Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

La tanaisie éloigne les intrus

Tanacetum vulgare

Décorative et aromatique, la tanaisie (Tanacetum vulgare) ne passe pas inaperçue au jardin. Ses tiges buissonnantes dressées à feuillage découpé et ses fleurs jaune d'or ressemblant à des marguerites sans pétales, culminent à plus de 1 m de hauteur. Sa présence se justifie aussi pour son assistance aux autres plantes qui bénéficient de ses propriétés insectifuges et fongicides. Enfin, bien que délicate à manier sur le plan médicinal, la tanaisie n'en est pas moins utile !

Vivace, rustique et peu exigeante, la tanaisie s’accommode de la plupart des sols. Au jardin, installez là plutôt au soleil, sur une terre bien drainée en choisissant son emplacement. En effet, ses rhizomes traçants incitent la plante à s’étaler !

Semis. Il se fait en mars ou en avril sous abri ou en pleine terre, au printemps et en septembre, octobre. Les graines sont déposées à la surface, puis tassées à l’aide d’un morceau de bois plan afin d’assurer le contact avec la terre. Arrosez délicatement en pluie et maintenez légèrement humide jusqu’à la levée.

Plantation. Elle s’effectue au printemps (avril ou mai) ou en début d’automne, à partir de vos propres semis, de plants achetés ou prélevés dans la nature ! Espacez bien chaque plantule d’au moins 60 cm. La tanaisie pousse également très bien en pot. Dans ce cas, déposer dans le fond une couche de gravier ou de billes d’argile pour optimiser le drainage. En pleine terre, arrosez uniquement au moment de la plantation et en cas de forte sécheresse.

Multiplication.Tous les cinq ans au ­printemps, vous ­pouvez sortir une touffe de terre en la divisant en plusieurs ­morceaux. Ces éclats sont ­replantés à différents endroits du jardin pour faire profiter les autres plantes de ses effets répulsifs vis-à-vis des pucerons, mouches, fourmis, ­doryphores, limaces…

Entretien. Il est quasi nul ! Résistante jusqu’à -15 °C et très vigoureuse, la tanaisie n’a pas besoin de fertilisation et d’eau seulement en cas de forte sécheresse.

Récolte. Feuilles, sommités fleuries et graines sont utilisées en ­phytothérapie. La floraison s’étalant des mois de juin à octobre, la récolte s’effectue durant cette même période.

Ce que dit la science : à utiliser avec doigté

De par la présence importante de plusieurs cétones (thuyone, camphre, artémisacétone) – pouvant provoquer des convulsions et des effets abortifs, la tanaisie commune est souvent délaissée en tant que plante médicinale. Évidemment, la vigilance...

s’impose. Pour autant, la plante qui contient aussi des principes amers, tanins, flavonoïdes, est moins « agressive » que l’huile essentielle pure et ses premières utilisations remontent au XIIe siècle.

Hildegarde de Bingen (XIIe siècle) la conseille contre la toux, les troubles digestifs et l’absence de règles. Puis, les usages populaires se sont ­développés vers les propriétés vermifuges, à l’origine de ­l’appellation « herbe aux vers », ­répulsives (insectes, tiques) et antalgiques, en particulier par voie externe (macération huileuse ou alcoolique, ­cataplasmes de plantes fraîches, décoction utilisée en lavement…).

Cependant, bien que limité, l’emploi interne sous forme de tisane ou macération alcoolique était également préconisé comme tonique digestif ou calmant des douleurs gastriques ou liées à des colites. Actuellement, les études réalisées portent principalement sur des composés isolés de la plante au potentiel anti-inflammatoire et ­antioxydant, sans répercussion concrète ­immédiate pour l’usage domestique.

À l’atelier, fabriquez votre huile de macération antalgique

En faisant macérer à froid la tanaisie dans de l’huile, on extrait la quantité de principes actifs nécessaire pour obtenir une bonne efficacité sans effet nocif. Elle pourra être utilisée à la suite d’une entorse ou de foulures, mais aussi en cas de rhumatismes.

Mode opératoire :

  1. Cueillez l’équivalent de deux à trois belles poignées de sommités fleuries de tanaisie et laissez-les quelques heures à l’air libre pour évaporer un peu d’humidité résiduelle. Si vous êtes sensible, attention : le contact de la plante fraîche est susceptible de causer des rougeurs exacerbées au soleil.
  2. Dans un récipient opaque déposez les parties récoltées en les découpant en petits morceaux. Versez par-dessus de l’huile de tournesol (ou d’olive) bio en tassant la plante de manière à ce que l’huile la recouvre entièrement.
  3. Fermez hermétiquement, puis laissez macérer pendant trois semaines en remuant l’ensemble de temps en temps.
  4. Exprimez et filtrez à travers une passoire fine ou un filtre à papier
  5. Remplissez un flacon distributeur opaque et étiquetez votre préparation.

Mode d’emploi : appliquez un peu d’huile sur les points douloureux (rhumatisme, entorse), matin et soir, en cure de dix jours renouvelable après une semaine de pause. Cette huile soulage également les douleurs menstruelles et les maux de ventre. Elle se conserve au moins un an.

À savoir : autrefois, la tanaisie fraîche pilée et mélangée à du beurre constituait un cataplasme contre les foulures et les entorses. De nos jours, le beurre est remplacé par de la glycérine

Phyto pour le jardin 

Préparez une infusion avec 30 g de sommités fleuries sèches par litre d’eau ; laissez macérer vingt minutes avant de filtrer. Pulvérisez la solution contre les pucerons, la rouille, le mildiou et la mouche du chou. En revanche, ne mettez pas les restes de l’infusion au compost, car la tanaisie freinerait sa fermentation.

La tanaisie contre les oxyures

  • Tisane de graines de tanaisie 5 g de graines sèches par litre d’eau bouillante ; laissez infuser dix minutes, filtrez et buvez deux tasses par jour pendant une semaine, en débutant au moment de la lune descendante. L’emploi de la tanaisie en interne est proscrit chez la femme enceinte ou allaitante et chez l’enfant de moins de 7 ans sans avis médical.
  • Lavement Faites infuser 10 g de sommités fleuries sèches de tanaisie sèches pendant quinze minutes et procédez au lavement à l’aide d’une poire rectale souple, quatre jours de suite.
    Précautions : Il est recommandé cependant d’y avoir recours sous la vigilance d’un professionnel de santé.

 

La tanaisie antimites et antitiques

  • Les sommités fleuries, coupées en petits morceaux et enfermées dans des sachets de tissu, seront placées dans les armoires pour repousser les mites. Rappelons qu’autrefois on disposait les tiges fleuries de tanaisie dans les litières des chiens et des chats pour les préserver des puces et des tiques. On en a d’ailleurs longtemps extrait un insecticide.
  • Lors de vos randonnées, frottez-vous les mains, la nuque et les chevilles avec des feuilles fraîches froissées de tanaisie afin d’éloigner les tiques.
Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité