Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Quatre automassages aromatiques pour résoudre stress, constipation, problèmes d'estomac...

Estragon

Pour aller dans le sens de la recherche d’équilibre, de prévention et de réactivité, l’utilisation des huiles essentielles peut s’accompagner de différentes techniques d’automassage. Objectif : potentialiser les effets aromatiques et aider la matière à se réharmoniser plus vite. Quels sont les gestes et les synergies les plus efficaces ? Voici nos solutions pour résoudre ponctuellement quatre problèmes de santé.

Depuis des millénaires, la médecine traditionnelle chinoise (MTC) s’exprime notamment par le biais de l’acupuncture, du Tuina ou de la réflexologie. Elle est un précieux outil de santé pour rééquilibrer la matière en travaillant sur le subtil, c’est-à-dire sur les énergies du corps physique par le biais des mains ou des aiguilles, en se concentrant sur des zones stratégiques pour lever certains blocages, porteurs de dysfonctionnements.

Cette médecine s’étend en Occident, jusque dans les hôpitaux, en prenant en compte la personne et son état de santé dans sa globalité, parce que la santé ne se résume pas à un état des lieux défini par des normes standardisées. Elle se mesure à l’aune de l’état de bien-être physique, certes, mais aussi psychique, ainsi qu’à la capacité d’adaptation à son environnement.

Les huiles essentielles, à l’image de la MTC, agissent aussi de manière holistique. Relâchement des tensions nerveuses les plus anciennes, amélioration circulatoire ou meilleur confort digestif sont quelques-uns des bénéfices que les deux approches combinées peuvent apporter. Comment? Par le biais de massages aux huiles essentielles de certaines zones ou de certains points situés sur les méridiens, ces flux d’énergie auxquels se réfère la MTC. Sans vouloir se substituer au savoir-faire des praticiens acupuncteurs ou réflexologues, ces automassages très faciles réveilleront les forces d’autoguérison du corps et rendront ponctuellement bien des services.

1. Constipation, lever le blocage à distance

L’un des premiers réflexes lorsqu‘il y a ralentissement du transit consiste à mettre en place des restrictions alimentaires, notamment le pain, le sucre et les produits laitiers, et un apport plus conséquent de légumes riches en fibres. Les automassages aromatiques au quotidien permettent en complément de redresser la paresse intestinale et d’améliorer la tolérance aux excès alimentaires.

Les bonnes huiles essentielles

Le réflexe aromatique est l’huile essentielle (HE) d’estragon (Artemisia dracunculus), toujours diluée dans une huile végétale (HV) comme celle de noyau d’abricot (dans un flacon de 10 ml, verser 3 ml ou environ 90 gouttes d’HE et compléter avec l’HV), par voie cutanée en massage du gros intestin ou en stimulation de sa zone réflexe. L’expertise clinique montre que masser cette dernière apporte une dimension énergétique et a impact plus rééquilibrant et plus durable. Attention, cette zone réflexe du côlon se trouve à cheval sur les deux pieds qu’il faut visualiser comme «collés par leur face médiane». Imaginez aussi que le ventre se reflète sur la zone creuse de la voûte...

plantaire. Les bords externes plantaires des pieds en contact avec le sol sont souvent durs et difficilement malléables en cas de constipation. Ils correspondent aux côlons ascendant et descendant.

2. Œdème des membres inférieurs, Valvule iléo-cæcale Anse sigmoïde le geste qui désengorge

Pour certains sujets, la station prolongée debout ou même assise peut occasionner un gonflement des chevilles et des membres inférieurs. Cet état de rétention n’est pas souhaitable sur le long terme : il devient douloureux, fragilise le système cardiovasculaire, et son amélioration spontanée n’est malheureusement pas possible.

Les bonnes huiles essentielles

Le réflexe aromatique est l’HE de palmarosa, décongestionnant lymphatique, avec une pointe d’HE de romarin à cinéole, tonique circulatoire. Sans contre-indication, ces deux huiles essentielles peuvent être mélangées dans un flacon de 10 ml à raison de 30 gouttes chacune et complétées avec l’HV de noyau d’abricot. Masser le contour des chevilles avec une dizaine de gouttes pour chaque jambe.

3. Estomac, le point d’orgue du confort gastrique

L’estomac est le premier viscère qui réceptionne ce que l’on mange. Il a en charge la digestion de tous types de nourriture, qu’elle soit matérielle ou subtile : aliments, émotions, stress, contrariétés, soucis matériels (gestion du temps, de l’argent). Les raisons pour ne pas «digérer» ce à quoi la vie nous confronte sont nombreuses, ainsi que les conséquences immédiates, parfois évolutives: aphtes récidivants, hoquets fréquents, mauvaise haleine, inflammations des cordes vocales, maux de tête et, à terme, brûlures gastriques ou ulcères.

Les bonnes huiles essentielles

Le réflexe aromatique est l’HE d’estragon ou celle de basilic tropical, toutes deux à diluer (car irritantes), à raison de 90 gouttes dans un flacon de 10 ml et à compléter avec l’HV de noyau abricot. À visée antispasmodique, ces huiles essentielles libèrent l’estomac et relâchent les muscles lisses digestifs, d’autant plus si elles sont appliquées sur un point particulier, situé sur le méridien du vaisseau conception (Ren Mai).

4. Stress, la détente à portée de main

Et si, dans les moments de stress, d’anxiété, de palpitation ou de surmenage, on faisait une pause de cinq minutes pour se masser les mains ? Les effets de la réflexologie palmaire sont particulièrement intéressants pour appeler la conscience à un endroit où elle ne se pose que très rarement et pour relâcher les muscles et les tendons de cette zone, en tension permanente. Comme les pieds, les mains sont une zone réflexe. Elles donnent accès à l’ensemble du reste du corps. Par ailleurs, elles contiennent aussi beaucoup de points d’acupuncture. En se massant les mains, même d’une manière instinctive, on peut très facilement libérer des énergies bloquées sans même s’en rendre compte. Aux extrémités des membres, l’énergie circule en surface et est très accessible au toucher. On peut ainsi débloquer un diaphragme comprimé par le stress, ou encore détendre les cervicales.

Les bonnes huiles essentielles

Ces massages seront bien sûr accomplis avec une synergie aromatique bien ciblée. Choisir les huiles essentielles relaxantes et appréciées pour leur empreinte olfactive contribuera à un effet plus immédiat. Par exemple, tester les HE d’encens et de petit-grain bigaradier : mettre 30 gouttes de chaque dans un flacon de 10 ml en verre teinté, à compléter avec une huile végétale de noyau d’abricot. Masser avec une dizaine de gouttes pour chaque main.

Noyau d’abricot, l’huile végétale à privilégier

Il convient systématiquement de diluer les huiles essentielles  (HE) dans une huile végétale (HV), surtout lorsque la synergie  est destinée à un massage et est potentiellement utilisée en  grande quantité. Sans oublier que le toucher huileux facilite le massage. L’HV de noyau d’abricot est adaptée pour pénétrer les tissus et drainer les HE en profondeur. On peut lui associer une HV plus rémanente en surface, comme celle de sésame qui permet de masser la zone plus longtemps.

Point ou zone, quelles différences?

Les points d’acupression et les zones réflexes sont deux portes d’accès à l’équilibrage du corps.
• Lorsque l’on parle de point, on évoque plutôt un point énergétique se trouvant sur un méridien. Ces derniers sont des fleuves énergétiques qui alimentent les organes avec l’énergie qui leur est adaptée. Certains points sur ces trajets permettent, par des techniques de pressions répétées, de rétablir des déséquilibres énergétiques.
• Lorsque l’on parle de zone, on se réfère plutôt à la réflexologie basée sur le principe de zones miroirs de l’organisme se trouvant sur le pied, les mains, le visage... Par des mécanismes nerveux, circulatoires ou encore énergétiques, masser la zone permet de travailler sur l’organe, même si on ne le touche pas directement.

Aroma et MTC, une communion bienvenue

Le mariage de la  médecine chinoise et de  l’aromathérapie séduit de  multiples manières. Ces  deux médecines prennent  en compte l’aspect  holistique de la santé et  du corps humain. Si la  première permet de lever  les blocages énergétiques  et de rétablir ensuite  l’équilibre dans la matière,  la seconde peut servir de  catalyseur à la première.  Comme un effet booster,  une huile essentielle bien  choisie, appliquée sur un  point, est comparable  à l’effet d’une aiguille  d’acupuncture. Moins  inquisitrices, utilisables à  la maison en geste simple,  les huiles essentielles  réveillent l’esprit des  points et permettent de  prolonger les bienfaits de  l’automassage ou d’une  séance d’acupuncture.

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité