Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Nos recettes de sobriété(3/4)

Réduire le volume de nos déchets, limiter le gaspillage alimentaire, apprendre à recycler et à partager… Portées par une prise de conscience globale, de nouvelles manières de consommer émergent, plus douces pour la nature et pour l’humain. Tour d’horizon des bonnes pratiques pour réduire votre empreinte sur l’environnement et mener une vie plus saine.

Economie collaborative : Échanger, partager

Economie collaborative : Échanger, partager

Dans les campagnes, il était de tradition de donner ses surplus, d’échanger ses outils entre voisins et de s’entraider pour les moissons. Ces habitudes sont remises au goût du jour dans la mouvance de l’économie collaborative, qui repose sur la mutualisation et l’échange.

Y a-t-il un jardin près de chez moi ?

Une dizaine de structures sont membres du réseau « jardins partagés » où se recrée du lien social autour de la production de légumes, de plantes aromatiques ou de fleurs. De plus, leur charte place au coeur du projet le respect de l’environnement en limitant par exemple l’usage des pesticides. En faisant appel au réseau, vous serez mis en contact avec une association de votre région. Dans les faits, les jardins partagés sont très demandés, et vous risquez de devoir attendre qu’une place se libère pour commencer l’aventure. Vous pouvez aussi vous tourner vers les Incroyables Comestibles, présents dans plus de 500 communes françaises. L’association promeut une agriculture urbaine de « troisième génération », en s’implantant dans l’espace public. Plusieurs sites Internet et applications mobiles mettent en relation des particuliers d’une même région ! C’est le cas de pretersonjardin.com et plantercheznous.com, qui rapprochent propriétaires de terrains n’ayant pas la main verte et jardiniers sans jardin.

Systématiser le troc

De nombreuses municipalités organisent des « trocs aux plantes » ou autres « foires aux graines ». Consultez le site graines-et-plantes.com, qui propose un agenda par régions. Sur Internet, l’association Graines de troc permet aux particuliers d’échanger des graines et des ressources pédagogiques pour apprendre à reproduire ses semences, à cueillir des plantes sauvages… L’application mobile Troc légumes offre aux détenteurs de potager ou d’arbres fruitiers la...

possibilité d’échanger ou d’offrir les surplus de leur récolte et ainsi éviter qu’ils ne se perdent.

Partager avec les plus démunis

Pour éviter le gaspillage tout en aidant ceux qui en ont le plus besoin, des réseaux de glaneurs mettent en lien agriculteurs, groupes de glaneurs et associations caritatives : citons par exemple Ondine, Renouer-cueillette solidaire, Re-bon, Solaal ou Fruimalin. Ils organisent le glanage et le butin est redistribué ou mangé lors de « disco-soupes ». On peut aussi glaner en ville, à la fin des marchés. Les collectifs régionaux de La Tente des Glaneurs récupèrent, trient, lavent et reconditionnent les fruits, légumes et le pain afin de les redistribuer à ceux qui en ont besoin. D’autres, comme J’aime Boc’Oh en font des compotes, confitures ou chutneys destinés à être vendus à bas prix ou échangés contre des produits de première nécessité.

Témoignage - Smiile, souriez à vos voisins

Smiile est un réseau virtuel de partage et d’entraide permettant de vous mettre en relation avec vos voisins. Explications de Morgane Hemery, directrice marketing et communication.

Nous avons créé SMIILE en 2014, sous le nom de « Mon p’tit voisinage », en partant du constat qu’il n’existait pas d’outil pour mutualiser les objets, les moyens et les savoir faire locaux. Notre but était de faciliter le dialogue et le partage. Car même si vous n’avez rien de matériel à troquer, peut-être avez-vous une expertise sur les plantes ou des compétences extraordinaires en cuisine à offrir ? Par exemple, en ce moment, il y a des demandes de toutes sortes concernant le jardin : échanges de tondeuse, taillehaie, de graines, de conseils sur les plantations ou de coups de main. Les commerçants et les collectivités aussi se prêtent au jeu. Par exemple, à Rennes, la Maison de la consommation et de l’environnement loue à bas coût des outils de jardinage semi-professionnels à ses riverains. Mais en général, les gens n’imaginent pas toutes les potentialités du partage. Sur la plateforme, nous les encourageons à participer et à ouvrir le champ des possibilités d’une vie plus sobre et solidaire.
www.smiile.com

Soupe dansante

Se revendiquant du Slow Food, le mouvement Disco Soupe est né à Paris en 2012, dans le but de sensibiliser la population à la problématique du gaspillage alimentaire. L’idée est de récupérer les fruits et légumes invendables sur les marchés (trop mûrs, non calibrés…), puis de se réunir armés d’un épluche légumes afin de concocter des soupes, mais aussi des salades ou des smoothies géants, ensuite partagés dans une ambiance festive, gratuitement ou pour un prix libre. En un an, le mouvement a récupéré 20 tonnes de végétaux et servi 42 000 repas dans 60 villes différentes. Si vous souhaitez participer ou même organiser une Disco Soupe, retrouvez toutes les informations sur le site www.discosoupe.org

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité