Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Fibromes, kystes, diverticules : éviter l’opération (3/6)

Stressantes et parfois risquées, les opérations chirurgicales sont trop souvent prescrites. Fibromes, nodules thyroïdiens ou encore diverticules : le bistouri n’est pas la seule issue. Ce dossier aborde plusieurs pathologies face auxquelles la phytothérapie peut permettre de retarder voire d’éviter ces interventions en prenant en compte le patient dans sa globalité.

plantes amères

Les kystes sébacés

Les kystes sébacés sont les kystes cutanés les plus fréquents. Ils se forment dans les glandes sébacées et résultent de l’accumulation de sébum sous la peau, cette substance grasse qui protège l’épiderme. Ils peuvent apparaître partout sur le corps, mais principalement là où les glandes sébacées sont le plus nombreuses : le cou, l’aine, le haut du dos, le torse et le cuir chevelu. Le kyste sébacé touche plus souvent les hommes que les femmes, en raison de leur peau plus épaisse. En dehors des raisons hormonales, l’hygiène de vie peut être à l’origine de l’apparition de ces kystes (alcool, surmenage, tabagisme). Ces modes de vie, perturbant le foie, augmentent l’acidité du corps et gênent l’évacuation biliaire des acides gras.

Par précaution, le médecin doit tout d’abord vérifier la nature du kyste afin d’éliminer la possibilité de tumeur cancéreuse (une échographie et une ponction peuvent être nécessaires). Le diagnostic posé, une ablation chirurgicale pourra être conseillée s’il devient douloureux, gênant esthétiquement ou si, mal placé, il est soumis à des frottements. Mais on peut se donner la chance d’éviter cette petite intervention. Tout d’abord, on peut exposer la peau au soleil dès que c’est possible pendant quelques minutes, car les rayons UV à petite...

dose sont à la fois cicatrisants et antiseptiques.

On peut aussi réaliser des cures de drainage du foie en consommant des plantes amères : artichauts crus en saison ou cuits le reste de l’année (à condition de les consommer immédiatement après la cuisson), endives, roquette, salades de printemps, asperges, céleri et pissenlit. Localement, on peut appliquer des huiles essentielles ou réaliser des compresses d’argile verte.

Apaiser le mental avec les élixirs floraux

À l’annonce d’une possible opération chirurgicale, il faut s’efforcer de contenir ses émotions afin de pouvoir faire les meilleurs choix pour sa santé. « Les fleurs de Bach peuvent accompagner la sphère psycho-émotionnelle de manière assez complète », assure Nathalie Auzeméry, consultante en fleurs de Bach. Elles permettent d’encaisser le choc de l’annonce et de garder confiance (Star of Bethléhem), de lutter contre la peur panique qui nous tétanise (Rock rose), et de ne pas tomber dans la rumination mentale des conséquences de la maladie (Mimulus et White chestnut). « Pour ceux qui se soucient des conséquences pour leurs proches ou pour leur travail, il y a aussi Red chestnut », ajoute la spécialiste.
En pratique Versez 2 gouttes de chaque élixir floral dans un flacon en verre teinté de 30 ml et compléter avec de l’eau de source ou minérale. Prendre 4 gouttes, au moins 4 fois par jour jusqu’à apaisement.

Cataplasme à l’argile

L’argile verte aide à « faire mûrir » le kyste et à attirer le sébum vers l’extérieur. On peut ajouter de la teinture-mère d’oignon, aux propriétés antiseptiques.

Ingrédients
• Teinture-mère d’oignon
• Argile verte

Mode d’emploi
Mélangez une cuillère à soupe de teinture-mère d’oignon à 3 bouchons d’eau et versez sur quelques morceaux d’argile verte. Attendez une heure pour obtenir une pâte semiliquide. Deux fois par jour, appliquez une couche d’argile verte sur la totalité du kyste, puis recouvrez avec un morceau de tissu en coton propre fixé avec une bande élastique. Laissez agir pendant une heure. Rincez et nettoyez la peau. 

Gommer un kyste sébacé

L’aromathérapeute Aude Maillard nous propose un mélange d’huiles essentielles aux vertus kératolytiques et lipolytiques, antimicrobiennes et antiinflammatoires.

Ingrédients
• HE de romarin à verbénone (Rosmarinus officinalis CT verbénone) : 40 gouttes
• HE d’encens oliban (Boswellia carterii) : 40 gouttes
• HE de tea tree (Melaleuca alternifolia) : 40 gouttes
• HE d’hélichryse italienne (Helichrysum italicum) : 40 gouttes
• Baume de copahu (antiinflammatoire) : QSP 10 ml

Mode d’emploi
1. Mélangez les ingrédients dans un flacon de 10 ml.
2. Massez la zone à traiter avec 2 gouttes du mélange, 3 à 4 fois par jour, pendant trois semaines. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité