Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Rendez-vous détox

Plante - détox naturel

Voilà déjà le mois de juin, et j’ai complètement oublié de pratiquer ma cure de détox, ce rendez-vous avec le grand nettoyage de printemps de mon organisme. Et pourtant, ma grand-mère m’a proposé de partager sa tisane de jeunes pousses d’ortie en avril, en me rappelant la lointaine notion de carême...

Mais, soumise à une succession de pseudo-urgences contemporaines, j’ai repoussé de jour en jour, et finalement de semaine en semaine, la sacrosainte cure. Il n’y a guère que mon smartphone qui m’indique encore la date à laquelle coule la sève de bouleau... De toute façon, depuis qu’on a trouvé le moyen de la mettre sous vide, me voilà affranchie de la nécessité de la consommer fraîche en suivant précisément le cycle de l’arbre.

Le printemps d’antan correspondait à cela, ce moment où l’on pouvait enfin rompre avec une alimentation monotone (viande salée, patates et chou dans les campagnes), mobiliser un corps engourdi par une moindre activité physique, retrouver la chaleur et la lumière qui avaient manqué durant l’hiver. Les premières pousses de verdure comestibles signifiaient le renouveau de la nature, mais aussi...

du régime alimentaire, et la promesse d’un sang neuf. Certes, au-delà des tisanes dépuratives, on y allait parfois un peu fort à l’aide de purges drastiques, de vomissements provoqués, de sudations, de vermifugations et à l’extrême, de saignements. Il fallait purifier, nettoyer, décrasser, faire sortir les « mauvaises humeurs» du corps et renouveler les vieux fluides engourdis, dont le sang était le principal. Et il y avait un temps pour cela.

Mais aujourd’hui, nos appartements sont à 21 °C toute l’année, illuminés en tout endroit et à toute heure, avec simulateur d’aube au besoin. Nos étals sont couverts de fruits de toute saison et de tout hémisphère. Nos rythmes professionnels ne nous indiquent plus guère les changements de saison et si leur alternance nous influence encore, une partie de leurs effets et de la conscience que nous en avions s’est émoussée à mesure que nos modes de vie se sont émancipés de leurs contraintes. Ces contraintes ont été remplacées par d’autres qui sont venues «corrompre nos humeurs » de façon plus régulière et moins cyclique. Nous sommes dorénavant quotidiennement exposés à divers produits chimiques, pesticides, pollution atmosphérique, rayonnements électromagnétiques, métaux lourds et stress de toutes natures.

Voilà pourquoi, même en retard, je ferai ma cure de détoxification. Certes, j’aimerais bien que celle-ci garde un caractère saisonnier bénéfique à nos organismes, je souhaiterais que nous restions encore un peu soumis aux influences de la nature, au printemps et à l’automne. Mais ne nous leurrons pas, les conséquences problématiques de nos modes de vie sur notre santé font désormais de ce nettoyage, ce drainage, cette détoxification, une nécessité de santé... régulière. Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’expulser périodiquement et furieusement les mauvais fluides, mais d’utiliser des médecines que l’on souhaite douces pour éliminer ce qui peut l’être et retrouver une certaine harmonie, tout au long de l’année... Avec simplement une petite préférence pour ces moments, encore charnières, des grands cycles saisonniers.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité