Plantes et Santé Le magazine de la santé par les plantes

Allergies saisonnières : ne les laissez pas vous gâcher la vie ! (5/5)

Yeux larmoyants, rhume des foins, gorge qui pique, éternuements, congestion nasale, les allergies saisonnières se sont multipliées ces dernières années. En effet, si l'hérédité joue un rôle, la pollution de l'air et le dérèglement climatique augmentent le caractère allergisant de certains pollens. Comment lutter contre ces allergènes ? Comment les identifier ? Nous passons en revue les solutions à base de plantes pour diminuer les symptômes et leur récurrence.

Fleur de cassis
Fleur de cassis

Renforcer le terrain atopique

Le terrain est une notion ­fondamentale. En naturopathie, il repose sur une association de facteurs (génétique, alimentaire, hygiène de vie, environnement) qui influencent l'harmonie de notre organisme au niveau organique ou psychique. Ainsi, les allergies surviennent sur un terrain dit « atopique », en lien avec une hypersensibilité aux allergènes de son environnement. Soigner une allergie au pollen passe par une prise en charge globale qui cible le terrain. En parallèle des mesures de phyto ou d'aromathérapie, il est pertinent de travailler en profondeur. La gemmothérapie offre une excellente tolérance avec une balance bénéfices risques très favorable. Le bourgeon de cassis (Ribes nigrum) est le bourgeon anti-inflammatoire de référence. Ses vertus cortison-like en font donc un allié de choix du terrain allergique dans lequel la tendance inflammatoire est importante. Tonique général, il aide à lutter contre la fatigue. De plus, la congestion nasale qui accompagne la rhinite ne facilite pas la respiration, notamment la nuit quand on est allongé ; ce qui affecte la...

qualité de notre sommeil. Pour cette raison, il faut associer au cassis, le bourgeon de charme (Carpinus betulus). Antispasmodique, il a aussi des ­vertus décongestionnantes et cicatrisantes sur les muqueuses de la sphère ORL et ­respiratoire. Le bourgeon de hêtre (Fagus ­sylvatica) doit compléter ce duo en raison de ses propriétés antihistaminiques et ­rééquilibrantes du système immunitaire. Quant aux jeunes pousses de romarin­ (Rosmarinus ­officinalis), ils sont utiles de par leurs effets drainants et détoxifiants hépatiques.

Quatre rendez-vous avec les bourgeons

La gemmothérapie se déploie toute la journée (pour adultes).

  • 10 à 15 gouttes le matin de macérat concentré de bourgeons de cassis (Ribes nigrum).
  • 10 à 15 gouttes le midi de macérat concentré de bourgeons de charme (Carpinus betulus).
  • 10 à 15 gouttes en fin de journée de macérat de bourgeons de hêtre (Fagus sylvatica).
  • 10 à 15 gouttes au coucher de macérat de jeunes pousses de romarin (Rosmarinus officinalis).

Par ailleurs, quatre oligoéléments semblent particulièrement opérants sur le terrain allergique. Le manganèse est le plus couramment conseillé. C'est un excellent régulateur du système immunitaire, dont il va tempérer l'hypersensibilité. Il a également des propriétés antihistaminiques. Il faudra le débuter trois semaines avant la saison de l'allergène auquel vous êtes sensible. Le zinc est à privilégier quand le recours à des médicaments antihistaminiques est très fréquent et le cuivre comme anti-inflammatoire. Attention, il ne faut pas prendre le cuivre et le zinc en même temps, car il existe une compétition au niveau de l'absorption intestinale entre les deux. Enfin le soufre aura un intérêt afin de soulager les muqueuses inflammatoires et aidera à fluidifier les sécrétions bronchiques facilitant ainsi leur élimination. Ainsi en complétant les traitements avec une remise à l'équilibre du terrain, le soulagement des symptômes sera vraiment efficace.

Plantain lancéolé (Plantago lanceolata) et plaintain majeur (Plantago major)

Territoire : Partout en France.

Période : Avril à septembre

Allergies croisées : Avec les graminées, car il existe une forte parenté entre les protéines de leur pollen.

Potentiel allergisant : Modéré.

Et aussi

Les pollens d'olivier, de charme, d'aulne, de ­pariétaire sont très ­allergisants. Ceux d'érable, de chêne, de hêtre, de tilleul, sont plus ­modérés. Ceux de charme, de pin, de ­genévrier, de ­peuplier, de pissenlit et d'ortie sont peu allergisants.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Vous appréciez nos articles, allez plus loin en vous abonnant au magazine en cliquant ici
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité