Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Nos recettes de sobriété(4/4)

Réduire le volume de nos déchets, limiter le gaspillage alimentaire, apprendre à recycler et à partager… Portées par une prise de conscience globale, de nouvelles manières de consommer émergent, plus douces pour la nature et pour l’humain. Tour d’horizon des bonnes pratiques pour réduire votre empreinte sur l’environnement et mener une vie plus saine.

Manger sain

Les simples pour se soigner simplement

Au quotidien, vivre sobrement, c’est aussi entretenir sa forme avec ce qu’offre la terre. Faire confiance aux simples, se nourrir avec moins, mais mieux… Renouer avec ce qui est à portée de main est aussi un gage de santé et de longévité.

Le pouvoir des simples

« Les simples, ce sont les remèdes qui sont sous nos pieds », nous dit Thierry Thévenin, président de la Fédération des paysans herboristes du même nom. En d’autres termes, commencez par regarder ce qui pousse autour de vous. C’est un bon point de départ avant de créer votre petit carré avec les plantes médicinales essentielles, comme le faisaient les moines médiévaux. Parmi elles, nous conseillons d’abord la sauge officinale, dont l’étymologie latine signifie « sauver » ! Résistante, elle peut survivre jusqu’à -15 °C et se révèle efficace en cas de problèmes digestifs grâce à son action antispasmodique, ou en cas de troubles menstruels ou de la ménopause par son activité oestrogénique. Elle possède aussi des propriétés anti-inflammatoires et antiseptiques. Autre incontournable, la menthe poivrée, sèche ou fraîche, a des vertus digestives en tisane ou décoction, mais est aussi efficace en inhalation en cas de rhume, et sédative à faibles doses. S’acclimatant un peu partout, le thym est un arbuste qui tolère tous les sols et ne réclame pas beaucoup d’eau. Très utile l’hiver dans le traitement des affections respiratoires, il est aussi efficace sur les affections dentaires par son action antiseptique.

Connaissez-vous l’herbe à Robert ? Si vous n’avez pas de terre ou de balcon pour cultiver vos plantes médicinales, vous pouvez les acheter en vrac à un petit producteur local sur votre marché. En magasin bio, privilégiez les plantes françaises, comme celles de La Vie en herbe.

Privilégier la polyvalence

La polyvalence est le propre des produits naturels. Sachez en tirer parti pour éviter de collectionner les remèdes ou produits de beauté. L’argile verte, par exemple, est peu coûteuse (à partir de 2 euros le kilo) et se conserve bien dans le temps. Côté santé, l’argile est utilisée en cataplasme sur les articulations douloureuses, les hématomes et les coups. Elle peut être ingérée en cas de diarrhée ou de ballonnements. Côté beauté, elle élimine les boutons d’acné, s’utilise en masque purifiant de la peau ou du cuir chevelu. Notre second choix se porte sur les vertus acidulées du citron. Et enfin nous avons un faible pour l’Aloe vera, une plante vivace facile à trouver et à cultiver chez soi, même sans jardin ni balcon. Le gel contenu dans ses tiges possède de nombreuses propriétés médicinales. Sur la peau, l’aloès aide à la régénération des cellules et agit aussi bien en remplacement d’une crème hydratante,  qu’en cas de brûlures, coupures ou eczéma. En usage interne, sa pulpe stimule les défenses naturelles et agit sur la perméabilité intestinale. Il existe du gel pour usage externe ou interne en magasin bio. Si vous optez pour cette solution, veillez à ce qu’il...

soit le plus pur possible (sans alcool), conservez-le au réfrigérateur et dans les 2 mois.

Manger frugalement

Au XVIe siècle, le Vénitien Luigi Cornaro vécut jusqu’à 102 ans. Dans quatre discours regroupés dans un ouvrage intitulé Comment vivre cent ans : discours de la vie sobre, il a rassemblé ses conseils, toujours très pertinents aujourd’hui. Ainsi, il préconise de s’écouter. Mangez en conscience, prenez le temps , prêtez attention aux premières bouchées, au goût des aliments, au plaisir qu’ils vous procurent et aux effets qu’ils produisent sur votre corps. Pensez aussi à bien mâcher et reposez vos couverts entre chaque bouchée. Le repas doit être un moment à part entière : ne mangez pas devant la télévision ou en lisant le journal, même si vous êtes seul. Enfin, évaluez votre faim avant de vous servir afin d’éviter soit de manger trop, soit de gaspiller.

Sobriété alimentaire et longévité sont aussi l’apanage des peuples de centenaires comme ceux de l’île japonaise d’Okinawa ou les Hunza de l’Himalaya, dont le régime est en grande partie composé de végétaux. Depuis quelques années, des études montrent d’ailleurs que les végétariens ont moins de risques de développer des cancers et maladies cardiovasculaires. Tout récemment, l’Academy of nutrition and diététiques a estimé que ce régime est adapté à tous, quels que soient l’âge ou la condition physique, à condition de se supplémenter en vitamine B12. Aussi, privilégiez les aliments que vous pourriez voir dans votre jardin. Pour vous les procurer, pensez aux réseaux à circuits courts tels que La Ruche qui dit Oui, ou Bienvenue à la Ferme. Le site du Ministère de l’Agriculture propose une liste des réseaux de producteurs. Et ne pensez pas que votre porte-monnaie va en souffrir. Si les produits frais de qualité nécessitent d’y mettre le prix, ils ne sont pas forcément beaucoup plus chers. Les choses changent ! Enfin, si vous craignez que la monotonie soit au rendez-vous de vos menus, consultez l’ouvrage Mangez de saison !, de Carrie Solomon (La Martinière, 2016). En mai, vous trouverez chez vos producteurs des asperges, des radis, de la rhubarbe, de la betterave rouge, de la laitue romaine, du concombre, des fraises…

Que faire avec un citron ?

Facile à trouver sur les étals des marchés, ou même à faire pousser dans son jardin du sud de la France, le citron est un bon fruit « tout en un » :
• Le citron est un bon stimulant de l’organisme grâce à sa richesse en vitamine C. Pour combattre la fatigue ou les infections hivernales, buvez le jus d’un demicitron additionné de gingembre dans de l’eau chaude.
• Détoxifiant, il favorise l’élimination des déchets si son jus est dilué dans un verre d’eau tiède. À boire à jeun.
• Il purifie et éclaircit le teint, appliqué dilué avec de l’eau sur la peau. (Attention, il est photosensibilisant.)
• Il s’utilise dans la maison pour enlever les mauvaises odeurs, et désinfecter les surfaces.
• Nettoyant, il élimine les taches d’encre ou de rouille. Versez un peu de jus de citron sur la tache puis frottez après avoir laissé agir quelques minutes.

Ralentir pour profiter autrement

Prendre le temps de vivre, apprécier les moments simples et lutter contre le stress, voici les principes du mouvement « SLOW ». Initié en Italie par Carlos Petrini dans les années 1980, le « Slow Food » s’oppose au « fast food » pour lutter contre les méfaits de l’industrie agroalimentaire. Aujourd’hui, le Slow se conjugue aux différents aspects de la vie de tous les jours : la « Slow city » privilégie les espaces verts et zones piétonnes, et le développement de programmes de recyclage. La « Slow éducation » préconise de trouver le rythme adapté à chaque enfant et met en avant les pédagogies alternatives type Montessori, Steiner ou Freinet. Le « Slow travel » recommande de prendre le temps de découvrir, de s’imprégner des paysages et cultures visitées tout en prenant soin de réduire l’impact environnemental de ses déplacements. Même la salle de bain s’est mise à la « Slow cosmétique », et les bureaux au « Slow management »…

Aroma - La polyvalente des beaux jours

L’huile essentielle de palmarosa, fraîche, a un effet décongestionnant en cas de stase avec les premières chaleurs. Déposée à raison d’une goutte sous chaque aisselle, elle fait office de déodorant et libère d’éventuelles congestions mammaires. Une goutte sous chaque pied préviendra l’oedème des chevilles. À respirer à l’intérieur des poignets, elle calme le rythme cardiaque sans pour autant être une grande sédative. Sa note de géranium est un bouquet floral des plus délicats, frais et rosé. Cette énergie donne l’entrain pour mener à terme ses projets, elle aide les perfectionnistes à avancer en les déstressant, et en les déculpabilisant. Elle ouvre vers l’extérieur par son odeur de rose et invite à la douceur, surtout en famille. Une bonne entrée en matière pour ce printemps.

Témoignage - Les remèdes simples de Mélanie Dupuis

Herbaliste, Mélanie Dupuis s’emploie à mettre de l’écologie dans son quotidien. Et nous fait partager ses trouvailles sur ses blogs.

Je suis passée par une période où je collectionnais les plantes sèches, les huiles essentielles (HE) et les actifs cosmétiques. Cette course frénétique allait contre mon envie grandissante de sobriété et d’écologie. L’étude des HE m’a fait prendre conscience qu’il fallait beaucoup de plantes pour obtenir un tout petit flacon. J’ai commencé à réfléchir autrement en tenant compte du fait que la majorité des médicinales savent répondre à plusieurs problématiques de santé. J’ai appris à réduire et écouter mes réels besoins, car une plante cueillie ne peut plus faire de graines, une racine ramassée fait mourir la plante… Il faut y réfléchir avant de tout accumuler dans sa trousse à phyto. Voici une de mes recettes « à tout faire », pouvant servir comme antiseptique, soin dentaire, cosmétique, déodorant, soutien aux défenses immunitaires… Mettre à parts égales dans un flacon les HE suivantes : tea tree, citron, eucalyptus radié, palmarosa, niaouli, ravintsara, lavande vraie. Ce mélange s’utilisera pur ou sur un support, par voie orale, diffusion ou en massages. www.gratteronetchaussons.fr et www.vert-citron.fr

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité