Plantes et Santé Plantes et santé : le site de la phytothérapie

Les vraies causes de la prise de poids (4/4)

À l’approche de l’été, les incitations à perdre du poids se multiplient, avec leur cortège de régimes aussi pénibles qu’inefficaces. Leur tort : réduire le surpoids à une histoire de calories, alors qu’il résulte souvent de déséquilibres hormonaux, de changements métaboliques ou d’une hygiène de vie défectueuse. Ce dossier vous propose donc tout un éventail de solutions naturelles différenciées.

stress-prise de poids

Obésité : et si c’était dans la tête ?

Le stress et le manque de sommeil font partie des axes majeurs sur lesquels il faut agir en cas de prise de poids. En effet, l’augmentation du taux de cortisol, l’hormone du stress, va avoir un impact sur la glycémie et la régulation du métabolisme des lipides, des protéines et des glucides. Dans le cas du manque de sommeil, l’organisme, fatigué, va sécréter de la ghréline (hormone qui stimule l’appétit) en plus grande quantité et accroître la faim.
Au programme : éviter les écrans le soir, car la fameuse « lumière bleue » retarde la synthèse de la mélatonine. « Au contraire, baissez les lumières en fin de journée, organisez une ambiance tamisée dès le début de soirée », conseille Sylvaine Helm-Rauzy. Pour gérer le stress, pratiquez la cohérence cardiaque afin de réguler le système nerveux autonome et faites une cure de magnésium : « Nous en sommes tous carencés », ajoute la naturopathe-nutritionniste. Côté plantes, faites une cure d’un mélange de valériane et de houblon pendant deux mois et diffusez dans votre chambre un mélange « insomnie » pendant cinq minutes : 5 gouttes de petit grain bigarade et 5 gouttes de lavande officinale.
Et arrêtez les régimes ! C’est le conseil du Dr Yasmine Liénard, psychiatre et thérapeute de pleine conscience. « Les régimes donnent envie de transgresser, explique-t-elle. C’est pour cela qu’il vaut mieux ne pas s’interdire d’aliments. » En effet, maigrir en se privant de façon...

drastique va engendrer un état de « dissonance cognitive », c’est-à-dire une tension entre deux croyances contradictoires. Conséquences : des violations de l’abstinence qui peuvent se caractériser par des comportements compulsifs, des grignotages, voire des crises de boulimie. « La boulimie est de plus en plus courante », explique la psychiatre, car le sentiment de contrôle sur soi induit par les régimes à la mode est totalement contre nature et génère une lutte permanente entre le corps et le mental.

La nourriture agit comme un anxiolytique : elle est associée au plaisir, au bien-être, à la récompense. Le sucre, par exemple, et les glucides en général, sont qualifiés d’« antidépresseurs naturels ». Ils stimulent la production de sérotonine, neuro-transmetteur qui améliore la sensation de bien-être. Au long cours, pour éviter le grignotage, tournez-vous vers le griffonia : cette plante contient du tryptophane, précurseur de la sérotonine, qui va aider le mental à s’apaiser. Côté aromathérapie, l’huile essentielle de géranium rosat est remarquable en olfaction sur les poignets pour atténuer les envies de grignotage. Enfin, pour retrouver la paix avec son corps, le Dr Liénard conseille d’accepter les petits « dérapages ». Faites la paix avec vous-même, et ensuite mangez en pleine conscience, afin d’apprendre à faire confiance, à écouter vos besoins et à vous respecter.

Manger en pleine conscience, mode d’emploi

Même lorsque vous « craquez » pour un aliment « interdit », le savourer en pleine conscience peut nous permettre d’entretenir un tout autre rapport à la nourriture. Inspiré de la « mindfulness », méthode de réduction du stress inventée par l’Américain Jon Kabat-Zinn, la pratique de la pleine conscience est préconisée par la psychiatre Yasmine Liénard pour perdre du poids. « Lorsque vous êtes devant votre assiette (ou une friandise), observez ce qui se passe en vous. Qu’est-ce qui me donne envie de manger cet aliment ? Son croquant ? Son goût ? Son odeur ? La faim ? Soyez dans une démarche de douceur envers vous-même. Remerciez votre aliment pour ce qu’il peut vous apporter. Puis respirez profondément. Et mangez-en une bouchée. Que ressentez-vous ? » Continuez ainsi à chaque bouchée, et votre carré de chocolat ne sera plus tout à fait le même !

Deux plantes anti-grignotage

On peut agir sur la sensation de satiété, ou l’appétence aux aliments, et sur la régulation du système nerveux central et ainsi éviter les « dérapages ».

Kudzu
Le kudzu est connu pour son action sur les comportements addictifs. Cette plante adaptogène modère l’effet de manque et a une action détoxifiante. Sous forme de poudre de racine séchée, prendre une cuillère à café dans de l’eau, deux fois par jour, ou deux gélules jusqu’à amélioration.

Gymnema sylvestris
La Gymnema sylvestris agit sur le métabolisme du sucre. C’est un modérateur de l’appétit et des envies de sucre entre les repas. Elle modifie en effet la sensation du goût sucré. Pour réguler le poids, prendre une gélule de 350 mg de poudre de feuilles de Gymnema avant le repas. Pour un effet amplifié, ouvrir la gélule et en verser le contenu directement sur la langue. À noter qu’elle n’altère pas les goûts amers, salés ou acides. 

Cet article est reservé aux abonnés.
Pour lire les 78% restants de cet article,
Inscrivez vous gratuitement à la newsletter Plantes et Santé
Recevez chaque semaine nos conseils de bien-être par les plantes, astuces et recettes à faire vous même pour retrouver Equilibre et Santé
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité