Plantes et Santé Plantes & santé : le site de la phytothérapie

Les secrets de notre énergie (3/4)

Fatigue chronique, manque de motivation, libido en berne : il n’est pas rare, au coeur de l’hiver, d’être victime du fameux effet « coup de pompe ». Heureusement, la médecine traditionnelle chinoise, l’ayurvéda et la naturopathie nous apprennent à développer notre énergie de façon harmonieuse.

plantes-énergie

Des plantes pour retrouver et préserver son énergie

En Occident comme en Orient, il est de tradition de se tourner vers les plantes pour leur action revigorante immédiate ou comme soutien à la vitalité sur le long terme. Prenons l’huile essentielle de menthe poivrée, par exemple. Composée à 50 % de menthol, un alcool aux propriétés tonifiantes, elle est parfaite pour revigorer l’organisme, et ce, du système cardiaque aux capacités cérébrales. L’huile essentielle d’épinette noire est l’« anti-coup de pompe » grâce à sa richesse en alphapinène. Cette molécule « hormon-like » mime l’action de la cortisone, produite par les glandes surrénales, et agit comme régulateur des grandes fonctions de l’organisme. Associée à l’huile essentielle de pin sylvestre, qui possède aussi de l’alpha-pinène, elle dynamise le corps et l’esprit en massage des reins pour activer les glandes surrénales, situées juste audessus.

Enfin, en cas de fatigue mentale ou sexuelle, ou de sensation de tropplein d’énergie, optez pour l’huile essentielle d’ylang-ylang : elle contient de l’acétate de géranyle, une molécule relaxante du système nerveux central. Utilisez-la diluée dans de l’huile végétale en application cutanée sur le plexus solaire, ou en interne, dans un peu de miel.

Pour équilibrer son énergie et notamment agir sur le système hormonal, les plantes peuvent aussi être d’un grand secours en cette période hivernale. En cas d’épuisement physique et intellectuel, tournez-vous vers les plantes dites « adaptogènes » sous forme de cure. Elles améliorent la capacité de l’organisme à s’adapter aux stress et aux agressions climatiques et bactériennes. Ainsi, si vous êtes stressé, ou que vous manquez de vitalité, mais aussi si vous ressentez de la dispersion et avez du mal à vous « poser », faites une cure de ginseng. Sa richesse en polysaccharides, macromolécules de glucose, va agir comme un « coup de fouet » sur l’organisme, mais aussi sur l’esprit en stimulant la mémoire, les capacités intellectuelles et la concentration. L’éleuthérocoque, (aussi appelé ginseng sibérien), aide à lutter contre l’asthénie (physique et psychique) hivernale et contre le froid. Sa racine, riche en polysaccharides, possède des propriétés immunostimulantes qui lui donnent une place de choix dans la prévention des maladies hivernales. Pour la consommer sous forme de décoction, faire bouillir 50 g de racines séchées dans 1 litre d’eau pendant 20 minutes, filtrer et boire une tasse 3 fois par jour...

(matin, midi et après-midi) pendant 4 à 6 semaines.

En cas de besoin d’un « coup de fouet », dirigez-vous vers des plantes stimulantes comme le yerba maté, riche en caféine, qui aide à lutter contre la fatigue et améliore les capacités cognitives, mais à court terme. Les baies d’acérola, d’églantier (cynorrhodons) et de goji, riches en vitamines C, anti-fatigue et antioxydantes sont aussi de bonnes alliées contre les coups de pompe. En cure, certains bourgeons, véritables concentrés d’énergie, contiennent tous les principes actifs nécessaires à la formation de la plante. Le mélange Tonigem, par exemple, propose une synergie tonifiante à base du macérat de bourgeon de cassis, de chêne (pour son action stimulante générale), et de séquoia, qui agit sur la déprime et tonifie tout l’organisme, y compris au niveau sexuel.

« En MTC, on considère que le manque d’énergie peut être lié soit à un blocage (émotion, froid), qui empêche le qi de circuler, soit à une production de qi insuffisante », explique Thierry Jamaux. « Les deux peuvent résulter du stress ou d’une mauvaise hygiène de vie. Le praticien en MTC s’appuie sur plusieurs critères, notamment la prise de pouls, pour l’évaluer. » Par ailleurs, « ressentir trop d’énergie n’est pas toujours bon signe », précise-t-il, « cela peut résulter d’un feu interne. » Pour équilibrer la circulation du qi, il recommande de consommer des décoctions de boutons de rose, de jujube, de graines de cardamome, de peau ou graines séchées de mandarine. Ou encore des feuilles de mandarine et des fleurs de chrysanthème, sous forme de poudre à diluer dans l’eau. « L’hiver, c’est le moment où l’énergie du rein a besoin de se reposer pour se recharger », complète Bertrand Bimont.

Dans cette optique, Thierry Jamaux conseille : « Le rhizome d’atractyle, le fenugrec, les noix et la fougère sont des toniques des reins qui vont aider à lutter contre le froid tout en relançant le qi du rein. On peut les associer au gingembre qui disperse le froid. Pour lutter contre les douleurs articulaires dues au froid, la graine de moutarde réchauffe, et son action est renforcée par l’alcool. » Enfin, pour tonifier le wei qi, le praticien recommande de se concocter une boisson renfermant un mélange de gingembre, jujube, racine de réglisse, rameaux de cannelle, angélique et orange mûre.

Préserver son wei qi

Selon la médecine traditionnelle chinoise, le corps dispose d’une énergie défensive, pouvant être assimilée à notre système immunitaire. Il s’agit du wei qi. Produit par la rate et véhiculé par les poumons (l’organe maître du qi), il circule sous la peau et est stimulé par le rein (le réceptacle de l’énergie). Lorsqu’il est affaibli ou dysfonctionne, l’organisme tout entier est plus vulnérable à la fatigue, mais aussi aux maladies infectieuses comme la grippe (en MTC, un pervers froid). Pour agir sur la rate, privilégiez les saveurs douces dans l’assiette. La racine d’astragale, exerçant une action tonique sur le qi, « stabilise l’extérieur » en protégeant contre les infections. Enfin, le cordyceps est adaptogène, il stimule les défenses immunitaires, augmente les capacités physiques et renforce les fonctions du rein et des poumons. À faire aussi : se masser en douceur les membres pour faire affleurer le wei qi au niveau de la peau.

À l’heure de la chrono-botanique

Docteur en pharmacie et professeur à la faculté de médecine et de pharmacie de Dijon, Jean-René Mestre a développé la chrono-botanique. Selon cette approche, les composés actifs des végétaux peuvent nous aider à nous resynchroniser avec les rythmes naturels. Des mélanges tout prêts existent sous la marque Compagnie royale des Indes Orientales, mais vous pouvez commencer par suivre les conseils suivants :

• Oubliez le thé vert au petit-déjeuner. Le matin, votre corps a besoin de plantes qui boostent la dopamine : thé noir, reine-des-prés et maté, par exemple.
• Le midi, c’est le moment du thé vert, mais aussi d’autres plantes douces et équilibrantes : mauve et sauge.
• Au goûter, régénérez votre organisme avec des épices (cannelle, citronnelle, gingembre) et des plantes aromatiques (romarin, thym).
• Enfin, terminez votre journée avec les vertus apaisantes de vos traditionnelles tisanes à base de tilleul, de camomille ou de verveine, auxquelles vous pouvez ajouter du rooibos. 

Tonifier son qi

Tonifier et préserver le qi en hiver, c’est prendre soin de ses reins. Voici les conseils de Bertrand Bimont, praticien en MTC et fondateur d’un laboratoire dédié à cette médecine.

• Mangez bien et de saison en privilégiant les aliments qui tonifient l’énergie du rein comme le sarrasin, le sésame, le seigle, l’avoine et les poissons gras.
• Respirez ! Sortez au grand air, prenez conscience de votre respiration. Les reins et les poumons sont liés.
• Consommez des boissons chaudes et, d’une façon générale, mangez chaud et cuit en hiver, car le rein est un organe thermorégulateur.
• Enfin, évitez les sur-activités intellectuelles et sexuelles qui risquent d’épuiser le rein.

Synergie pour lutter contre la fatigue

Pour lutter contre la fatigue, prenez un flacon vide, et ajoutez :
• 20 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée (Mentha piperita)
• 20 gouttes d’huile essentielle d’épinette noire (Picea mariana)
• 20 gouttes d’huile essentielle de pin sylvestre (Pinus sylvestris)
• 20 gouttes d’huile essentielle de basilic tropical (Ocimum basilicum var. basilicum)
• 80 gouttes (4 ml) d’huile végétale d’amande douce

Mode d’emploi
• Appliquer 4 gouttes du mélange en massage dans le bas du dos, au niveau des reins.
• Renouveler l’application matin et midi pendant une semaine. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Plantes & Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes & Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité