Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Des graines de moutarde en guise de remède

Graines de moutarde

Qu’elle soit originaire de Dijon, de Meaux ou de Brive – sous la couleur violette –, la moutarde est un condiment qui sonne bien français. Pourtant, les cuisines du monde entier la connaissent. Ce sont d'ailleurs des graines rapportées d’Inde par Sophie Benabi, une amie praticienne en soins ayurvédiques, qui m’ont donné l’occasion de m’intéresser à ce trésor aromatique et thérapeutique…

Dans ma main, les petites billes roulent doucement. Dans ma bouche, les voilà qui éclatent et attaquent mon palais. Blanches, brunes ou noires, elles ne sont pas si douces à croquer ! Il existe en effet trois catégories botaniques de moutarde. La blanche (Brassica alba) produit des graines jaunes très pâles, récoltées une fois la plante ­fauchée et séchée, juste avant qu’elles ne mûrissent dans les gousses. Séchées une seconde fois, elles servent à fabriquer des condiments, comme la moutarde américaine. La moutarde noire est plus grande, dépassant souvent le mètre. Elle donne une floraison jaune, en grappes régulières. Ses graines brunes à noires, récoltées avant ­maturité, sont petites et ont un goût amer et piquant. Une fois débarrassées de leur enveloppe externe, elles pourront être utilisées pour la fabrication de la moutarde de Dijon. Ses jeunes feuilles peuvent être consommées en salade mais en petite quantité, ou bouillies. La cuisine indienne raffole de la moutarde brune (Brassica juncea) ou moutarde indienne, dont les graines sont un peu plus claires que celles de la moutarde noire si bien qu’on l’appelle également moutarde jaune, blonde ou verte ou rouge… Une fois jetées dans l’huile chaude, ses graines craquent et libèrent un arôme de noisettes. Pilées, elles sont souvent présentes dans les mélanges de curry.

Une histoire ancienne

On cultive aujourd’hui la moutarde dans le monde entier, notamment en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Canada qui assure 35 % de la production mondiale. Mais la moutarde serait originaire du Proche-Orient et d’Europe du Sud. Chez les Romains, ses feuilles étaient consommées crues ou en légumes, et les graines pilées avec du vin à des fins d’assaisonnement. Au XIIIe siècle, le mot moutarde fait enfin son apparition : c’est une contraction du latin mutus, signifiant le moût de raisin (avec lequel la moutarde est parfois préparée) et d’ardor, désignant l’ardeur que la consommation de ce condiment produit dans le corps.

Remède ayurvédique

Riches en nutriments, minéraux, antioxydants...

, protéines et vitamines (notamment en vitamines B et B9 ou acide folique, K, A et C), les graines de moutarde sont de grandes oléagineuses, c’est-à-dire qu’elles contiennent des matières grasses. En Inde, ce sont les propriétés « chauffantes » des graines de moutarde brune qui intéressent la médecine ayurvédique, comme nous l’explique Sophie : « On classe les graines de moutarde brunes dans le groupe des épices qui décongestionnent la cavité crânienne et permettent une meilleure circulation au niveau des vaisseaux ­responsables des migraines. Elles augmentent également le feu digestif pour lutter contre les toxines ce qui a pour effet de réduire les ballonnements et les gaz. On les utilisera donc dans l’alimentation ou en huile végétale, mais aussi en usage externe (à éviter l’été du fait de la chaleur que cela apporte) ».

Moutarde maison

  1.  Pilez 100 g de graines de moutarde, blanche, brune ou noire jusqu’à obtention d’une farine assez fine.
  2. Mélangez cette farine avec 8 cuillères à soupe d’eau tiède ou de vin blanc sec, 6 cuillères à soupe de vinaigre de vin blanc, une cuillère à soupe de sucre roux ou de miel ou de sirop d’érable, une cuillère à café de sel et une pincée de poivre noir.
  3. Ajoutez un peu de curcuma. Avant de la déguster, conservez votre moutarde quelques jours au frigo dans un bocal en verre fermé de manière à ce que ses premiers arômes aient été libérés.

Attention Plus les graines de moutardes sont chauffées longtemps, plus elles perdent de leur piquant. Aussi, choisissez la chaleur de votre eau en fonction de l’ardeur que vous voulez donner à votre préparation.

Un petit plus gastronomique

Le confit de graines de moutarde Faites mijoter un quart de tasse de graines de moutarde blanche dans un quart de tasse d’eau et la même quantité de vinaigre de vin rouge avec 2 cuillères à soupe de miel et une pincée de sel. Touillez jusqu’à évaporation de l’eau. Si le confit est trop compact, ajoutez un peu d’eau ou du vinaigre jusqu’à obtention de la consistance souhaitée. À servir avec une tartine de jambon de pays ou d’épinards, des œufs pochés…

A appliquer sur la peau

Si les cataplasmes sont utilisés dans les traditions ayurvédique et occidentale, en Inde on appliquera plus facilement l’huile de graines de moutarde tiède directement sur la peau. Passez un coton sur des zones de douleurs musculaires ou sur le ventre ou en friction sur le cuir chevelu pour favoriser la pousse ou la repousse capillaire. Rincez après trente minutes. « En revanche, poursuit Sophie, pour les massages des parties du corps à drainer (stimulation de la lymphe et de la circulation sanguine, perte de poids), on utilisera les graines à sec avec un peu d’huile. Pour les maladies de peau, telles que le psoriasis, l’eczéma, l’acné ou l’urticaire, on fabriquera une pâte à base de graines broyées et mélangées avec un peu d’eau tiède à appliquer dix à quinze minutes, puis à rincer avant de mettre du curcuma ou de l’aloe vera pour adoucir l’épiderme. En cas d’infection fongique dans la cavité buccale, on infusera une cuillère à café de graines pour une tasse d’eau et on se gargarisera après le brossage des dents ».

À ces mots, je mesure la beauté de ce cadeau et je range mes graines, classées par couleur dans des bocaux, à l’abri de la lumière. J’en garde une poignée pour fabriquer des baumes à lèvres cicatrisants à mettre sous le sapin…

Huile de moutarde tous usages

  • Pilez 3 cuillères à soupe de graines de moutarde noire ou brune jusqu’à ce que la couleur jaune qui se trouve à l’intérieur des graines prenne le dessus sur le brun.
  • Dans un bocal fermé, faites macérer le résultat dans 2 fois son volume d’huile d’olive ou de pépin de raisins (excellente pour la fortification des cheveux, l’élasticité de la peau et la lutte contre le cholestérol).
  • Après trois jours au réfrigérateur, filtrez et replacer votre huile au frais pour la conserver.

Le petit plus cosmétologique Lèvres gercées, fendues… c’est le supplice de l’hiver. Aussi, j’ai mis au point un baume à lèvres à conserver dans des petits pots ou des sticks vides. Dans un bol au bain-marie, mélangez 5 ml d’huile de moutarde à 5 g de beurre de karité et 2 g de cire végétale. Hors du feu, ajoutez 2 gouttes d’huile de germe de blé ou de vitamine E (pour la conservation) et pour le parfum, 1 à 2 goutte(s) d’huile essentielle de vanille ou d’orange douce. Versez le tout dans un pot d’une contenance de 10 à 15 ml et laissez durcir.

Attention Des irritations cutanées et gastriques ont été remarquées sur les peaux et les estomacs fragiles. Faites toujours un test avant une utilisation prolongée et ne pas donner aux enfants, ni en interne et ni externe.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité