Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

Varices, varicosités... Activer la circulation retour

Varices, varicosités... Activer la circulation retour

Bien que fréquentes au niveau des jambes et généralement inoffensives, les varicosités et les varices, dilatations anormales des veines, sont peu esthétiques et peuvent générer des symptômes gênants. Suivons les conseils de Jean-Philippe Zahalka, qui nous aiguille sur une aromathérapie circulatoire efficace.

Notre circulation sanguine est organisée de telle sorte que les veines ramènent le sang vers le cœur, tandis que les artères acheminent le sang du cœur vers la périphérie du corps. Si, dans la partie supérieure de notre organisme, le sang redescend facilement vers le cœur par effet de gravité, il n’en est pas de même pour la partie basse du corps. Afin de diriger le fluide dans le bon sens et d’éviter qu’il ne redescende, les veines sont dotées d’un système antiretour : de petits clapets appelés valvules veineuses. Celles‑ci s’ouvrent sous l’effet de la pression sanguine et se referment mécaniquement en cas de reflux. Or, sous l’influence de facteurs tels qu’une prédisposition génétique, la sédentarité, l’excès de poids, le vieillissement, la station debout prolongée et répétée, la chaleur ou encore la grossesse, les veines peuvent se dilater, faisant perdre aux valvules leurs propriétés hermétiques. Résultat, le sang redescend, stagne, la pression des veines augmente, provoquant leur gonflement : ainsi naissent les varices. « Elles apparaissent le plus souvent chez les personnes qui ont des professions exigeant de piétiner dans des milieux surchauffés », remarque Jean-Philippe Zahalka, pharmacien et expert en phytothérapie, auteur de l’ouvrage Dictionnaire complet des huiles essentielles. « On les reconnaît à leur relief apparent sous la peau, à l’aspect de cordon bleuté et tortueux facilement palpable », décrit-il.

À la différence des varices qui sont profondes (dans le tissu sous-cutané), les varicosités, également appelées télangiectasies, correspondent à « des dilatations permanentes de très petites veines (veinules) qui forment des réseaux filandreux à la surface de la peau », décrit l’aromathérapeute. Elles sont généralement de couleur rouge, bleue ou violacée, sans relief et de taille plus fine que les varices. Elles sont dues à une faiblesse des parois veinulaires ou peuvent être alimentées par des varices. Bien qu’elles soient dans la plupart des cas sans danger, leur apparition témoigne d’une fragilité de la circulation veineuse. Dans les cas de varicosités et de varices, on parle alors d’insuffisance veineuse.

Des signes d’inconfort

Il est courant que la présence de varices s’accompagne de plusieurs symptômes tels qu’une sensation de jambes lourdes, des impatiences, des démangeaisons ou des fourmillements, voire des œdèmes aux pieds, chevilles ou jambes. Les varicosités peu nombreuses et isolées n’ont quant à elles qu’un inconvénient esthétique pour de nombreuses personnes.

Quand les symptômes décrits en cas de varices ne sont pas seulement ponctuels, lors de périodes de canicule par exemple, et deviennent chroniques, « on parle d’insuffisance veineuse chronique. Il ne faut pas rester avec ces varices apparentes associées à des symptômes en continu, prévient l’aromathérapeute. Le sang circule moins bien et certaines stagnations peuvent entraîner des risques de thrombose, de...

phlébite voire d’embolie pulmonaire. Ce n’est pas anodin, il est donc important d’en parler rapidement avec son médecin afin de déterminer un traitement adapté ».

Phlébectomie en dernier recours

Justement, plusieurs traitements sont préconisés pour pallier l’insuffisance veineuse, qu’elle soit chronique ou non. Parmi ces derniers, les bas de contention permettent d’exercer une pression extérieure sur les veines afin d’empêcher leur dilatation et faciliter ainsi le retour veineux. Des médicaments veinotoniques peuvent également être prescrits, tout comme certains extraits de plantes (hamamélis, mélilot, marron d’Inde, vigne rouge, etc.) pour soulager les symptômes. Néanmoins, si l’on souhaite faire disparaître les varices, il est nécessaire de recourir à la sclérothérapie (injection d’une substance mousseuse dans les petits vaisseaux apparents pour provoquer leur obstruction), au laser endoveineux ou encore à la phlébectomie (retrait des varices par de toutes petites incisions). Dans ce cas, les veines variqueuses sont fermées et extraites sous anesthésie.

Des interventions qui peuvent devenir nécessaires, car, « soyons très clair, insiste Jean-Philippe Zahalka, en médecine naturelle les formules magiques qui font disparaître les varices, ça n’existe pas. En revanche, l’aromathérapie et la phytothérapie associées aux bas de contention sont d’un grand secours pour diminuer les symptômes délétères (jambes lourdes, fatigue, échauffement, douleur, inflammation…) et favoriser une meilleure circulation retour, à condition de suivre ces protocoles aromatiques de façon répétée ». Concernant les varicosités, l’expert se montre plus optimiste. « Il est possible de les estomper provisoirement avec l’aromathérapie, mais il faut savoir qu’elles ont tendance à revenir…». Patience et persévérance sont de mise pour limiter les désagréments liés à l’insuffisance veineuse.

L’astuce rapide

Dans le cas où vous n’avez que peu d’huiles essentielles (HE) dans votre armoire à pharmacie, l’aromathérapeute Jean-Philippe Zahalka conseille de mélanger 2 gouttes d’HE de cyprès toujours vert et 2 gouttes d’HE de lentisque pistachier dans ½ cuillerée à café d’huile végétale de macadamia. Frictionnez ce mélange de bas en haut sur les varicosités ou les varices, trois fois par jour.

Favoriser le retour veineux

Lorsque les gênes liées à une insuffisance veineuse sont occasionnelles (période de canicule, voyage en avion, station debout durant un temps limité…), le spécialiste préconise l’usage de plusieurs huiles essentielles (HE) en massage cutané. « Le grand classique, c’est l’HE de cyprès de Provence ou cyprès toujours vert (Cupressus sempervirens), à l’action décongestionnante veineuse. De par son activité vaso­constrictive liée à la présence de monoterpènes et de sesquiterpénols, elle va induire une contraction des veines dilatées, favorisant une meilleure circulation sanguine. » Une telle huile essentielle présente l’avantage d’être peu onéreuse et s’utilise en massage, pure ou diluée avec quelques gouttes d’huile végétale neutre (comme le macadamia). Autre huile essentielle vasoconstrictive, l’HE de lentisque pistachier « est plus coûteuse, mais intéressante de par sa double action décongestionnante veineuse et lymphatique, complète l’expert. Agir sur le drainage de la lymphe dans les tissus environnants de la varice participe aussi à entraîner une meilleure circulation veineuse ». Par ailleurs, Jean-Philippe Zahalka recommande d’ajouter à cette synergie de l’HE de menthe poivrée afin de renforcer son effet vasoconstrictif. « En application cutanée, cette huile essentielle active les récepteurs au froid de la peau et provoque une sensation de fraîcheur. » D’ailleurs, Jean-Philippe Zahalka conseille de toujours placer les préparations aromatiques au réfrigérateur afin d’augmenter l’action rafraîchissante et tonifiante veineuse. Enfin, d’autres HE à l’action principalement décongestionnante peuvent aussi être utilisées dans la formule pour favoriser la circulation retour : celles de patchouli, de vétiver ou encore de romarin à verbénone.

Ma formule Varices et varicosités

Par Jean-Philippe Zahalka, docteur en pharmacie et aromathérapeute

Propriétés : Vasoconstrictrice, décongestionnante veineuse, tonique circulatoire

Indications : En cas de varices et de varicosités, de symptômes ponctuels d’insuffisance veineuse (fatigue, douleur et lourdeur des membres inférieurs) 

  • HE de menthe poivrée (Mentha x piperita) 5 ml
  • HE de cyprès (Cupressus sempervirens) 5 ml
  • HE de patchouli (Pogostemon cablin) 5 ml
  • HE de lentisque pistachier (Pistacia lentiscus L.) 3 ml
  • HE de vétiver (Vetiveria zizanioides) 2 ml
  • HV de macadamiaQSP 30 ml

Fabrication : Dans un flacon de 30 ml, verser les huiles essentielles puis compléter avec l’huile végétale.

Posologie : Masser 5 à 10 gouttes du mélange de bas en haut sur la zone concernée, 3 fois par jour. À faire durant la période de ressenti des symptômes, ou pour atténuer les veinules disgracieuses.

Précautions d’emploi : Formule contre-indiquée chez les personnes ayant des antécédents de cancers hormonodépendants.

1 ml = 25 gouttes HE = huile essentielle HV = huile végétale QSP = quantité suffisante pour

Vers l’insuffisance veineuse chronique

Les personnes développant des varices ayant une propension à souffrir d’insuffisance veineuse chronique (avec des symptômes en continu), le spécialiste propose également une formule aromatique à prendre par voie orale afin de relancer la circulation générale du corps. Il associe alors les HE de cyprès et de lentisque pistachier aux vertus circulatoires vues précédemment et ajoute à la synergie de l’essence tonifiante de citron. « Cette formule peut être associée au protocole à masser (voir l’encadré p. 35) afin d’optimiser le retour veineux. » Dans le cas où l’on ne supporte pas bien ou que l’on n’est pas à l’aise avec le fait de consommer les huiles essentielles par voie orale, on se tournera vers une cure de tisane de plantes circulatoires. De nombreux compléments alimentaires sont également efficaces.

Ma formule Tonifier la circulation sanguine générale

Jean-Philippe Zahalka, docteur en pharmacie et aromathérapeute

Propriétés : Vasoconstrictrice, décongestionnante veineuse, tonique circulatoire

Indications : En cas de grosses varices apparentes et de symptômes (douleur et lourdeur des membres inférieurs) liés à une insuffisance veineuse chronique

  • HE de cyprès (Cupressus sempervirens) 2,5 ml
  • HE de lentisque pistachier (Pistacia lentiscus L.) 2,5 ml
  • Essence de citron ((Citrus limon (L.) 5 ml

Fabrication : Dans un flacon de 10 ml, verser les huiles essentielles.

Posologie : Déposer 2 gouttes du mélange sur 1 comprimé neutre (ou sur de la mie de pain, dans 1 cuillerée à café de miel ou 1 gélule) et avaler 3 fois par jour pendant 20 jours.

Précautions d’emploi : Formule contre-indiquée chez les personnes ayant des antécédents de cancers hormonodépendants.

1 ml = 25 gouttes HE = huile essentielle

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité