Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

L’oignon, un bulbe tonique

oignon

L’oignon (Allium cepa) fait partie des légumes les plus anciennement cultivés. Pour son usage culinaire, mais également pour son grand potentiel médicinal qu’il est temps de lui associer ! D’autant que, suivant les variétés, il s’offre à nous dans un large éventail de formes, tailles, couleurs et goûts différents. Très riche en vitamines et minéraux, il contient aussi du sélénium, un oligo-élément plus rare dans les aliments, et qui se révèle essentiel dans la lutte contre le vieillissement cellulaire et le renforcement de nos défenses immunitaires. Christine Cieur, docteur en pharmacie, herboriste

Au jardin

L’oignon est une plante vivace à bulbe. Il s’adapte à presque tous les terrains, sauf ceux très humides. Les sols légèrement siliceux, assez secs et pas trop lourds lui sont particulièrement favorables. Il apprécie de plus les sols cultivés et fumés de longue date. Que ce soit pour le semis, la plantation, les travaux d’entretien ou la récolte, opérez de préférence en jour « racine » du calendrier lunaire. Le respect de ces moments permet d’obtenir de bons rendements ainsi qu’une excellente conservation.

Semis

Le semis pour produire les bulbilles se réalise de fin février à mai, aussi bien en lune descendante que montante puisque le rythme tropique influence peu les semis. À l’aide d’un semoir, semez sur des lignes espacées de 20 à 30 cm, à 1 cm de profondeur. Soyez vigilant sur la fraîcheur des graines, car au-delà de 2 ans elles ne germent plus. Rabattre la terre, tassez avec le râteau et arrosez en pluie fine. On peut aussi semer à la volée sur un sol propre exempt d’adventices. La levée advient en 10-15 jours. Si besoin, éclaircir en laissant 5 cm entre chaque oignon. Puis récoltez les bulbilles à partir d’août. Vous les repiquerez l’année suivante de février à avril.

Repiquage

La plantation des bulbilles (repiquage) s’effectue dans l’idéal en lune descendante et lorsque celle-ci passe devant la constellation de la Vierge (en affinité avec l’élément « terre »). Enfoncez les bulbilles à 2-3 cm dans le sol (les pointes vertes des bulbilles doivent rester à la lumière) en les espaçant de 10 cm environ. Les travaux d’entretien consistent ensuite à maintenir la terre meuble. Afin de garder l’humidité naturelle, binez à plat sans sarclage profond. N’arrosez qu’en cas de sécheresse prolongée.

Récolte
Et les graines ?

Laisser monter la plante en graines consiste à la laisser fleurir. Elle forme alors une grosse boule, au bout d’une tige qui peut atteindre 1 mètre. Auparavant, vous aurez choisi un plant vigoureux et sain. Quand les ombelles sont prêtes (les tiges et...

la fleur ont bruni), environ début août, récoltez-les et triez les graines noires que vous garderez à l’abri de l’humidité.

À l’atelier
Un vin d’oignon médicinal

Les vins médicinaux sont très faciles à fabriquer puisqu’ils sont obtenus par mélange ou dissolution simple ou extractive des principes actifs dans un vin. À ce titre, un vin médicinal peut être considéré comme une véritable forme galénique, source d’un nombre important de principes actifs. L’action contre les parasites intestinaux qui est recherchée avec le vin d’oignon est due aux composés aromatiques présents dans le bulbe, qui sont efficaces sans être trop agressifs. Grâce à l’action d’autres composants, il est également tonique et diurétique.

1. Choisissez un bon vin, de préférence bio. Le plus souvent, trois types de vins sont employés : vin rouge, vin blanc et vin de liqueur (contenant plus de 15° d’alcool et riche en sucre, comme le Banyuls, Rivesaltes, etc.). Concernant le vin d’oignon, nous opterons pour un vin blanc.
2. Râpez très fin ou passez au mixeur un gros oignon.
3. Ajoutez aussitôt 1 litre de vin blanc.
4. Laissez macérer l’ensemble pendant 6 à 7 jours dans un endroit frais.
5. Passez avec expression à travers un linge fin.
6. Filtrez le produit recueilli et conservez en bouteille de verre.

Posologie
Suivant les préconisations du docteur Jean Valnet (1920-1995), boire un verre de vin médicinal d’oignon chaque matin à jeun, pendant une semaine, en phase de lune descendante. À renouveler 2 à 3 mois de suite. Ce vin peut également être utilisé pour son action diurétique ou tonique. Dans ce cas, 2 à 3 cuillères à soupe par jour suffisent.

À savoir
Dans les vins médicinaux, l’eau et l’alcool sont les principaux agents de dissolution des composants actifs de la plante employée. Dans le cas du vin d’oignon, l’eau assure l’extraction des oligo-éléments, minéraux, acides aminés, monoet polysaccharides (sucres), vitamines (sauf la vitamine A liposoluble) et autres composés hydrosolubles de l’oignon (composés soufrés, acides, flavonoïdes). L’alcool, malgré son faible degré, dissout une partie des composants huileux (vitamine A et stérols) et aromatiques.

Autres utilisations

Un pansement

La fine pellicule translucide qui sépare chaque couche de l’oignon constitue un pansement idéal contre les plaies, coupures ou petites brûlures. Posez-la délicatement en recouvrant bien la zone atteinte, puis protégez l’ensemble à l’aide d’une gaze. Si la brûlure présente une cloque, râpez sans tarder un oignon cru et appliquez-le immédiatement dessus. L’action antiseptique et résolutive de l’oignon fera le reste.

Un jus d’oignon pour les enfants

Chez l’enfant, contre les parasites, on adopte le jus d’oignon frais pressé, sans alcool, préparé au dernier moment (c’est-à-dire juste avant de l’absorber). Suivant l’âge : 2 à 3 cuillères à café ou jusqu’à 2 à 3 cuillères à soupe de jus diluées dans un petit verre d’eau légèrement miellé, le matin à jeun, pendant une semaine, en phase de lune descendante. À renouveler suivant les mêmes modalités.

Ce que dit la science
L’oignon sur tous les fronts

Les vertus médicinales de l’oignon sont mentionnées dans des textes égyptiens vieux de plus de quatre mille ans. Sa culture et son usage ont traversé les siècles. Très populaire au Moyen Âge en Europe, où on le considère comme une source de santé et de longévité, il devient un des aliments les plus consommés. Ses propriétés sont très nombreuses. Sa richesse en vitamines et minéraux en fait un dynamisant général. Antibactérien et antiseptique, en particulier sur les sphères respiratoire, génitale, urinaire et cutanée, il combat également les parasites intestinaux. Il améliore les maladies métaboliques grâce à ses effets hypoglycémiants et hypocholestérolémiants. Ami du coeur et des vaisseaux sanguins, il diminue l’agrégation plaquettaire en réduisant le risque de thrombose tout en exerçant un effet hypotenseur. Doté de grandes capacités antioxydantes, l’oignon a fait l’objet de nombreuses études démontrant son potentiel anticancéreux. D’autres études cliniques récentes méritent toute notre attention. Par exemple, la consommation de 100 ml de jus d’oignon pendant 8 semaines chez des femmes ménopausées induit une augmentation de la densité osseuse en prévenant la déminéralisation liée à l’ostéoporose. Par ailleurs, la consommation d’oignon favorise la biodisponibilité du zinc, oligo-élément essentiel. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité