EXCLUSIF - Accédez gratuitement à tous nos contenus durant la période de confinement.

Vous avez juste à créer votre compte ici

Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Jardinez le radis noir

Radis noir
Radis noir

Le radis noir (Raphanus sativus var. niger L.) est surtout connu comme un des légumes-racines incontournables des étals de marchés hivernaux d’autant qu'il est riche en nutriments indispensables à notre équilibre alimentaire et au soutien de l'organisme durant la saison froide. C'est aussi un excellent remède contre de nombreux maux, et pas seulement pour la détox. Réservez-lui la place qu'il mérite au jardin !

Au jardin

Encore nommé radis d’hiver ou « raifort des Parisiens », le radis noir est généralement installé dans la partie potager, mais rien ne vous empêche de le semer avec vos médicinales ! Vous avez le choix entre les variétés longues (radis noir d’environ 20 cm et plus) ou rondes (8 à 10 cm de diamètre). Ce légume apprécie une exposition ensoleillée ou mi-ombre, mais surtout un sol profond toujours frais, humifère, éventuellement sablonneux et bien meuble. Ces conditions garantissent une saveur croquante sans être piquante.

Semis et entretien

Le semis s’effectue directement en pleine terre, de mi-juillet jusqu’à mi-septembre, selon les régions. Le sol doit être meuble et avoir reçu préalablement une bonne fumure. Semez les graines à 3 ou 4 cm de profondeur, espacées d’environ 10 à 15 cm sur une même ligne, selon que vous avez choisi une variété longue ou ronde. Réservez un espace de 20 à 25 cm entre chaque rang. Tassez bien le semis à l’aide d’une planchette fixée sur un manche (ou le dos du râteau). La levée commence en trois à cinq jours. Surveillez l’arrosage qui doit être régulier et copieux, surtout par temps sec. Paillez si besoin. Lorsque les plants atteignent 5 cm ou bien 4 à 5 feuilles, éclaircissez à 15 cm si votre semis a été trop serré !

Résistance aux ravageurs

En cultivant le radis noir au potager, choisissez bien ses voisins : concombre, petit pois, tomate, salade, persil. Évitez de l’associer aux choux ou aux carottes qui attirent certains indésirables. Saupoudrez de la tanaisie séchée entre les rangs pour éloigner les mouches. En cas de repérage d’altises (elles font des trous dans les feuilles), pulvérisez aussitôt de la poudre de roche. Enfin, surveillez l’appétit des limaces et des escargots, friands des premières feuilles des semis…

Récolte et stockage

Soulevez la terre délicatement et extirper les radis en les laissant sécher sur place pendant vingt-quatre heures. Puis...

, rentrez-les. Si vous ne les consommez pas immédiatement, coupez les fanes des radis près du collet et ­conservez-les dans un bac de sable humide sans qu’ils se touchent, dans une pièce froide (cave ou cellier). Si vous laissez les radis en terre durant l’hiver, veillez à les protéger du froid avec un paillage épais pour éviter qu’ils ne pourrissent.

Un sirop antitussif

Le sirop de radis noir est très facile à réaliser, car il demande peu de manipulations et n’exige aucune cuisson. Il est conseillé principalement dans les indications de bronchite accompagnée de toux et comme revitalisant contre la fatigue, en particulier pour les enfants. Pour une détox, on lui préférera le jus de radis noir.

  1. Lavez puis épluchez la peau noire d’un morceau de radis noir (5 cm environ).
  2. Découpez le tronçon en fines lamelles.
  3. Dans le fond d’un plat légèrement creux, disposez une première couche de rondelles, puis ajoutez en pluie le sucre candi. Recouvrez d’une nouvelle couche de rondelles, puis de sucre candi, et continuez l’alternance jusqu’à l’épuisement du morceau de radis.
  4. Laissez macérer quelques heures (parfois jusqu’à vingt-quatre heures) jusqu’à l’obtention d’un jus sirupeux. Réservez au frais. Attention : ce « sirop » ne se conserve pas plus de quarante-huit heures. C’est pour cette raison qu’il faut mieux le préparer par fraction, à chaque fois.

Variante : Pour la variété ronde de radis noir, vous pourrez procéder de la façon suivante. Au lieu de couper le radis en rondelles, il suffit d’évider le centre du radis noir, d’y ajouter 1 cuillère à café de sucre candi et de maintenir le morceau vertical (en le suspendant éventuellement à l’aide d’un filet). Prélevez ensuite le sirop formé petit à petit, en rajoutant du sucre au fur et à mesure du prélèvement.

Posologies

  • Toux et bronchite : 4 à 6 cuillères à soupe par jour pour l’adulte ; 3 à 6 cuillères à café pour l’enfant (à partir de 3 ans), jusqu’à l’amélioration des symptômes.
  • Fatigue, convalescence, pour l’enfant : 1 cuillère à dessert avant chaque repas, pendant dix à quinze jours.

Ce que dit la science

Considéré comme aussi important que l’ail ou l’oignon, le radis noir est cultivé depuis l’Antiquité. Traditionnellement, on lui reconnaît une action bénéfique sur la régularisation de la fonction biliaire, en augmentant la sécrétion et l’évacuation de la bile. Le docteur Valnet (1920-1995) ­prescrivait avec succès le radis noir pour expulser les « sables » ou les « boues » des vésicules encombrées. Une ­répercussion favorable s’exerce sur les intestins paresseux avec un effet laxatif doux. De nombreuses études ont décrit le fort potentiel de ­détoxication hépatique du radis noir. Ceci est ­intéressant lorsque l’on souhaite protéger ou nettoyer le foie suite à la prise de médicaments ou de substances ­dangereuses comme les polluants ou les pesticides. Ses composés soufrés agissent aussi sur la sphère pulmonaire grâce à une action antiseptique et par une meilleure élimination des sécrétions bronchiques rendues plus fluides. Ces ­composés sont dotés de propriétés antimutagènes (in vitro) et d’un effet préventif antiprolifératif contre les ­cellules cancéreuses. Ainsi l’action ­détoxifiante du radis noir conjuguée à un effet diurétique justifie son usage dans de nombreuses ­pathologies : ­hépatite, migraine digestive, goutte, sinusite, allergie, soutien ­immunitaire, ­infection ­urinaire, eczéma, douleur ­articulaire.

 

Un jus frais de radis noir détoxifiant

Il se prépare à l’aide d’un extracteur de jus et se consomme dans la foulée pour préserver les nutriments.

  • Pour la détox : C’est une des formes idéales pour la détox de printemps ! Dans ce cas, la cure sera de trois semaines, à raison de deux prises par jour : 15 ml le matin, à jeun, et 15 ml à midi, avec éventuellement un peu de jus de citron (à prendre quinze minutes avant les repas et dilué dans un peu d’eau).
  • Pour soulager les troubles hépatobiliaires : En cure de sept à quinze jours, prenez 15 ml à 20 ml par jour, dilué dans un demi-verre d’eau, quinze minutes avant le repas principal.
  • En cas de rougeurs cutanées et de brûlures superficielles, pulvérisez un peu de jus sur la peau.

Précautions d’emploi :

  • Le radis noir est contre-indiqué en cas de calculs biliaires compte tenu de sa forte action cholagogue.
  • Il est déconseillé sans avis médical en cas d’hypothyroïdie ou de déséquilibre thyroïdien.
  • Le jus frais peut engendrer des brûlures d’estomac. À éviter en cas de gastrite. En prévention, absorbez-le dilué (eau ou huile végétale).

EXCLUSIF

Accédez gratuitement à tous nos articles
jusqu'à la fin de la période de confinement.

Connectez-vous pour lire les 78% restant de cet article

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité