allergique est très forte, il n’y a pas de contre-indication à associer huile essentielle de camomille romaine avec des médicaments. 

Et aussi
L’originalité ne fait pas l’efficacité !

La camomille bleue ou tanaisie annuelle (Tanacetum annuum) est d’un emploi moins facile. Certes, elle contient du chamazulène en plus grande quantité que la camomille matricaire. Elle est donc extrêmement apaisante pour la peau, mais elle contient du camphre à taux variable, ce qui la rend inadaptée pour les moins de 6 ans et pour les épileptiques. Les adultes ayant de l’eczéma pourront la tester en mélange à 1,5 % de concentration.
La camomille sauvage (Ormenis mixta var. multicaulis), que l’on rencontre assez souvent sur les marchés, n’est pas vraiment indiquée pour les problèmes d’allergie. Elle est surtout anti-infectieuse et expectorante. Contrairement aux autres camomilles présentées ici, elle est irritante pour la peau. Par ailleurs, elle présente une certaine toxicité du fait de la santoline qu’elle contient.

Ce que dit la science

Peu d’études ont été consacrées spécifiquement aux propriétés antiallergiques, car le protocole est difficile à mettre en place. Toutefois, une méta-analyse parue en 2016 fait le point sur les propriétés pharmacologiques de la camomille romaine. Elle confirme ses effets antioxydants, anti-inflammatoires et antiallergiques ainsi que son action sur le système nerveux. Elle permet de préciser notamment le mécanisme antiallergique des azulènes, présents dans la camamomille romaine, qui inhibent la libération d’histamine. 

Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité