Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Jean Marie Pelt : Une pensée toujours vivante...

Jean-Marie Pelt

Il y a un an, Jean-Marie Pelt nous quittait. Conférencier toujours pédagogue et si passionnément conteur, homme de radio, chroniqueur de l’émission « CO2 mon amour » sur France Inter, sa voix chaleureuse était celle d’un ami passé nous rendre visite à la maison pour nous parler du monde.

Écrivain environnementaliste extrêmement prolifique, avec plus de soixante ouvrages, Jean-Marie Pelt était un expert en écologie et en botanique reconnu, consulté et apprécié pour sa sagesse. Sa plume alerte courait sur le papier autant que l’homme sur les routes de France et d’Europe.

Homme de foi et de fidélité, tel un passeur, il savait non seulement se retirer dans son jardin de Lorraine, mais aussi dans son « jardin de l’âme », qui était aussi fleuri et accueillant qu’il l’était lui-même, le lieu d’une bienveillance envers tous et en toute occasion.

De l’associativité…

C’est dans « L’évolution vue par un botaniste » (Éd. Fayard, 2011) qu’il a énoncé son fameux « principe d’associativité » : depuis la naissance de l’univers, on voit des éléments simples s’associer pour donner naissance à des ensembles plus complexes doués de propriétés nouvelles. Générant des symbioses, l’associativité est présentée par Pelt comme la condition incontournable de la perpétuation de la vie.

« Peut-on tout expliquer par la théorie de la sélection naturelle ? »

>Face à la multiplicité et à la diversité des observations auxquelles il procédait, le botaniste devait pousser plus loin et plus haut ! Ce qui l’amena à s’interroger sur la logique des mutations qui réorganisent le vivant.

Cette démarche a animé la curiosité insatiable de Jean-Marie Pelt, qui a porté ce principe d’associativité depuis les orchidées à la biodiversité et à l’humain. À l’image des végétaux, notre société humaine dépend de notre capacité à créer un vivre ensemble d’associativités, de pluralité, de diversité.

…à l’écologie

C’est lorsque le regard est décloisonné, l’esprit libre, la compétence non enclavée, que la transversalité peut naître. Ainsi, la pensée de Jean- Marie Pelt en matière d’écologie est plurielle. Si elle part de la protection de la nature, à ses trois niveaux (les variétés, les espèces, les écosystèmes), elle ne se limite pas chez lui à une approche exclusivement environnementale. Elle englobe par ailleurs une approche écologique de la santé, ainsi qu’une vision humaniste, dans laquelle l’humain est considéré dans toutes ses expressions : physique, psychique, spirituelle et sociétale. En un temps où l’écologie se cherche parfois un visage et une destinée, la contribution de Jean-Marie Pelt, depuis très longtemps, a été avant-gardiste parce qu’holistique. Une invitation à une « humanité réconciliée avec elle-même et avec la nature, en profonde harmonie avec le Cosmos » (lire « La raison du plus faible », Éd. Fayard, 2009).

… à la conscience

Jean-Marie Pelt incarnait lui aussi l’« associativité » du scientifique, du penseur engagé, et de l’homme de foi, animé par un sens de l’émerveillement aussi soudain qu’enfantin. Dans « Manifeste pour la beauté du monde » (témoignage croisé avec la sœur Marie Keyrouz – Éd. du Cherche Midi, 2015), il nous montrait ainsi la capacité à « relier le sens de notre vie avec le sens de l’Univers », soulignant ainsi l’impérieuse nécessité d’un éveil des consciences. Une invitation à une « transition des consciences » sans laquelle toutes les autres transitions, écologiques, climatiques ou économiques, resteront inachevées.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité