Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Les jardins d'Avallon en quête de bénévoles

Les jardins d'Avallon

L'association Traverses réhabilite et entretient les jardins terrasses d'Avallon, situés au pied des remparts historiques. Depuis trente ans, ce patrimoine botanique est tenu à bout de bras par des bénévoles qui cherchent un second souffle.

Juste sous l’éperon granitique d’Avallon et ses remparts se cachent une architecture étonnante. Des jardins en terrasses descendent en lacets et mêlent plantes cultivées et prairies mellifères sur une surface de 2 500 mètres carrés. Au VIIe siècle, ces jardins terrasses appartenaient aux religieuses, qui y cultivaient des simples, devenus par la suite les potagers nourriciers de la ville d’Avallon dans les années 1950, avant de tomber en désuétude. Tout n’est que friche lorsque l’association ­Traverses les reprend en main. « En 1989, nous avons acheté les deux premiers terrains grâce à des dons, confie Pierre Morin, le président de l’association, puis un propriétaire nous a confié le sien et la mairie a aussi mis une surface à disposition. » Au fil des ans, des jardins paysagers avec des vergers anciens et des minipotagers, ont repris leur place.

Recherche jardiniers

Après trente ans d’existence, l’association Traverses affiche ainsi un bon bilan du côté de ses missions de défense du patrimoine local et de la biodiversité, avec un budget annuel équilibré de 45 000 euros. Mais la dynamique humaine et la mise en valeur du lien social, des valeurs au cœur de l’association, s’essoufflent depuis trois ans : « Nous avons beau communiquer sur Facebook, dans la presse locale et faire des ateliers de cuisine bio pas chère, nous avons du mal à convaincre les gens de s’engager, regrette Pierre Morin. Même chez nos 60 adhérents, c’est compliqué de les inciter à venir mettre les mains dans la terre une heure par semaine. Nous sommes à peine cinq ou six à œuvrer régulièrement. » Certes, les jardins collectifs sont à la mode. « Mais nous sommes dans une civilisation du loisir, poursuit Pierre Morin. Là, c’est un travail physique et la terre est basse que voulez-vous. »

Impliquer les jeunes

Pour trouver une nouvelle dynamique, l’association mise sur les jeunes : une école maternelle et un collège viennent travailler plusieurs semaines par an. L’expérience pédagogique est payante. Satisfaction aussi d’avoir recruté un service civique : « Nous avons ouvert plus souvent les jardins au public ! » Accueillir plus de monde pour attirer plus d’adhérents actifs, un cercle vertueux qui se cherche : « Nous avons tellement à transmettre, glisse Pierre Morin, avec le climat qui change, il devient essentiel de savoir cultiver soi-même des plantes comestibles et médicinales et des légumes sains. »

Photo de Pierre-Emmanuel Weck

L’agenda de l’automne

Deux nouveaux jardins pédagogiques seront consacrés aux plantes médicinales et comestibles et aux petits fruits rouges cet automne. D’ici là, rendez-vous le 7 septembre pour un atelier « vie du sol compost » et les 21 et 22 septembre, lors des Journées européennes du patrimoine. jardins-traverses.org

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité